TENIR

ÔĽŅ
TENIR
    Tenir, v. act. et quelquefois n. La signification naturelle et primordiale de tenir est d'avoir quelque chose entre ses mains; tenir un livre, une épée, les rênes des chevaux, le timon, le gouvernail d'un vaisseau; tenir un enfant par les lisières; tenir quelqu'un par le bras; tenir fort; tenir serré, ferme, faiblement; tenir à brasse corps; tenir à deux mains; tenir à la gorge; tenir le poignard sur la gorge, au propre, etc.
    Par extension et au figuré il a plusieurs autres significations. Tenir, posséder. Le roi d'Angleterre tient une principauté en Allemagne. On tient une terre en fief, un bénéfice en commende, une maison à loyer, à bail judiciaire, etc. Les mahométans tiennent les plus beaux pays de l'Europe et de l'Asie. Les rois d'Angleterre ont tenu plusieurs provinces en France à foi et hommage de la couronne.
    Tenir, dans le sens d'occuper. Un officier tient une place pour le roi. On tient le jeu de quelqu'un, pour quelqu'un; il tient, il occupe le premier étage; il le tient à bail, à loyer; tenir une ferme.
    Tenir, pour exprimer l'ordre des personnes et des choses. Les présidents dans leurs compagnies tiennent le premier rang. On tient son rang, sa place, son poste; et dans le discours familier, on tient son coin. Il a tenu le milieu entre ces deux extrémités. Les livres d'histoire tiennent le premier rang dans sa bibliothèque.
    Tenir, pour garder. Tenir son argent dans son cabinet, son vin à la cave, ses papiers sous la clef, sa femme dans un couvent.
    Tenir, pour contenir au propre. Cette grange tient tant de gerbes, ce muid tant de pintes; cette forêt tient dix lieues de long; l'armée tenait quatre lieues de pays; cet homme, ce meuble tient trop de place; il ne peut tenir que vingt personnes à cette table.
    Tenir, pour contenir au figuré. Il est si remuant, si vif, qu'on ne le peut tenir; il ne peut tenir sa langue; tenir en place; rien ne le peut tenir; c'est-à-dire contenir, réprimer. Vous ne pouvez vous tenir de jouer, de médire. C'est dans ce sens figuré qu'on tient les peuples dans le devoir, les enfants dans le respect, les ennemis en échec, dans la crainte. On les contient au figuré.
    Il n'en est pas de même de tenir la balance entre les puissances, parce qu'on ne contient pas la balance. On est supposé tenir la balance dans sa main; c'est une métaphore. Tenir de court est aussi une métaphore, prise des rênes des chevaux et des laisses des chiens.
    Tenir, être proche, être joint, contigu, attaché, adhérer. Le jardin tient à ma maison, la forêt au jardin. Ce tableau ne tient qu'à un clou; ce miroir tient mal, il est mal attaché. De là on dit au figuré, la vie ne tient qu'à un fil, ne tient à rien. Sa condamnation a tenu à peu de chose. Je ne sais qui me tient que je n'éclate ! A quoi tient-il que vous ne sollicitiez cette affaire ? Qu'à cela ne tienne. Il n'y a ni considération ni crédit qui tienne, il sera condamné. S'il ne tient qu'à donner de l'argent, en voilà. Il n'a pas tenu à moi que vous ne fussiez heureux. Votre argent ne tient à rien. Cela tient comme de la glu, proverbialement et bassement.
    Tenir, pour avoir soin. Tenir sa maison propre, ses enfants bien vêtus, ses affaires en ordre, ses meubles en bon état, ses portes fermées, ses fenêtres ouvertes.
    Tenir, pour exprimer les situations du corps. Il tient les yeux ouverts, les yeux baissés, les mains jointes, la tête droite, les pieds en dehors, etc. Il se tient droit, debout, courbé, assis. Il se tient mal, il se tient bien. Il se tient sous les armes. On dit que Siméon Stylite se tint plusieurs années sur une jambe. Les grues se tiennent souvent sur une pate.
¬†¬†¬†¬†Et au figur√©: Il se tient √† sa place, c'est-√†-dire il est modeste, il ne se m√©conna√ģt pas, il m√©nage l'orgueil des autres. Il se tient en repos, il se tient √† l'√©cart, il se tient clos et couvert, il ne se m√™le pas des affaires d'autrui, il ne s'expose pas. Vous tiendrez-vous les bras crois√©s ? vous tiendrez-vous √† ne rien faire ?
    Tenir, pour exprimer les effets un peu durables de quelque chose. Le lait tient le teint frais; les fruits fondants tiennent le ventre libre. La fourrure tient chaud; la société tient gai. Le régime me tient sain, l'exercice me tient dispos, la solitude me tient laborieux, etc.
    Tenir, être redevable. Je tiens tout de votre bonté; je tiens du roi ma terre, mes privilèges, ma fortune. S'il a quelque chose de bon, il le tient de vos exemples. Il tient la vie de la clémence du prince.
    Tu vois le jour, Cinna; mais ceux dont tu le tiens
    Furent les ennemis de mon père et les miens.
    CORNEILLE, Cinna, acte V, scène I.
¬†¬†¬†¬†C'est √† peu pr√®s en ce sens qu'on dit: Je tiens ce secret d'un charlatan. Je tiens cette nouvelle d'un homme instruit. Je tiens cette fa√ßon de travailler d'un grand ma√ģtre. Je tiens de lui ma m√©thode, mes id√©es sur la m√©taphysique; c'est-√†-dire, je lui en suis redevable, je les ai puis√©es chez lui.
¬†¬†¬†¬†Tenir, ressembler, participer. Il tient de son p√®re et de sa m√®re; il a de qui tenir; il tient de race. Il tient sa valeur de son p√®re et sa modestie de sa m√®re. Ce style tient du burlesque, il participe du burlesque; cette architecture, du gothique. Le mulet tient de l'√Ęne et du cheval.
¬†¬†¬†¬†Tenir, pour signifier l'exercice des emplois et des professions. Un ma√ģtre √®s arts peut tenir √©cole et pension. Il faut la permission du roi pour tenir man√©ge. Tout n√©gociant peut tenir banque. Il faut √™tre ma√ģtre pour tenir boutique. Ce n'est que par tol√©rance qu'on tient acad√©mie de jeu. Tout citoyen peut tenir des chambres garnies. Pour tenir auberge, cabaret, il faut permission.
    Tenir, pour demeurer, être longtemps dans la même situation. Ce général a tenu longtemps la campagne; ce malade tient la chambre, le lit. Ce débiteur tient prison. Ce vaisseau a tenu la mer six mois. Il m'a tenu, je me suis tenu longtemps au froid, à l'air, à la pluie.
    Tenir, pour convoquer, assembler, présider. Le pape tient concile, consistoire, chapelle. Le roi tient conseil, tient le sceau. On tient les états, la chambre des vacations, les grands jours, etc. La foire se tient; le marché se tient.
¬†¬†¬†¬†Tenir, pour exprimer les maux du corps et de l'√Ęme. La goutte, la fi√®vre le tient. Son acc√®s le tient; quand sa col√®re le tient, il n'est plus ma√ģtre de lui; sa mauvaise humeur le tient, il n'en faut pas approcher. On voit bien ce qui le tient, c'est la peur. Qu'est-ce qui le tient ? la mauvaise honte.
¬†¬†¬†¬†Remarquez que quand ces affections de l'√Ęme la ma√ģtrisent, alors elles gouvernent le verbe; car ce sont elles qui agissent. Mais quand on semble les faire durer, c'est la personne qui gouverne le verbe. Il tint sa col√®re longtemps contre son rival. Il lui tint rancune. Il tient sa gravit√©, son quant-√†-moi, son fier. Je tiens ma col√®re ne peut signifier, je retiens ma col√®re, mais au contraire, je la garde. On ne peut dire tenir son courage, tenir son humeur, parce que le courage est une qualit√© qui doit toujours dominer, et l'humeur une affection involontaire. Personne ne veut avoir d'humeur, mais on veut bien avoir de la col√®re contre les m√©chants, contre les hypocrites, tenir sa col√®re contre eux. C'est par la m√™me raison qu'on tient une conduite, un parti, parce qu'on est cens√© les vouloir tenir. Vous tenez votre s√©rieux, et votre s√©rieux ne vous tient pas. On tient rigueur, la rigueur ne vous tient pas.
    Tenir, pour résister. La citadelle a tenu plus longtemps que la ville. Les ennemis pourront à peine tenir cette année. Ce général a tenu dans Prague contre une armée de soixante et dix mille hommes. Tenir tête, tenir bon, tenir ferme. Il tient au vent, à la pluie, à toutes les fatigues.
    Tenir, pour avoir et entretenir. Il tient son fils au collége, à l'académie. Le roi tient des ambassadeurs dans plusieurs cours; il tient garnison dans les villes frontières. Ce ministre tient des émissaires, des espions, dans les cours étrangères.
    Tenir, pour croire, réputer. On ne tient plus, dans les écoles, les dogmes d'Aristote. Les mahométans tiennent que Dieu est incommunicable; la plupart tiennent que l'Alcoran n'est pas de toute éternité. Les Indiens et les Chinois tiennent la métempsycose. Je me tiens heureux, je me tiens perdu; c'est-à-dire, je me crois heureux, je me crois perdu. On tient les opinions de Leibnitz pour chimériques; mais on tient ce philosophe pour un grand génie. Il a tenu ma visite à honneur, et mes réflexions à injure. Il se l'est tenu pour dit. Remarquez que lorsque tenir signifie réputer, avoir opinion, il s'emploie également avec l'accusatif et avec la préposition pour.
    Qu'il la tient pour sensée et de bon jugement.
    RACINE, les Plaideurs, acte II, scène IV.
    Ma foi, je le tiens fou de toutes les manières.
¬†¬†¬†¬†MOLI√ąRE, l'√Čcole des femmes, acte I, sc√®ne I.
    Tenir, pour exécuter, accomplir, garder. Un honnête homme tient sa promesse; un roi sage tient ses traités. On est obligé de tenir ses marchés; quand on a donné sa parole, il la faut tenir.
    Tenir, au lieu de suivre. Ils tiennent le chemin de Lyon. Quelle route tiendrez-vous ? Tenez les bords; tenez toujours le large, le bas, le haut, le milieu.
    Tenir, être contigu. Cette maison tient à la mienne, la galerie tient à son appartement.
    Tenir, pour signifier les liaisons de parenté, d'affection. Sa famille tient aux meilleures maisons du royaume. Il ne tient plus au monde que par habitude; vous ne tenez à cet homme que par sa place; il tient à cette femme par une inclination invincible.
¬†¬†¬†¬†Tenir, se fixer √† quelque chose. Je m'en tiens aux d√©couvertes de Newton sur la lumi√®re. Il s'en tient √† l'√Čvangile, et rejette la tradition. Apr√®s avoir gagn√© cent mille francs il devait s'en tenir l√†. Il faut s'en tenir √† la d√©cision des arbitres, et ne point plaider. Remarquez que dans toutes ces acceptions la particule en est n√©cessaire; elle emporte l'exclusion du contraire. Je m'en tiens √† l'opinion de Locke signifie, de toutes les opinions, je m'en tiens √† celle-l√†. Mais, je me tiens aux opinions de Locke, signifie seulement, je les adopte, sans exprimer absolument si j'en ai examin√© et rejet√© d'autres.
¬†¬†¬†¬†Outre ces significations g√©n√©rales du mot tenir, il en a beaucoup de particuli√®res. Tenir une terre par ses mains, c'est la faire valoir; tenir le sceptre, c'est r√©gner; tenir la mer, c'est √™tre embarqu√© longtemps. Une arm√©e tient la campagne; un embarras tient toute une rue; l'eau glac√©e et l'eau bouillante tiennent plus de place que l'eau ordinaire. Ce sable ne tient point, cette colle tiendra longtemps. Il s'est tenu au gros de l'arbre. Le gibier a tenu, c'est-√†-dire ne s'est pas √©cart√© de la place o√Ļ on l'a cherch√©. Les gardes se sont tenus √† la porte; le march√©, la foire tient ou se tient aujourd'hui; l'audience tient les matins; on tient la main √† l'ex√©cution des r√©glements; le greffier tient la plume, le commis la caisse. Tout p√®re de famille doit tenir un registre, un livre de compte. On tient un enfant sur les fonts de bapt√™me. Tenir un homme sur les fonts, c'est parler de lui et discuter son caract√®re, r√©pondre pour lui qu'il a telle inclination, comme au bapt√™me on r√©pond pour le filleul. Une chose tient lieu d'une autre; ce pr√©sent tient lieu d'argent; son accueil tient lieu de r√©compense. On est tenu de rendre foi et hommage √† son seigneur, d'assister aux √©tats de sa province, de marcher avec son r√©giment, de payer les d√ģmes, etc.
¬†¬†¬†¬†On tient table, on tient chapelle, on tient sa partie dans la musique, on tient sur une note, on tient au jeu; l'un fait va tout, l'autre le tient; on tient les cartes, on tient le d√©, on tient le haut bout, le haut du pav√©, le milieu. On tient compte de l'argent, des faveurs qu'on a re√ßues. On va m√™me jusqu'√† dire que Dieu nous tiendra compte d'une bonne action. On se tient s√Ľr, on tient pour quelqu'un. Les cordeliers tiennent pour Scot, et les dominicains pour saint Thomas. On tient une chose pour non avenue quand elle n'a eu aucune suite; on tient une faveur pour re√ßue quand on est s√Ľr de la bonne volont√©; un bon vaisseau tient √† tout vent. On tient des propos, des discours, un langage.
    Quel propos vous tenez !
¬†¬†¬†¬†MOLI√ąRE.
    Cessez de tenir ce langage.
    RACINE.
¬†¬†¬†¬†Les proverbes qui naissent de ce mot sont en tr√®s grand nombre. Il en tient, c'est-√†-dire on l'a tromp√©, ou il a succomb√© dans une affaire, ou il a √©t√© condamn√©, ou il a √©t√© vaincu, etc. Il a vu cette femme, il en tient. Il a un peu trop bu, il en tient. Il tient le loup par les oreilles, c'est-√†-dire il se trouve dans une situation √©pineuse. Cet accord tient √† chaux et √† ciment, c'est-√†-dire qu'il ne sera pas ais√©ment chang√©. Cette femme tient ses amants le bec dans l'eau, pour dire, elle les amuse, leur donne de fausses esp√©rances. Tenir l'√©p√©e dans les reins, le poignard sur la gorge ou √† la gorge, signifie presser vivement quelqu'un de conclure. Tenir pied √† boule, √™tre assidu, ne point abandonner une affaire. Tenir quelqu'un dans sa manche, √™tre s√Ľr de son consentement, de son opinion. Tenir le d√© dans la conversation, parler trop, vouloir primer. C'est un furieux, il faut le tenir √† quatre. Se faire tenir √† quatre, faire le difficile. Il tient bien sa partie, c'est-√†-dire il s'acquitte bien de son devoir. Tenir quelqu'un sur le tapis, parler beaucoup de lui. Cet homme croyait r√©ussir, il ne tient rien. Il n'a qu'√† se bien tenir. Il a beau vouloir m'√©chapper, je le tiens. Il faut le tenir par les cordons ou les lisi√®res, c'est-√†-dire le mener comme un enfant, un homme qui ne sait pas se conduire. Rancune tenant. Tenir le bon bout par-devers soi, c'est avoir ses s√Ľret√©s dans une affaire, c'est √™tre en possession de ce qui est contest√©. Croire tenir Dieu par les pieds, expression populaire pour marquer sa joie d'un bonheur inesp√©r√©.
    Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras, ancien proverbe. Serrez la main, et dites que vous ne tenez rien; mauvais proverbe populaire. Cet homme se tient mieux à table qu'à cheval; il se tient droit comme un cierge. Le plus empêché est celui qui tient la queue de la poêle, tous proverbes du peuple.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tenir ‚ÄĒ [ t(…ô)nir ] v. <conjug. : 22> ‚ÄĘ Xe; lat. pop. ¬įtenire, class. tenere I ‚ô¶ V. tr. 1 ‚ô¶ Avoir (un objet) avec soi en le serrant afin qu il ne tombe pas, ne s √©chappe pas. Tenir son chapeau √† la main. ¬ę Il tenait un luth d une main, De l autre… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • tenir ‚ÄĒ √† fable, Pro fabula ac nugis habere. Herberay au prologue de Josephe, Dont plusieurs Romans parlent et escrivent si loing de la verit√©, que toute personne de bon esprit le doit tenir plus √† fable qu autrement. Tenir, Tenere. Tenir √† perdu, c est… ‚Ķ   Thresor de la langue fran√ßoyse

  • te√Īir ‚ÄĒ Se conjuga como: re√Īir Infinitivo: Gerundio: Participio: te√Īir ti√Īendo te√Īido ¬† ¬† Indicativo ¬† presente imperfecto pret√©rito futuro condicional yo t√ļ √©l, ella, Ud. nosotros vosotros ellos, ellas, Uds. ti√Īo ti√Īes ti√Īe te√Īimos te√Ī√≠s ti√Īen te√Ī√≠a… ‚Ķ   Wordreference Spanish Conjugations Dictionary

  • te√Īir ‚ÄĒ Aplicar pigmentos a una sustancia o tejido para estudiarla al microscopio. Diccionario Mosby Medicina, Enfermer√≠a y Ciencias de la Salud, Ediciones Hancourt, S.A. 1999 ‚Ķ   Diccionario m√©dico

  • Tenir au cŇďur ‚ÄĒ ‚óŹ Tenir au cŇďur faire l objet d une constante pr√©occupation ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • te√Īir ‚ÄĒ verbo transitivo 1. Dar (una persona) a [una cosa] un color distinto del que ten√≠a mediante una sustancia: Mar√≠a ha te√Īido de azul la chaqueta. cabello* te√Īido. 2. Dar ‚Ķ   Diccionario Salamanca de la Lengua Espa√Īola

  • te√Īir ‚ÄĒ (Del lat. tingńēre). 1. tr. Dar cierto color a una cosa, encima del que ten√≠a. U. t. c. prnl.) 2. Dar a algo un car√°cter o apariencia que no es el suyo propio, o que lo altera. 3. Pint. Rebajar o apagar un color con otros m√°s oscuros. ¬∂ MORF.… ‚Ķ   Diccionario de la lengua espa√Īola

  • tenir ‚ÄĒ (te nir), je tiens, tu tiens, il tient, nous tenons, vous tenez, ils tiennent ; je tenais ; je tins, nous t√ģnmes ; je tiendrai ; je tiendrais ; tiens, qu il tienne, tenons ; que je tienne, que nous tenions, que vous teniez, qu ils tiennent ; que… ‚Ķ   Dictionnaire de la Langue Fran√ßaise d'√Čmile Littr√©

  • TENIR ‚ÄĒ v. a. ( Je tiens, tu tiens, il tient¬†; nous tenons, vous tenez, ils tiennent. Je tenais. Je tins. J ai tenu. Je tiendrai. Je tiendrais. Tiens, tenez. Que je tienne. Que je tinsse. Tenant. Tenu. ) Avoir √† la main, avoir entre les mains. Tenir un… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TENIR ‚ÄĒ v. tr. Avoir √† la main, avoir dans les mains, entre les bras, de mani√®re √† ne pas laisser aller. Tenir un livre. Tenir une √©p√©e. Tenez bien cela, tenez le ferme, tenez le serr√©. Tenir quelqu‚Äôun par le bras, par le corps. Tenir les r√™nes des… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.