ASTRONOMIE

ÔĽŅ
ASTRONOMIE
ASTRONOMIE ET QUELQUES R√ČFLEXIONS SUR L'ASTROLOGIE.
¬†¬†¬†¬†M. Duval , qui a √©t√©, si je ne me trompe, biblioth√©caire de l'empereur Fran√ßois 1er, a rendu compte de la mani√®re dont un pur instinct, dans son enfance, lui donna les premi√®res id√©es d'astronomie. Il contemplait la lune qui, en s'abaissant vers le couchant, semblait toucher aux derniers arbres d'un bois; il ne douta pas qu'il ne la trouv√Ęt derri√®re ces arbres; il y courut, et fut √©tonn√© de la voir au bout de l'horizon.
    Les jours suivants, la curiosité le força de suivre le cours de cet astre, et il fut encore plus surpris de le voir se lever et se coucher à des heures différentes.
    Les formes diverses qu'il prenait de semaine en semaine, sa disparition totale durant quelques nuits, augmentèrent son attention. Tout ce que pouvait faire un enfant, était d'observer et d'admirer: c'était beaucoup; il n'y en a pas un sur dix mille qui ait cette curiosité et cette persévérance.
¬†¬†¬†¬†Il √©tudia comme il put pendant une ann√©e enti√®re, sans autre livre que le ciel, et sans autre ma√ģtre que ses yeux. Il s'aper√ßut que les √©toiles ne changeaient point entre elles de position. Mais le brillant de l'√©toile de V√©nus fixant ses regards, elle lui parut avoir un cours particulier √† peu pr√®s comme la lune; il l'observa toutes les nuits; elle disparut longtemps √† ses yeux, et il la revit enfin devenue l'√©toile du matin au lieu de l'√©toile du soir.
    La route du soleil, qui de mois en mois se levait et se couchait dans des endroits du ciel différents, ne lui échappa point; il marqua les solstices avec deux piquets, sans savoir ce que c'était que les solstices.
    Il me semble que l'on pourrait profiter de cet exemple pour enseigner l'astronomie à un enfant de dix à douze ans, beaucoup plus facilement que cet enfant extraordinaire dont je parle n'en apprit par lui-même les premiers éléments.
¬†¬†¬†¬†C'est d'abord un spectacle tr√®s attachant, pour un esprit bien dispos√© par la nature, de voir que les diff√©rentes phases de la lune ne sont autre chose que celles d'une boule autour de laquelle on fait tourner un flambeau qui tant√īt en laisse voir un quart, tant√īt une moiti√©, et qui la laisse invisible quand on met un corps opaque entre elle et le flambeau. C'est ainsi qu'en usa Galil√©e, lorsqu'il expliqua les v√©ritables principes de l'astronomie devant le doge et les s√©nateurs de Venise sur la tour de Saint-Marc; il d√©montra tout aux yeux.
¬†¬†¬†¬†En effet, non seulement un enfant, mais un homme m√Ľr qui n'a vu les constellations que sur des cartes, a beaucoup de peine √† les reconna√ģtre quand il les cherche dans le ciel. L'enfant concevra tr√®s bien en peu de temps les causes de la course apparente du soleil et de la r√©volution journali√®re des √©toiles fixes.
¬†¬†¬†¬†Il reconna√ģtra surtout les constellations √† l'aide de ces quatre vers latins, faits par un astronome il y a environ cinquante ans, et qui ne sont pas assez connus:
    " Delta aries, Perseum taurus, geminique capellam,
    Nil cancer, plaustrum leo, virgo comam atque bootem,
    Libra anguem, anguiferum fert scorpius, Antinoum arcus,
    Delphinum caper, amphora equos, Cepheida pisces. "
    Les systèmes de Ptolémée et de Ticho-Brahé ne méritent pas qu'on lui en parle, puisqu'ils sont faux: ils ne peuvent jamais servir qu'à expliquer quelques passages des anciens auteurs qui ont rapport aux erreurs de l'antiquité; par exemple, dans le second livre des Métamorphoses d'Ovide, le Soleil dit à Phaéton (vers 70, 72, 73):
    " Adde quod assidua rapitur vertigine coelum,
    ....
    Nitor in adversum, nec me, qui caetera, vincit
    Impetus, et rapido contrarius evehor orbi. "
    Un mouvement rapide emporte l'empyrée:
    Je résiste moi seul, moi seul je suis vainqueur
    Je marche contre lui dans ma course assurée.
¬†¬†¬†¬†Cette id√©e d'un premier mobile qui faisait tourner un pr√©tendu firmament en vingt-quatre heures d'un mouvement impossible, et du soleil qui, entra√ģn√© par ce premier mobile, s'avan√ßait pourtant insensiblement d'occident en orient par un mouvement propre qui n'a aucune cause, ne ferait qu'embarrasser un jeune commen√ßant.
    Il suffit qu'il sache que, soit que la terre tourne sur elle-même et autour du soleil, soit que le soleil achève sa révolution en une année, les apparences sont à peu près les mêmes, et qu'en astronomie on est obligé de juger par ses yeux avant que d'examiner les choses en physicien.
¬†¬†¬†¬†Il conna√ģtra bien vite la cause des √©clipses de lune et de soleil, et pourquoi il n'y en a point tous les mois. Il lui semblera d'abord que le soleil se trouvant chaque mois en opposition ou en conjonction avec la lune, nous devrions avoir chaque mois une √©clipse de lune et une de soleil. Mais d√®s qu'il saura que ces deux astres ne se meuvent point dans un m√™me plan, et sont rarement sur la m√™me ligne avec la terre, il ne sera plus surpris.
    On lui fera aisément comprendre comment on a pu prédire les éclipses, en connaissant la ligne circulaire dans laquelle s'accomplissent le mouvement apparent du soleil et le mouvement réel de la lune. On lui dira que les observateurs ont su, par l'expérience et par le calcul, combien de fois ces deux astres se sont rencontrés précisément dans la même ligne avec la terre en dix-neuf années et quelques heures, après quoi ces astres paraissent recommencer le même cours; de sorte qu'en faisant les corrections nécessaires aux petites inégalités qui arrivaient dans ces dix-neuf années, on prédisait au juste quel jour, quelle heure et quelle minute il y aurait une éclipse de lune ou de soleil. Ces premiers éléments entrent aisément dans la tête d'un enfant qui a quelque conception.
    La précession des équinoxes même ne l'effraiera pas. On se contentera de lui dire que le soleil a paru avancer continuellement dans sa course annuelle d'un degré en soixante et douze ans vers l'orient, et que c'est ce que voulait dire Ovide par ce vers que nous avons cité:
    "....Contrarius evehor orbi. "
    Ma carrière est contraire au mouvement des cieux.
¬†¬†¬†¬†Ainsi le b√©lier, dans lequel le soleil entrait autrefois au commencement du printemps, est aujourd'hui √† la place o√Ļ √©tait le taureau; et tous les almanachs ont tort de continuer, par un respect ridicule pour l'antiquit√©, √† placer l'entr√©e du soleil dans le b√©lier au premier jour du printemps.
    Quand on commence à posséder quelques principes d'astronomie, on ne peut mieux faire que de lire les Institutions de M. Lemonnier, et tous les articles de M. d'Alembert dans l'Encyclopédie concernant cette science. Si on les rassemblait, ils feraient le traité le plus complet et le plus clair que nous ayons eu.
¬†¬†¬†¬†Ce que nous venons de dire du changement arriv√© dans le ciel, et de l'entr√©e du soleil dans d'autres constellations que celles qu'il occupait autrefois, √©tait le plus fort argument contre les pr√©tendues r√®gles de l'astrologie judiciaire. Il ne para√ģt pas cependant qu'on ait fait valoir cette preuve avant notre si√®cle pour d√©truire cette extravagance universelle, qui a si longtemps infect√© le genre humain, et qui est encore fort en vogue dans la Perse.
    Un homme né, selon l'almanach, quand le soleil était dans le signe du lion, devait être nécessairement courageux: mais malheureusement il était né en effet sous le signe de la vierge; ainsi il aurait fallu que Gauric et Michel Morin eussent changé toutes les règles de leur art.
    Une chose assez plaisante, c'est que toutes les lois de l'astrologie étaient contraires à celles de l'astronomie. Les misérables charlatans de l'antiquité et leurs sots disciples, qui ont été si bien reçus et si bien payés chez tous les princes de l'Europe, ne parlaient que de Mars et de Vénus stationnaires et rétrogrades. Ceux qui avaient Mars stationnaire devaient être toujours vainqueurs; Vénus stationnaire rendait tous les amants heureux; si on était né quand Vénus était rétrograde, c'était ce qui pouvait arriver de pis. Mais le fait est que les astres n'ont jamais été ni rétrogrades ni stationnaires; et il suffirait d'une légère connaissance de l'optique pour le démontrer.
    Comment donc s'est-il pu faire que, malgré la physique et la géométrie, cette ridicule chimère de l'astrologie ait dominé jusqu'à nos jours, au point que nous avons vu des hommes distingués par leurs connaissances, et surtout très profonds dans l'histoire, entêtés toute leur vie d'une erreur si méprisable ? Mais cette erreur était ancienne, et cela suffit.
¬†¬†¬†¬†Les √Čgyptiens, les Chald√©ens, les Juifs, avaient pr√©dit l'avenir; donc on peut aujourd'hui le pr√©dire. On enchantait les serpents, on √©voquait des ombres; donc on peut aujourd'hui √©voquer des ombres et enchanter des serpents. Il n'y a qu'√† savoir bien pr√©cis√©ment la formule dont on se servait. Si on ne fait plus de pr√©dictions, ce n'est pas la faute de l'art, c'est la faute des artistes. Michel Morin est mort avec son secret. C'est ainsi que les alchimistes parlent de la pierre philosophale. Si nous ne la trouvons pas aujourd'hui, disent-ils, c'est que nous ne sommes pas encore assez au fait; mais il est certain qu'elle est dans la Clavicule de Salomon; et, avec cette belle certitude, plus de deux cents familles se sont ruin√©es en Allemagne et en France.
DIGRESSION SUR L'ASTROLOGIE SI IMPROPREMENT NOMM√ČE JUDICIAIRE.
    Ne vous étonnez donc point si la terre entière a été la dupe de l'astrologie. Ce pauvre raisonnement, " Il y a de faux prodiges, donc il y en a de vrais, " n'est ni d'un philosophe ni d'un homme qui ait connu le monde.
    " Cela est faux et absurde; donc cela sera cru par la multitude: " voilà une maxime plus vraie.
¬†¬†¬†¬†√Čtonnez-vous encore moins que tant d'hommes, d'ailleurs tr√®s √©lev√©s au-dessus du vulgaire, tant de princes, tant de papes, qu'on n'aurait pas tromp√©s sur le moindre de leurs int√©r√™ts, aient √©t√© si ridiculement s√©duits par cette impertinence de l'astrologie. Ils √©taient tr√®s orgueilleux et tr√®s ignorants. Il n'y avait d'√©toiles que pour eux: le reste de l'univers √©tait de la canaille dont les √©toiles ne se m√™laient pas. Ils ressemblaient √† ce prince qui tremblait d'une com√®te, et qui r√©pondait gravement √† ceux qui ne la craignaient pas: " Vous en parlez fort √† votre aise; vous n'√™tes pas princes. "
    Le fameux duc Valstein fut un des plus infatués de cette chimère. Il se disait prince, et par conséquent pensait que le zodiaque avait été formé tout exprès pour lui. Il n'assiégeait une ville, il ne livrait une bataille, qu'après avoir tenu son conseil avec le ciel; mais comme ce grand homme était fort ignorant, il avait établi pour chef de ce conseil un fripon d'Italien, nommé Jean-Baptiste Seni, auquel il entretenait un carrosse à six chevaux, et donnait la valeur de vingt mille de nos livres de pension. Jean-Baptiste Seni ne put jamais prévoir que Valstein serait assassiné par les ordres de son gracieux souverain Ferdinand II, et que lui Seni s'en retournerait à pied en Italie.
¬†¬†¬†¬†Il est √©vident qu'on ne peut rien savoir de l'avenir que par conjectures. Ces conjectures peuvent √™tre si fortes qu'elles approcheront d'une certitude. Vous voyez une baleine avaler un petit gar√ßon: vous pourriez parier dix mille contre un qu'il sera mang√©; mais vous n'en √™tes pas absolument s√Ľr, apr√®s les aventures d'Hercule, de Jonas et de Roland le fou, qui rest√®rent si longtemps dans le ventre d'un poisson.
    On ne peut trop répéter qu'Albert-le-Grand et le cardinal d'Ailli ont fait tous deux l'horoscope de Jésus-Christ. Ils ont lu évidemment dans les astres combien de diables il chasserait du corps des possédés, et par quel genre de mort il devait finir; mais malheureusement ces deux savants astrologues n'ont rien dit qu'après coup.
    Nous verrons ailleurs que, dans une secte qui passe pour chrétienne , on ne croit pas qu'il soit possible à l'intelligence suprême de voir l'avenir autrement que par une suprême conjecture; car l'avenir n'existant point, c'est, selon eux, une contradiction dans les termes, de voir présent ce qui n'est pas.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Astronomie ‚ÄĒ Astronomie ‚Ķ   Deutsch W√∂rterbuch

  • ASTRONOMIE ‚ÄĒ  Ne doit pas √™tre confondu avec Astrologie. L‚Äôastronomie est la science de l‚Äôobservation des astres, cherchant √† expliquer leur origine, leur √©volution, leurs propri√©t√©s physiques et chimiques. Elle ne doit pas √™tre confondue avec la… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • astronomie ‚ÄĒ [ astr…Ēn…Ēmi ] n. f. ‚ÄĘ v. 1150 ¬ę observation des astres; divination ¬Ľ; lat. astronomia, mot gr. ‚ô¶ Science des astres, des corps c√©lestes (y compris la Terre) et de la structure de l Univers. ‚áíaussi cosmogonie, cosmographie, cosmologie,… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Astronomie ‚ÄĒ Astronomie. Gegenstand der Astronomie ist die Erforschung der r√§umlichen Verteilung, der Bewegungen und der physikalischen Beschaffenheit (und ihrer Aenderungen) aller Himmelsk√∂rper. Die Erde kommt nur als Glied des Sonnensystems und als… ‚Ķ   Lexikon der gesamten Technik

  • Astronomie X ‚ÄĒ Astronomie des rayons X L astronomie des rayons X (ou aussi ¬ę astronomie X ¬Ľ) est la branche observationelle de l astronomie qui s occupe de l √©mission des rayons X des objets c√©lestes. Puisque la radiation X est absorb√©e par l… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • astronomie ‚ÄĒ ASTRONOM√ćE s.f. ŇětiinŇ£ńÉ care se ocupńÉ cu studiul aŇütrilor, al sistemelor de aŇütri, al galaxiilor Ňüi al universului. ‚Äď Din fr. astronomie, lat. astronomia. Trimis de cata, 07.02.2004. Sursa: DEX 98 ÔĽŅ astronom√≠e s. f., art. astronom√≠a, g. d. art.… ‚Ķ   Dic»õionar Rom√Ęn

  • AstronŇŹmie ‚ÄĒ (gr. Astronomń≠a), die Wissenschaft von der erkennbaren Natur der Himmelsk√∂rper u. ihrer Verbindung zu einem Ganzen. I. Die A. zerf√§llt in die theoretische u. praktische. A) Theoretische A.; diese theilt man in die sph√§rische, scientifische u.… ‚Ķ   Pierer's Universal-Lexikon

  • Astronomie ‚ÄĒ (griech., Sternkunde, Himmelskunde), die Wissenschaft, welche die Erscheinungen der Gestirne am Himmel, die Gesetze ihrer scheinbaren und wahren Bewegungen, ihre Gr√∂√üen, Entfernungen und physischen Eigenschaften lehrt. Anfangs fast nur auf blo√üe… ‚Ķ   Meyers Gro√ües Konversations-Lexikon

  • astronomie ‚ÄĒ ASTRONOMIE. s. f. La Science du cours et de la position des Astres. Il est savant en Astronomie. Les principes de l Astronomie sont certains. [b]f‚ôõ/b] On appelle Astronomie physique, La partie de l Astronomie qui a pour objet d expliquer les… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie Fran√ßaise 1798

  • Astronomie ‚ÄĒ Sf Sternkunde erw. fach. (12. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus l. astronomia, dieses aus gr. astronom√≠a Sternkunde zu gr. astron√≥mos Sternkundiger zu gr. astro (astro ) und gr. n√≥mos ( nom). Das griechische Wort ist sp√§ter und seltener als gr.… ‚Ķ   Etymologisches W√∂rterbuch der deutschen sprache


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.