SOPHISTE


SOPHISTE
    Un géomètre un peu dur nous parlait ainsi: Y a-t-il rien dans la littérature de plus dangereux que des rhéteurs sophistes ? parmi ces sophistes y en eut-il jamais de plus inintelligibles et de plus indignes d'être entendus que le divin Platon ?
    La seule idée utile qu'on puisse peut-être trouver chez lui, est l'immortalité de l'âme, qui était déjà établie chez tous les peuples policés. Mais comment prouve-t-il cette immortalité ?
    On ne peut trop remettre cette preuve sous nos yeux pour nous faire bien apprécier ce fameux Grec.
    Il dit, dans son Phédon, que la mort est le contraire de la vie, que le mort naît du vivant, et le vivant du mort, et que par conséquent les âmes vont sous terre après notre mort.
    S'il est vrai que le sophiste Platon, qui se donne pour ennemi de tous les sophistes, raisonne presque toujours ainsi, qu'étaient donc ces prétendus grands hommes, et à quoi ont-ils servi ?
    Le grand défaut de toute la philosophie platonicienne était d'avoir pris les idées abstraites pour des choses réelles. Un homme ne peut avoir fait une belle action que parce qu'il y a un beau réellement existant, auquel cette action est conforme !
    On ne peut faire aucune action sans avoir l'idée de cette action: donc ces idées existent je ne sais où, et il faut les consulter !
    Dieu avait l'idée du monde avant de le former; c'était son logos: donc le monde était la production du logos !
    Que de querelles, tantôt vaines, tantôt sanglantes, cette manière d'argumenter apporta-t-elle enfin sur la terre ! Platon ne se doutait pas que sa doctrine pût un jour diviser une Église qui n'était pas encore née.
    Pour concevoir le juste mépris que méritent toutes ces vaines subtilités, lisez Démosthène; voyez si dans aucune de ses harangues il emploie un seul de ces ridicules sophismes. C'est une preuve bien claire que dans les affaires sérieuses on ne faisait pas plus de cas de ces ergoteries, que le conseil d'État n'en fait des thèses de théologie.
    Vous ne trouverez pas un seul de ces sophismes dans les Oraisons de Cicéron. C'était un jargon de l'école, inventé pour amuser l'oisiveté: c'était le charlatanisme de l'esprit.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sophiste — [ sɔfist ] n. m. • 1370; soffistre 1236; lat. sophistes, mot gr. 1 ♦ Anciennt Chez les Grecs, Maître de rhétorique et de philosophie qui allait de ville en ville pour enseigner l art de parler en public, les moyens de l emporter sur son… …   Encyclopédie Universelle

  • sophiste — Sophiste. s. m. Ce nom s est donné parmy les Anciens aux Philosophes & aux Rheteurs, & se prenoit tant en bonne qu en mauvaise part, mais plus souvent en mauvaise part. Il signifie aujourd huy celuy qui fait des arguments captieux. Ce n est pas… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Sophiste — Pour les articles homonymes, voir Sophiste (homonymie). Socrate discutant avec ses amis (détail d un tableau de Jacques Louis David). Socrate s est régulièrement opposé aux sophistes, pour démasquer leurs impostures. Un sophiste …   Wikipédia en Français

  • sophiste — (so fi st ) s. m. 1°   Primitivement, chez les Grecs, une personne habile, expérimentée dans les affaires de la vie privée ou publique. Les sept sages portèrent aussi le nom de sophistes. •   Solon, qui le premier des Athéniens a eu le titre de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOPHISTE — s. m. Nom qui se donnait chez les anciens aux philosophes et aux rhéteurs. Il se prend aujourd hui en mauvaise part, et signifie, Celui qui fait des arguments captieux. Ce n est pas un philosophe, c est un sophiste, un pur sophiste …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOPHISTE — n. m. Nom qui se donnait chez les anciens aux philosophes et aux rhéteurs. Il se prend aujourd’hui toujours en mauvaise part et désigne Celui qui use d’arguments captieux. Ce n’est pas un philosophe, c’est un sophiste. Tout cela n’est qu’un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Sophiste —    см. Софист …   Философский словарь Спонвиля

  • Sophiste (Platon) — Le Sophiste Dialogues de Platon Second Alcibiade Hippias mineur Premier Alcibiade …   Wikipédia en Français

  • Sophiste (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Dans la Grèce antique, un sophiste est un orateur habile et professeur de rhétorique. Le Sophiste est un dialogue de Platon. Voir aussi Sophisme,… …   Wikipédia en Français

  • Le Sophiste — Pour les articles homonymes, voir Sophiste (homonymie). Le Sophiste (écrit aux environs de 360 avant J. C.) est un dialogue de Platon traitant de la nature du sophiste, et de celle de l être. Il est la suite du Théétète, dont il prolonge la… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.