ATH√ČISME

ÔĽŅ
ATH√ČISME
SECTION PREMI√ąRE.
De la comparaison si souvent faite entre l'ath√©isme et l'idol√Ętrie.
¬†¬†¬†¬†Il me semble que dans le Dictionnaire encyclop√©dique on ne r√©fute pas aussi fortement qu'on l'aurait pu le sentiment du j√©suite Richeome sur les ath√©es et sur les idol√Ętres; sentiment soutenu autrefois par saint Thomas, saint Gr√©goire de Nazianze, saint Cyprien, et Tertullien; sentiment qu'Arnobe √©talait avec beaucoup de force quand il disait aux pa√Įens, " Ne rougissez-vous pas de nous reprocher notre m√©pris pour vos dieux, et n'est-il pas beaucoup plus juste de ne croire aucun Dieu, que de leur imputer des actions inf√Ęmes ? " sentiment √©tabli longtemps auparavant par Plutarque, qui dit " qu'il aime beaucoup mieux qu'on dise qu'il n'y a point de Plutarque, que si on disait, il y a un Plutarque inconstant, col√®re, et vindicatif; " sentiment enfin fortifi√© par tous les efforts de la dialectique de Bayle.
    Voici le fond de la dispute, mis dans un jour assez éblouissant par le jésuite Richeome, et rendu encore plus spécieux par la manière dont Bayle le fait valoir.
¬†¬†¬†¬†" Il y a deux portiers √† la porte d'une maison; on leur demande: Peut-on parler √† votre ma√ģtre ? Il n'y est pas, r√©pond l'un; Il y est, r√©pond l'autre, mais il est occup√© √† faire de la fausse monnaie, de faux contrats, des poignards, et des poisons, pour perdre ceux qui n'ont fait qu'accomplir ses desseins. L'ath√©e ressemble au premier de ces portiers, le pa√Įen √† l'autre. Il est donc visible que le pa√Įen offense plus gri√®vement la Divinit√© que ne fait l'ath√©e. "
¬†¬†¬†¬†Avec la permission du P. Richeome et m√™me de Bayle, ce n'est point l√† du tout l'√©tat de la question. Pour que le premier portier ressemble aux ath√©es, il ne faut pas qu'il dise: Mon ma√ģtre n'est point ici; il faudrait qu'il d√ģt: Je n'ai point de ma√ģtre; celui que vous pr√©tendez mon ma√ģtre n'existe point; mon camarade est un sot, qui vous dit que Monsieur est occup√© √† composer des poisons et √† aiguiser des poignards pour assassiner ceux qui ont ex√©cut√© ses volont√©s. Un tel √™tre n'existe point dans le monde.
    Richeome a donc fort mal raisonné; et Bayle, dans ses discours un peu diffus, s'est oublié jusqu'à faire à Richeome l'honneur de le commenter fort mal à propos.
    Plutarque semble s'exprimer bien mieux en préférant les gens qui assurent qu'il n'y a point de Plutarque, à ceux qui prétendent que Plutarque est un homme insociable. Que lui importe en effet qu'on dise qu'il n'est pas au monde ? mais il lui importe beaucoup qu'on ne flétrisse pas sa réputation. Il n'en est pas ainsi de l'être suprême.
    Plutarque n'entame pas encore le véritable objet qu'il faut traiter. Il ne s'agit pas de savoir qui offense le plus l'être suprême, de celui qui le nie, ou de celui qui le défigure: il est impossible de savoir autrement que par la révélation, si Dieu est offensé des vains discours que les hommes tiennent de lui.
    Les philosophes, sans y penser, tombent presque toujours dans les idées du vulgaire, en supposant que Dieu est jaloux de sa gloire, qu'il est colère, qu'il aime la vengeance, et en prenant des figures de rhétorique pour des idées réelles. L'objet intéressant pour l'univers entier est de savoir s'il ne vaut pas mieux, pour le bien de tous les hommes, admettre un Dieu rémunérateur et vengeur, qui récompense les bonnes actions cachées, et qui punit les crimes secrets, que de n'en admettre aucun.
    Bayle s'épuise à rapporter toutes les infamies que la fable impute aux dieux de l'antiquité; ses adversaires lui répondent par des lieux communs qui ne signifient rien: les partisans de Bayle et ses ennemis ont presque toujours combattu sans se rencontrer. Ils conviennent tous que Jupiter était un adultère, Vénus une impudique, Mercure un fripon: mais ce n'est pas, à ce qu'il me semble, ce qu'il fallait considérer; on devait distinguer les Métamorphoses d'Ovide de la religion des anciens Romains. Il est très certain qu'il n'y a jamais eu de temple ni chez eux, ni même chez les Grecs, dédié à Mercure le fripon, à Vénus l'impudique, à Jupiter l'adultère.
    Le dieu que les Romains appelaient Deus optimus, maximus, très bon, très grand, n'était pas censé encourager Clodius à coucher avec la femme de César, ni César à être le giton du roi Nicomède.
¬†¬†¬†¬†Cic√©ron ne dit point que Mercure excita Verr√®s √† voler la Sicile, quoique Mercure, dans la fable, e√Ľt vol√© les vaches d'Apollon. La v√©ritable religion des anciens √©tait que Jupiter, tr√®s bon et tr√®s juste, et les dieux secondaires, punissaient le parjure dans les enfers. Aussi les Romains furent-ils tr√®s longtemps les plus religieux observateurs des serments. La religion fut donc tr√®s utile aux Romains. Il n'√©tait point du tout ordonn√© de croire aux deux oeufs de L√©da, au changement de la fille d'Inachus en vache, √† l'amour d'Apollon pour Hyacinthe.
    Il ne faut donc pas dire que la religion de Numa déshonorait la Divinité. On a donc longtemps disputé sur une chimère; et c'est ce qui n'arrive que trop souvent.
¬†¬†¬†¬†On demande ensuite si un peuple d'ath√©es peut subsister; il me semble qu'il faut distinguer entre le peuple proprement dit, et une soci√©t√© de philosophes au-dessus du peuple. Il est tr√®s vrai que par tout pays la populace a besoin du plus grand frein, et que si Bayle avait eu seulement cinq √† six cents paysans √† gouverner, il n'aurait pas manqu√© de leur annoncer un Dieu r√©mun√©rateur et vengeur. Mais Bayle n'en aurait pas parl√© aux √©picuriens, qui √©taient des gens riches, amoureux du repos, cultivant toutes les vertus sociales, et surtout l'amiti√©, fuyant l'embarras et le danger des affaires publiques, menant enfin une vie commode et innocente. Il me para√ģt qu'ainsi la dispute est finie, quant √† ce qui regarde la soci√©t√© et la politique.
    Pour les peuples entièrement sauvages, on a déjà dit qu'on ne peut les compter ni parmi les athées ni parmi les théistes. Leur demander leur croyance, ce serait autant que leur demander s'ils sont pour Aristote ou pour Démocrite: ils ne connaissent rien; ils ne sont pas plus athées que péripatéticiens.
    Mais on peut insister; on peut dire: Ils vivent en société, et ils sont sans Dieu; donc on peut vivre en société sans religion.
    En ce cas, je répondrai que les loups vivent ainsi, et que ce n'est pas une société qu'un assemblage de barbares anthropophages tels que vous les supposez; et je vous demanderai toujours si, quand vous avez prêté votre argent à quelqu'un de votre société, vous voudriez que ni votre débiteur, ni votre procureur, ni votre notaire, ni votre juge, ne crussent en Dieu.
SECTION II.
Des athées modernes. Raisons des adorateurs de Dieu.
    Nous sommes des êtres intelligents; or, des êtres intelligents ne peuvent avoir été formés par un être brut, aveugle, insensible: il y a certainement quelque différence entre les idées de Newton et des crottes de mulet. L'intelligence de Newton venait donc d'une autre intelligence.
¬†¬†¬†¬†Quand nous voyons une belle machine, nous disons qu'il y a un bon machiniste, et que ce machiniste a un excellent entendement. Le monde est assur√©ment une machine admirable; donc il y a dans le monde une admirable intelligence, quelque part o√Ļ elle soit. Cet argument est vieux, et n'en est pas plus mauvais.
    Tous les corps vivants sont composés de leviers, de poulies, qui agissent suivant les lois de la mécanique; de liqueurs que les lois de l'hydrostatique font perpétuellement circuler; et quand on songe que tous ces êtres ont du sentiment, qui n'a aucun rapport à leur organisation, on est accablé de surprise.
¬†¬†¬†¬†Le mouvement des astres, celui de notre petite terre autour du soleil, tout s'op√®re en vertu des lois de la math√©matique la plus profonde. Comment Platon, qui ne connaissait pas une de ces lois, l'√©loquent mais le chim√©rique Platon, qui disait que la terre √©tait fond√©e sur un triangle √©quilat√®re, et l'eau sur un triangle rectangle; l'√©trange Platon, qui dit qu'il ne peut y avoir que cinq mondes, parce qu'il n'y a que cinq corps r√©guliers: comment, dis-je, Platon, qui ne savait pas seulement la trigonom√©trie sph√©rique, a-t-il eu cependant un g√©nie assez beau, un instinct assez heureux, pour appeler Dieu l'√©ternel g√©om√®tre, pour sentir qu'il existe une intelligence formatrice ? Spinosa lui-m√™me l'avoue. Il est impossible de se d√©battre contre cette v√©rit√©, qui nous environne et qui nous presse de tous c√īt√©s.
RAISONS DES ATH√ČES.
¬†¬†¬†¬†J'ai cependant connu des mutins qui disent qu'il n'y a point d'intelligence formatrice, et que le mouvement seul a form√© par lui-m√™me tout ce que nous voyons et tout ce que nous sommes. Ils vous disent hardiment: La combinaison de cet univers √©tait possible, puisqu'elle existe: donc il √©tait possible que le mouvement seul l'arrange√Ęt. Prenez quatre astres seulement, Mars, V√©nus, Mercure, et la Terre: ne songeons d'abord qu'√† la place o√Ļ ils sont, en faisant abstraction de tout le reste, et voyons combien nous avons de probabilit√©s pour que le seul mouvement les mette √† ces places respectives. Nous n'avons que vingt-quatre chances dans cette combinaison, c'est-√†-dire, il n'y a que vingt-quatre contre un √† parier que ces astres ne se trouveront pas o√Ļ ils sont les uns par rapport aux autres. Ajoutons √† ces quatre globes celui de Jupiter; il n'y aura que cent vingt contre un √† parier que Jupiter, Mars, V√©nus, Mercure, et notre globe, ne seront pas plac√©s o√Ļ nous les voyons.
    Ajoutez-y enfin Saturne: il n'y aura que sept cent vingt hasards contre un, pour mettre ces six grosses planètes dans l'arrangement qu'elles gardent entre elles selon leurs distances données. Il est donc démontré qu'en sept cent vingt jets, le seul mouvement a pu mettre ces six planètes principales dans leur ordre.
¬†¬†¬†¬†Prenez ensuite tous les astres secondaires, toutes leurs combinaisons, tous leurs mouvements, tous les √™tres qui v√©g√®tent, qui vivent, qui sentent, qui pensent, qui agissent dans tous les globes, vous n'aurez qu'√† augmenter le nombre des chances: multipliez ce nombre dans toute l'√©ternit√©, jusqu'au nombre que notre faiblesse appelle infini, il y aura toujours une unit√© en faveur de la formation du monde, tel qu'il est, par le seul mouvement: donc il est possible que dans toute l'√©ternit√© le seul mouvement de la mati√®re ait produit l'univers entier tel qu'il existe. Il est m√™me n√©cessaire que dans l'√©ternit√© cette combinaison arrive. Ainsi, disent-ils, non seulement il est possible que le monde soit tel qu'il est par le seul mouvement, mais il √©tait impossible qu'il ne f√Ľt pas de cette fa√ßon apr√®s des combinaisons infinies.
R√ČPONSE.
¬†¬†¬†¬†Toute cette supposition me para√ģt prodigieusement chim√©rique, pour deux raisons: la premi√®re, c'est que dans cet univers il y a des √™tres intelligents, et que vous ne sauriez prouver qu'il soit possible que le seul mouvement produise l'entendement; la seconde, c'est que, de votre propre aveu, il y a l'infini contre un √† parier qu'une cause intelligente formatrice anime l'univers. Quand on est tout seul vis-√†-vis l'infini, on est bien pauvre.
¬†¬†¬†¬†Encore une fois, Spinosa lui-m√™me admet cette intelligence; c'est la base de son syst√®me. Vous ne l'avez pas lu, et il faut le lire. Pourquoi voulez-vous aller plus loin que lui, et plonger par un sot orgueil votre faible raison dans un ab√ģme o√Ļ Spinosa n'a pas os√© descendre ? Sentez-vous bien l'extr√™me folie de dire que c'est une cause aveugle qui fait que le carr√© d'une r√©volution d'une plan√®te est toujours au carr√© des r√©volutions des autres plan√®tes, comme le cube de sa distance est au cube des distances des autres au centre commun ? Ou les astres sont de grands g√©om√®tres, ou l'√©ternel g√©om√®tre a arrang√© les astres.
¬†¬†¬†¬†Mais o√Ļ est l'√©ternel g√©om√®tre ? est-il en un lieu ou en tout lieu, sans occuper d'espace ? Je n'en sais rien. Est-ce de sa propre substance qu'il a arrang√© toutes choses ? Je n'en sais rien. Est-il immense sans quantit√© et sans qualit√© ? Je n'en sais rien. Tout ce que je sais, c'est qu'il faut l'adorer et √™tre juste.
NOUVELLE OBJECTION D'UN ATH√ČE MODERNE.
¬†¬†¬†¬†Peut-on dire que les parties des animaux soient conform√©es selon leurs besoins ? Quels sont ces besoins ? la conservation et la propagation. Or faut-il s'√©tonner que, des combinaisons infinies que le hasard a produites, il n'ait pu subsister que celles qui avaient des organes propres √† la nourriture et √† la continuation de leur esp√®ce ? toutes les autres n'ont-elles pas d√Ľ n√©cessairement p√©rir ?
R√ČPONSE.
    Ce discours, rebattu d'après Lucrèce, est assez réfuté par la sensation donnée aux animaux, et par l'intelligence donnée à l'homme. Comment des combinaisons que le hasard a produites produiraient-elles cette sensation et cette intelligence (ainsi qu'on vient de le dire au paragraphe précédent) ? Oui, sans doute, les membres des animaux sont faits pour tous leurs besoins avec un art incompréhensible, et vous n'avez pas même la hardiesse de le nier. Vous n'en parlez plus. Vous sentez que vous n'avez rien à répondre à ce grand argument que la nature fait contre vous. La disposition d'une aile de mouche, les organes d'un limaçon, suffisent pour vous atterrer.
OBJECTION DE MAUPERTUIS.
    Les physiciens modernes n'ont fait qu'étendre ces prétendus arguments, ils les ont souvent poussés jusqu'à la minutie et à l'indécence. On a trouvé Dieu dans les plis de la peau du rhinocéros: on pouvait, avec le même droit, nier son existence à cause de l'écaille de la tortue.
R√ČPONSE.
    Quel raisonnement ! La tortue et le rhinocéros, et toutes les différentes espèces, prouvent également, dans leurs variétés infinies, la même cause, le même dessein, le même but, qui sont la conservation, la génération, et la mort. L'unité se trouve dans cette infinie variété; l'écaille et la peau rendent également témoignage. Quoi ! nier Dieu parce que l'écaille ne ressemble pas à du cuir ! Et des journalistes ont prodigué à ces inepties des éloges qu'ils n'ont pas donnés à Newton et à Locke, tous deux adorateurs de la Divinité en connaissance de cause.
OBJECTION DE MAUPERTUIS.
    A quoi sert la beauté et la convenance dans la construction du serpent ? Il peut, dit-on, avoir des usages que nous ignorons. Taisons-nous donc, au moins, et n'admirons pas un animal que nous ne connaissons que par le mal qu'il fait.
R√ČPONSE.
    Taisez-vous donc aussi, puisque vous ne concevez pas son utilité plus que moi; ou avouez que tout est admirablement proportionné dans les reptiles.
    Il y en a de venimeux, vous l'avez été vous-même. Il ne s'agit ici que de l'art prodigieux qui a formé les serpents, les quadrupèdes, les oiseaux, les poissons, et les bipèdes. Cet art est assez manifeste. Vous demandez pourquoi le serpent nuit. Et vous, pourquoi avez-vous nui tant de fois ? pourquoi avez-vous été persécuteur, ce qui est le plus grand des crimes pour un philosophe ? C'est une autre question, c'est celle du mal moral et du mal physique. Il y a longtemps qu'on demande pourquoi il y a tant de serpents et tant de méchants hommes pires que les serpents. Si les mouches pouvaient raisonner, elles se plaindraient à Dieu de l'existence des araignées; mais elles avoueraient ce que Minerve avoua d'Arachné, dans la fable, qu'elle arrange merveilleusement sa toile.
¬†¬†¬†¬†Il faut donc absolument reconna√ģtre une intelligence ineffable que Spinosa m√™me admettait. Il faut convenir qu'elle √©clate dans le plus vil insecte comme dans les astres. Et √† l'√©gard du mal moral et physique, que dire et que faire ? se consoler par la jouissance du bien physique et moral, en adorant l'√™tre √©ternel qui a fait l'un et permis l'autre.
    Encore un mot sur cet article. L'athéisme est le vice de quelques gens d'esprit, et la superstition le vice des sots: mais les fripons ! que sont-ils ? des fripons.
    Nous croyons ne pouvoir mieux faire que de transcrire ici une pièce de vers chrétiens faits à l'occasion d'un livre d'athéisme sous le nom Des trois imposteurs, qu'un M. de Trawsmandorf prétendit avoir retrouvé.
SECTION III.
Des injustes accusations, et de la justification de Vanini.
    Autrefois quiconque avait un secret dans un art courait risque de passer pour un sorcier; toute nouvelle secte était accusée d'égorger des enfants dans ses mystères; et tout philosophe qui s'écartait du jargon de l'école était accusé d'athéisme par les fanatiques et par les fripons, et condamné par les sots.
    Anaxagore ose-t-il prétendre que le soleil n'est point conduit par Apollon monté sur un quadrige; on l'appelle athée, et il est contraint de fuir.
    Aristote est accusé d'athéisme par un prêtre; et ne pouvant faire punir son accusateur, il se retire à Chalcis. Mais la mort de Socrate est ce que l'histoire de la Grèce a de plus odieux.
    Aristophane (cet homme que les commentateurs admirent parce qu'il était Grec, ne songeant pas que Socrate était Grec aussi), Aristophane fut le premier qui accoutuma les Athéniens à regarder Socrate comme un athée.
¬†¬†¬†¬†Ce po√®te comique, qui n'est ni comique ni po√®te, n'aurait pas √©t√© admis parmi nous √† donner ses farces √† la foire Saint-Laurent; il me para√ģt beaucoup plus bas et plus m√©prisable que Plutarque ne le d√©peint. Voici ce que le sage Plutarque dit de ce farceur: " Le langage d'Aristophane sent son mis√©rable charlatan: ce sont les pointes les plus basses et les plus d√©go√Ľtantes; il n'est pas m√™me plaisant pour le peuple, et il est insupportable aux gens de jugement et d'honneur; on ne peut souffrir son arrogance, et les gens de bien d√©testent sa malignit√©. "
¬†¬†¬†¬†C'est donc l√†, pour le dire en passant, le Tabarin que madame Dacier, admiratrice de Socrate, ose admirer: voil√† l'homme qui pr√©para de loin le poison dont des juges inf√Ęmes firent p√©rir l'homme le plus vertueux de la Gr√®ce.
¬†¬†¬†¬†Les tanneurs, les cordonniers et les couturi√®res d'Ath√®nes, applaudirent √† une farce dans laquelle on repr√©sentait Socrate √©lev√© en l'air dans un panier, annon√ßant qu'il n'y avait point de Dieu, et se vantant d'avoir vol√© un manteau en enseignant la philosophie. Un peuple entier, dont le mauvais gouvernement autorisait de si inf√Ęmes licences, m√©ritait bien ce qui lui est arriv√©, de devenir l'esclave des Romains, et de l'√™tre aujourd'hui des Turcs. Les Russes, que la Gr√®ce aurait autrefois appel√©s barbares, et qui la prot√©gent aujourd'hui, n'auraient ni empoisonn√© Socrate ni condamn√© √† mort Alcibiade.
    Franchissons tout l'espace des temps entre la république romaine et nous. Les Romains, bien plus sages que les Grecs, n'ont jamais persécuté aucun philosophe pour ses opinions. Il n'en est pas ainsi chez les peuples barbares qui ont succédé à l'empire romain. Dès que l'empereur Frédéric a des querelles avec les papes, on l'accuse d'être athée, et d'être l'auteur du livre des Trois imposteurs, conjointement avec son chancelier De Vineis.
¬†¬†¬†¬†Notre grand-chancelier de L'Hospital se d√©clare-t-il contre les pers√©cutions, on l'accuse aussit√īt d'ath√©isme. , Homo doctus, sed verus atheus. Un j√©suite autant au-dessous d'Aristophane qu'Aristophane est au-dessous d'Hom√®re, un malheureux dont le nom est devenu ridicule parmi les fanatiques m√™mes, le j√©suite Garasse, en un mot, trouve partout des ath√©istes; c'est ainsi qu'il nomme tous ceux contre lesquels il se d√©cha√ģne. Il appelle Th√©odore de B√®ze ath√©iste; c'est lui qui a induit le public en erreur sur Vanini.
    La fin malheureuse de Vanini ne nous émeut point d'indignation et de pitié comme celle de Socrate, parce que Vanini n'était qu'un pédant étranger sans mérite; mais enfin Vanini n'était point athée comme on l'a prétendu; il était précisément tout le contraire.
¬†¬†¬†¬†C'√©tait un pauvre pr√™tre napolitain, pr√©dicateur et th√©ologien de son m√©tier, disputeur √† outrance sur les quiddit√©s et sur les universaux, et utrum chimera bombinans in vacuo possit comedere secundas intentiones. Mais d'ailleurs, il n'y avait en lui veine qui tend√ģt √† l'ath√©isme. Sa notion de Dieu est de la th√©ologie la plus saine et la plus approuv√©e. " Dieu est son principe et sa fin, p√®re de l'un et de l'autre, et n'ayant besoin ni de l'un ni de l'autre; √©ternel sans √™tre dans le temps, pr√©sent partout sans √™tre en aucun lieu. Il n'y a pour lui ni pass√© ni futur; il est partout et hors de tout, gouvernant tout, et ayant tout cr√©√©, immuable, infini sans parties; son pouvoir est sa volont√©, etc. " Cela n'est pas bien philosophique, mais cela est de la th√©ologie la plus approuv√©e.
¬†¬†¬†¬†Vanini se piquait de renouveler ce beau sentiment de Platon embrass√© par Averro√ęs, que Dieu avait cr√©√© une cha√ģne d'√™tres depuis le plus petit jusqu'au plus grand, dont le dernier cha√ģnon est attach√© √† son tr√īne √©ternel; id√©e, √† la v√©rit√©, plus sublime que vraie, mais qui est aussi √©loign√©e de l'ath√©isme que l'√™tre du n√©ant.
    Il voyagea pour faire fortune et pour disputer; mais malheureusement la dispute est le chemin opposé à la fortune; on se fait autant d'ennemis irréconciliables qu'on trouve de savants ou de pédants contre lesquels on argumente. Il n'y eut point d'autre source du malheur de Vanini; sa chaleur et sa grossièreté dans la dispute lui valurent la haine de quelques théologiens; et ayant eu une querelle avec un nommé Francon, ou Franconi, ce Francon, ami de ses ennemis, ne manqua pas de l'accuser d'être athée enseignant l'athéisme.
¬†¬†¬†¬†Ce Francon ou Franconi, aid√© de quelques t√©moins, eut la barbarie de soutenir √† la confrontation ce qu'il avait avanc√©. Vanini sur la sellette, interrog√© sur ce qu'il pensait de l'existence de Dieu, r√©pondit qu'il adorait avec l'√Čglise un Dieu en trois personnes. Ayant pris √† terre une paille, Il suffit de ce f√©tu, dit-il, pour prouver qu'il y a un cr√©ateur. Alors il pronon√ßa un tr√®s beau discours sur la v√©g√©tation et le mouvement, et sur la n√©cessit√© d'un √™tre supr√™me, sans lequel il n'y aurait ni mouvement ni v√©g√©tation.
¬†¬†¬†¬†Le pr√©sident Grammont, qui √©tait alors √† Toulouse, rapporte ce discours dans son Histoire de France , aujourd'hui si oubli√©e; et ce m√™me Grammont, par un pr√©jug√© inconcevable, pr√©tend que Vanini disait tout cela par vanit√©, ou par crainte, plut√īt que par une persuasion int√©rieure.
    Sur quoi peut être fondé ce jugement téméraire et atroce du président Grammont ? Il est évident que sur la réponse de Vanini on devait l'absoudre de l'accusation d'athéisme. Mais qu'arriva-t-il ? ce malheureux prêtre étranger se mêlait aussi de médecine: on trouva un gros crapaud vivant, qu'il conservait chez lui dans un vase plein d'eau; on ne manqua pas de l'accuser d'être sorcier. On soutint que ce crapaud était le dieu qu'il adorait; on donna un sens impie à plusieurs passages de ses livres, ce qui est très aisé et très commun, en prenant les objections pour les réponses, en interprétant avec malignité quelque phrase louche, en empoisonnant une expression innocente. Enfin la faction qui l'opprimait arracha des juges l'arrêt qui condamna ce malheureux à la mort.
¬†¬†¬†¬†Pour justifier cette mort, il fallait bien accuser cet infortun√© de ce qu'il y avait de plus affreux. Le minime et tr√®s minime Mersenne a pouss√© la d√©mence jusqu'√† imprimer que Vanini √©tait parti de Naples avec douze de ses ap√ītres pour aller convertir toutes les nations √† l'ath√©isme. Quelle piti√© ! comment un pauvre pr√™tre aurait-il pu avoir douze hommes √† ses gages ? comment aurait-il pu persuader douze Napolitains de voyager √† grands frais pour r√©pandre partout cette doctrine r√©voltante au p√©ril de leur vie ? Un roi serait-il assez puissant pour payer douze pr√©dicateurs d'ath√©isme ? Personne, avant le P. Mersenne, n'avait avanc√© une si √©norme absurdit√©. Mais apr√®s lui on l'a r√©p√©t√©e, on en a infect√© les journaux, les dictionnaires historiques; et le monde, qui aime l'extraordinaire, a cru cette fable sans examen.
¬†¬†¬†¬†Bayle lui-m√™me, dans ses Pens√©es diverses, parle de Vanini comme d'un ath√©e: il se sert de cet exemple pour appuyer son paradoxe qu'une soci√©t√© d'ath√©es peut subsister; il assure que Vanini √©tait un homme de moeurs tr√®s r√©gl√©es, et qu'il fut le martyr de son opinion philosophique. Il se trompe √©galement sur ces deux points. Le pr√™tre Vanini nous apprend dans ses Dialogues, faits √† l'imitation d'√Črasme, qu'il avait eu une ma√ģtresse nomm√©e Isabelle. Il √©tait libre dans ses √©crits comme dans sa conduite; mais il n'√©tait point ath√©e.
    Un siècle après sa mort, le savant La Croze, et celui qui a pris le nom de Philalète, ont voulu le justifier; mais, comme personne ne s'intéresse à la mémoire d'un malheureux Napolitain, très mauvais auteur, presque personne ne lit ces apologies.
    Le jésuite Hardouin, plus savant que Garasse, et non moins téméraire, accuse d'athéisme, dans son livre intitulé Athei detecti, les Descartes, les Arnauld, les Pascal, les Nicole, les Malebranche: heureusement ils n'ont pas eu le sort de Vanini.
SECTION IV.
    Disons un mot de la question de morale agitée par Bayle, savoir, si une société d'athées pourrait subsister. Remarquons d'abord sur cet article, quelle est l'énorme contradiction des hommes dans la dispute: ceux qui se sont élevés contre l'opinion de Bayle avec le plus d'emportement, ceux qui lui ont nié avec le plus d'injures la possibilité d'une société d'athées, ont soutenu depuis avec la même intrépidité que l'athéisme est la religion du gouvernement de la Chine.
    Ils se sont assurément bien trompés sur le gouvernement chinois; ils n'avaient qu'à lire les édits des empereurs de ce vaste pays, ils auraient vu que ces édits sont des sermons, et que partout il y est parlé de l'être suprême, gouverneur, vengeur et rémunérateur.
    Mais en même temps ils ne se sont pas moins trompés sur l'impossibilité d'une société d'athées; et je ne sais comment M. Bayle a pu oublier un exemple frappant qui aurait pu rendre sa cause victorieuse.
¬†¬†¬†¬†En quoi une soci√©t√© d'ath√©es para√ģt-elle impossible ? C'est qu'on juge que des hommes qui n'auraient pas de frein ne pourraient jamais vivre ensemble; que les lois ne peuvent rien contre les crimes secrets; qu'il faut un Dieu vengeur qui punisse dans ce monde-ci ou dans l'autre les m√©chants √©chapp√©s √† la justice humaine.
¬†¬†¬†¬†Les lois de Mo√Įse, il est vrai, n'enseignaient point une vie √† venir, ne mena√ßaient point de ch√Ętiments apr√®s la mort, n'enseignaient point aux premiers Juifs l'immortalit√© de l'√Ęme; mais les Juifs, loin d'√™tre ath√©es, loin de croire se soustraire √† la vengeance divine, √©taient les plus religieux de tous les hommes. Non seulement ils croyaient l'existence d'un Dieu √©ternel, mais ils le croyaient toujours pr√©sent parmi eux; ils tremblaient d'√™tre punis dans eux-m√™mes, dans leurs femmes, dans leurs enfants, dans leur post√©rit√©, jusqu'√† la quatri√®me g√©n√©ration: ce frein √©tait tr√®s puissant.
¬†¬†¬†¬†Mais, chez les Gentils, plusieurs sectes n'avaient aucun frein: les sceptiques doutaient de tout; les acad√©miciens suspendaient leur jugement sur tout; les √©picuriens √©taient persuad√©s que la Divinit√© ne pouvait se m√™ler des affaires des hommes, et, dans le fond, ils n'admettaient aucune divinit√©. Ils √©taient convaincus que l'√Ęme n'est point une substance, mais une facult√© qui na√ģt et qui p√©rit avec le corps; par cons√©quent ils n'avaient aucun joug que celui de la morale et de l'honneur. Les s√©nateurs et les chevaliers romains √©taient de v√©ritables ath√©es, car les dieux n'existaient pas pour des hommes qui ne craignaient ni n'esp√©raient rien d'eux. Le s√©nat romain √©tait donc r√©ellement une assembl√©e d'ath√©es du temps de C√©sar et de Cic√©ron.
¬†¬†¬†¬†Ce grand orateur, dans sa harangue pour Cluentius, dit √† tout le s√©nat assembl√©: " Quel mal lui fait la mort ? nous rejetons toutes les fables ineptes des enfers: qu'est-ce donc que la mort lui a √īt√© ? rien que le sentiment des douleurs. "
    César, l'ami de Catilina, voulant sauver la vie de son ami contre ce même Cicéron, ne lui objecte-t-il pas que ce n'est point punir un criminel que de le faire mourir, que la mort n'est rien, que c'est seulement la fin de nos maux, que c'est un moment plus heureux que fatal ? Cicéron et tout le sénat ne se rendent-ils pas à ces raisons ? Les vainqueurs et les législateurs de l'univers connu formaient donc visiblement une société d'hommes qui ne craignaient rien des dieux, qui étaient de véritables athées.
¬†¬†¬†¬†Bayle examine ensuite si l'idol√Ętrie est plus dangereuse que l'ath√©isme; si c'est un crime plus grand de ne point croire √† la Divinit√© que d'avoir d'elle des opinions indignes: il est en cela du sentiment de Plutarque; il croit qu'il vaut mieux n'avoir nulle opinion qu'une mauvaise opinion; mais, n'en d√©plaise √† Plutarque, il est √©vident qu'il valait infiniment mieux pour les Grecs de craindre C√©r√®s, Neptune et Jupiter, que de ne rien craindre du tout. Il est clair que la saintet√© des serments est n√©cessaire, et qu'on doit se fier davantage √† ceux qui pensent qu'un faux serment sera puni, qu'√† ceux qui pensent qu'ils peuvent faire un faux serment avec impunit√©. Il est indubitable que, dans une ville polic√©e, il est infiniment plus utile d'avoir une religion, m√™me mauvaise, que de n'en avoir point du tout.
¬†¬†¬†¬†Il para√ģt donc que Bayle devait plut√īt examiner quel est le plus dangereux, du fanatisme, ou de l'ath√©isme. Le fanatisme est certainement mille fois plus funeste; car l'ath√©isme n'inspire point de passion sanguinaire, mais le fanatisme en inspire; l'ath√©isme ne s'oppose pas aux crimes, mais le fanatisme les fait commettre. Supposons, avec l'auteur du Commentarium rerum gallicarum, que le chancelier de L'Hospital f√Ľt ath√©e; il n'a fait que de sages lois, et n'a conseill√© que la mod√©ration et la concorde: les fanatiques commirent les massacres de la Saint-Barth√©lemi. Hobbes passa pour un ath√©e; il mena une vie tranquille et innocente: les fanatiques de son temps inond√®rent de sang l'Angleterre, l'√Čcosse, et l'Irlande. Spinosa √©tait non seulement ath√©e, mais il enseigna l'ath√©isme: ce ne fut pas lui assur√©ment qui eut part √† l'assassinat juridique de Barneveldt; ce ne fut pas lui qui d√©chira les deux fr√®res de Wit en morceaux, et qui les mangea sur le gril.
    Les athées sont pour la plupart des savants hardis et égarés qui raisonnent mal, et qui, ne pouvant comprendre la création, l'origine du mal, et d'autres difficultés, ont recours à l'hypothèse de l'éternité des choses et de la nécessité.
    Les ambitieux, les voluptueux, n'ont guère le temps de raisonner, et d'embrasser un mauvais système; ils ont autre chose à faire qu'à comparer Lucrèce avec Socrate. C'est ainsi que vont les choses parmi nous.
    Il n'en était pas ainsi du sénat de Rome, qui était presque tout composé d'athées de théorie et de pratique, c'est-à-dire qui ne croyaient ni à la Providence ni à la vie future; ce sénat était une assemblée de philosophes, de voluptueux et d'ambitieux, tous très dangereux, et qui perdirent la république. L'épicuréisme subsista sous les empereurs: les athées du sénat avaient été des factieux dans les temps de Sylla et de César; ils furent sous Auguste et Tibère des athées esclaves.
¬†¬†¬†¬†Je ne voudrais pas avoir affaire √† un prince ath√©e, qui trouverait son int√©r√™t √† me faire piler dans un mortier: je suis bien s√Ľr que je serais pil√©. Je ne voudrais pas, si j'√©tais souverain, avoir affaire √† des courtisans ath√©es, dont l'int√©r√™t serait de m'empoisonner: il me faudrait prendre au hasard du contre-poison tous les jours. Il est donc absolument n√©cessaire pour les princes et pour les peuples, que l'id√©e d'un √™tre supr√™me, cr√©ateur, gouverneur, r√©mun√©rateur et vengeur, soit profond√©ment grav√©e dans les esprits.
    Il y a des peuples athées, dit Bayle dans ses Pensées sur les comètes. Les Cafres, les Hottentots, les Topinambous, et beaucoup d'autres petites nations, n'ont point de Dieu: ils ne le nient ni ne l'affirment; ils n'en ont jamais entendu parler. Dites-leur qu'il y en a un, ils le croiront aisément; dites-leur que tout se fait par la nature des choses, ils vous croiront de même. Prétendre qu'ils sont athées est la même imputation que si l'on disait qu'ils sont anti-cartésiens; ils ne sont ni pour ni contre Descartes. Ce sont de vrais enfants; un enfant n'est ni athée ni déiste, il n'est rien.
    Quelle conclusion tirerons-nous de tout ceci ? Que l'athéisme est un monstre très pernicieux dans ceux qui gouvernent; qu'il l'est aussi dans les gens de cabinet, quoique leur vie soit innocente, parce que de leur cabinet ils peuvent percer jusqu'à ceux qui sont en place; que, s'il n'est pas si funeste que le fanatisme, il est presque toujours fatal à la vertu. Ajoutons surtout qu'il y a moins d'athées aujourd'hui que jamais, depuis que les philosophes ont reconnu qu'il n'y a aucun être végétant sans germe, aucun germe sans dessein, etc., et que le blé ne vient point de pourriture.
    Des géomètres non philosophes ont rejeté les causes finales, mais les vrais philosophes les admettent; et, comme l'a dit un auteur connu , un catéchiste annonce Dieu aux enfants, et Newton le démontre aux sages.
¬†¬†¬†¬†S'il y a des ath√©es, √† qui doit-on s'en prendre, sinon aux tyrans mercenaires des √Ęmes, qui, en nous r√©voltant contre leurs fourberies, forcent quelques esprits faibles √† nier le Dieu que ces monstres d√©shonorent ? Combien de fois les sangsues du peuple ont-elles port√© les citoyens accabl√©s jusqu'√† se r√©volter contre leur roi !
¬†¬†¬†¬†Des hommes engraiss√©s de notre substance nous crient: Soyez persuad√©s qu'une √Ęnesse a parl√©; croyez qu'un poisson a aval√© un homme et l'a rendu au bout de trois jours sain et gaillard sur le rivage; ne doutez pas que le Dieu de l'univers n'ait ordonn√© √† un proph√®te juif de manger de la merde (Ez√©chiel), et √† un autre proph√®te d'acheter deux catins, et de leur faire des fils de p.... (Os√©e) (ce sont les propres mots qu'on fait prononcer au Dieu de v√©rit√© et de puret√©); croyez cent choses ou visiblement abominables ou math√©matiquement impossibles, sinon le Dieu de mis√©ricorde vous br√Ľlera, non seulement pendant des millions de milliards de si√®cles au feu d'enfer, mais pendant toute l'√©ternit√©, soit que vous ayez un corps, soit que vous n'en ayez pas.
¬†¬†¬†¬†Ces inconcevables b√™tises r√©voltent des esprits faibles et t√©m√©raires, aussi bien que des esprits fermes et sages. Ils disent: Nos ma√ģtres nous peignent Dieu comme le plus insens√© et comme le plus barbare de tous les √™tres; donc il n'y a pas de Dieu: mais ils devraient dire, Donc nos ma√ģtres attribuent √† Dieu leurs absurdit√©s et leurs fureurs, donc Dieu est le contraire de ce qu'ils annoncent, donc Dieu est aussi sage et aussi bon qu'ils le disent fou et m√©chant. C'est ainsi que s'expliquent les sages. Mais si un fanatique les entend, il les d√©nonce √† un magistrat sergent de pr√™tres; et ce sergent les fait br√Ľler √† petit feu, croyant venger et imiter la majest√© divine qu'il outrage.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Atheisme ‚ÄĒ Ath√©isme L‚Äôath√©isme est une attitude[1] ou une doctrine[2] qui ne con√ßoit pas l‚Äôexistence ou affirme l‚Äôinexistence de quelque dieu, divinit√© ou entit√© surnaturelle que ce soit, contrairement, par exemple, au d√©isme, au th√©isme et au panth√©isme… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • ATH√ČISME ‚ÄĒ Litt√©ralement, le mot ¬ęath√©e¬Ľ veut dire ¬ęsans dieu¬Ľ. Pour comprendre ses divers emplois dans le cours de l‚Äôhistoire, il convient de noter que ce terme n√©gatif n‚Äôinclut sp√©cialement aucun verbe. Suivant le contexte, plusieurs pourront √™tre sous… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • ath√©isme ‚ÄĒ ATH√ČISME. sub. m. Impi√©t√©, qui consiste √† ne reconno√ģtre point de Dieu. Le libertinage m√®ne √† l ath√©isme. Cette opinion approche de l ath√©isme ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie Fran√ßaise 1798

  • atheisme ‚ÄĒ Atheisme. s. m. Impiet√© qui consiste √† ne reconnoistre aucune divinit√©. Le libertinage mene √† l atheisme. cette opinion approche de l atheisme ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie fran√ßaise

  • Ath√©isme ‚ÄĒ Laplace, symbole de l ath√©isme scientifique. L‚Äôath√©isme peut √™tre consid√©r√© comme une attitude[1] ou une doctrine[2] qui ne con√ßoit pas l‚Äôexistence ou aff ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • ath√©isme ‚ÄĒ (a t√© i sm ) s. m. Opinion des ath√©es. ‚Äʬ†¬†¬†La fin de vos revers confondra l ath√©isme, M. J. CH√ČN. F√©nel. V, 5. ‚Äʬ†¬†¬†√Ä la fin tous ces jeux que l ath√©isme √©l√®ve Conduisent tristement le plaisant √† la gr√®ve, BOILEAU Art p. II. ‚Äʬ†¬†¬†On a bien pr√©vu… ‚Ķ   Dictionnaire de la Langue Fran√ßaise d'√Čmile Littr√©

  • ATH√ČISME ‚ÄĒ s. m. L opinion, la doctrine des ath√©es. Cette opinion approche de l ath√©isme. Tomber dans l ath√©isme. Ces principes m√®nent √† l ath√©isme. Faire profession d ath√©isme ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ATH√ČISME ‚ÄĒ n. m. Doctrine philosophique qui nie l‚Äôexistence de Dieu. Cette opinion approche de l‚Äôath√©isme. Tomber dans l‚Äôath√©isme. Faire profession d‚Äôath√©isme ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Atheisme ‚ÄĒ ¬†¬†¬†—Ā–ľ. –ź—ā–Ķ–ł–∑–ľ ‚Ķ   –§–ł–Ľ–ĺ—Ā–ĺ—Ą—Ā–ļ–ł–Ļ —Ā–Ľ–ĺ–≤–į—Ä—Ć –°–Ņ–ĺ–Ĺ–≤–ł–Ľ—Ź

  • Ath√©isme Juif ‚ÄĒ L ath√©isme juif est la forme particuli√®re que prend l ath√©isme chez les personnes qui se revendiquent de la tradition juive[1]. Il pose, depuis l √©poque de l √Čmancipation, la question de la possibilit√© d un juda√Įsme enti√®rement s√©cularis√©, de ses ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.