POURQUOI (LES)

ÔĽŅ
POURQUOI (LES)
    Pourquoi ne fait-on presque jamais la dixième partie du bien qu'on pourrait faire ?
¬†¬†¬†¬†Il est clair que si une nation qui habite entre les Alpes, les Pyr√©n√©es et la mer, avait employ√© √† l'am√©lioration et √† l'embellissement du pays la dixi√®me partie de l'argent qu'elle a perdu dans la guerre de 1741, et la moiti√© des hommes tu√©s inutilement en Allemagne, l'√Čtat aurait √©t√© plus florissant. Pourquoi ne l'a-t-on pas fait ? pourquoi pr√©f√©rer une guerre que l'Europe regardait comme injuste aux travaux heureux de la paix, qui auraient produit l'agr√©able et l'utile ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi Louis XIV, qui avait tant de go√Ľt pour les grands monuments, pour les fondations, pour les beaux-arts, perdit-il huit cents millions de notre monnaie d'aujourd'hui √† voir ses cuirassiers et sa maison passer le Rhin √† la nage, √† ne point prendre Amsterdam, √† soulever contre lui presque toute l'Europe ? que n'aurait-il point fait avec ses huit cents millions ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi, lorsqu'il r√©forma la jurisprudence, ne fut-elle r√©form√©e qu'√† moiti√© ? tant d'anciens usages fond√©s sur les d√©cr√©tales et sur le droit canon devaient-ils subsister encore ? √Čtait-il n√©cessaire que, dans tant de causes qu'on appelle eccl√©siastiques, et qui au fond sont civiles, on appel√Ęt √† son √©v√™que, de son √©v√™que au m√©tropolitain, du m√©tropolitain au primat, du primat √† Rome ad apostolos, comme si les ap√ītres avaient √©t√© autrefois les juges des Gaules en dernier ressort ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi, lorsque Louis XIV fut outrag√© par le pape Alexandre VII, Chigi, s'amusa-t-il √† faire venir un l√©gat en France pour lui faire de frivoles excuses, et √† dresser dans Rome une pyramide dont les inscriptions ne regardaient que les archers du guet de Rome; pyramide qu'il fit d√©molir bient√īt apr√®s ? Ne valait-il pas mieux abolir pour jamais la simonie, par laquelle tout √©v√™que des Gaules et tout abb√© paie √† la chambre apostolique italienne la moiti√© de son revenu ?
    Pourquoi le même monarque, bien plus outragé par Innocent XI, Odescalchi, qui prenait contre lui le parti du prince d'Orange, se contenta-t-il de faire soutenir quatre propositions dans ses universités, et se refusa-t-il aux voeux de toute la magistrature qui sollicitait une rupture éternelle avec la cour romaine ?
    Pourquoi, en faisant des lois, oublia-t-on de ranger toutes les provinces du royaume sous une loi uniforme, et laissa-t-on subsister cent quarante coutumes, cent quarante-quatre mesures différentes ?
    Pourquoi les provinces de ce royaume furent-elles toujours réputées étrangères l'une à l'autre, de sorte que les marchandises de Normandie, transportées par terre en Bretagne, paient des droits comme si elles venaient d'Angleterre ?
    Pourquoi n'était-il pas permis de vendre en Picardie le blé recueilli en Champagne, sans une permission expresse, comme on obtient à Rome pour trois jules la permission de lire des livres défendus ?
    Pourquoi laissait-on si longtemps la France souillée de l'opprobre de la vénalité ? Il semblait réservé à Louis XV d'abolir cet usage d'acheter le droit de juger les hommes, comme on achète une maison de campagne, et de faire payer des épices à un plaideur, comme on fait payer des billets de comédie à la porte.
    Pourquoi instituer dans un royaume les charges et dignités de
    Conseillers du roi... Inspecteurs des boissons,
    Inspecteurs des boucheries,
    Greffiers des inventaires,
¬†¬†¬†¬†Contr√īleurs des amendes,
    Inspecteurs des cochons,
    Péréquateurs des tailles,
¬†¬†¬†¬†Mouleurs de bois √† br√Ľler,
    Conseillers du roi... Aides à mouleurs,
    Empileurs de bois,
    Déchargeurs de bois neuf,
¬†¬†¬†¬†Contr√īleurs des bois de charpente,
    Marqueurs de bois de charpente,
    Mesureurs de charbon,
    Cribleurs de grains,
    Inspecteurs des veaux,
¬†¬†¬†¬†Contr√īleurs de volailles,
    Jaugeurs de tonneaux,
    Essayeurs d'eaux-de-vie,
    Essayeurs de bière,
    Rouleurs de tonneaux,
    Débardeurs de foin,
¬†¬†¬†¬†Planch√©ieurs-d√©b√Ęcleurs,
    Auneurs de toile,
    Inspecteurs des perruques ?
    Ces offices, qui font sans doute la prospérité et la splendeur d'un empire, formaient des communautés nombreuses, qui avaient chacune leur syndic. Tout cela fut supprimé en 1719, mais pour faire place à d'autres de pareille espèce dans la suite des temps.
    Ne vaudrait-il pas mieux retrancher tout le faste et tout le luxe de la grandeur que de les soutenir misérablement par des moyens si bas et si honteux ?
    Pourquoi un royaume réduit souvent aux extrémités et à quelque avilissement s'est-il pourtant soutenu, quelques efforts que l'on ait faits pour l'écraser ? c'est que la nation est active et industrieuse. Elle ressemble aux abeilles; on leur prend leur cire et leur miel, et le moment d'après elles travaillent à en faire d'autres.
    Pourquoi dans la moitié de l'Europe les filles prient-elles Dieu en latin, qu'elles n'entendent pas ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi presque tous les papes et tous les √©v√™ques, au seizi√®me si√®cle, ayant publiquement tant de b√Ętards, s'obstin√®rent-ils √† proscrire le mariage des pr√™tres, tandis que l'√Čglise grecque a continu√© d'ordonner que ses cur√©s eussent des femmes ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi dans l'antiquit√© n'y eut-il jamais de querelle th√©ologique, et ne distingua-t-on jamais aucun peuple par un nom de secte ? Les √Čgyptiens n'√©taient point appel√©s Isiaques, Osiriaques; les peuples de Syrie n'avaient point le nom de Cyb√©liens. Les Cr√©tois avaient une d√©votion particuli√®re √† Jupiter, et ne s'intitul√®rent jamais Jupit√©riens. Les anciens Latins √©taient fort attach√©s √† Saturne; il n'y eut pas un village du Latium qu'on appel√Ęt Saturnien. Au contraire, les disciples du Dieu de v√©rit√©, prenant le titre de leur ma√ģtre m√™me, et s'appelant oints comme lui, d√©clar√®rent, d√®s qu'ils le purent, une guerre √©ternelle √† tous les peuples qui n'√©taient pas oints, et se firent pendant plus de quatorze cents ans la guerre entre eux, en prenant les noms d'ariens, de manich√©ens, de donatistes, de hussites, de papistes, de luth√©riens, de calvinistes. Et m√™me, en dernier lieu, les jans√©nistes et les molinistes n'ont point eu de mortification plus cuisante que de n'avoir pu s'√©gorger en bataille rang√©e. D'o√Ļ vient cela ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi un marchand libraire vous vend-il publiquement le cours d'ath√©isme du grand po√®te Lucr√®ce, imprim√© √† l'usage du dauphin, fils unique de Louis XIV, par les ordres et sous les yeux du sage duc de Montausier, et de l'√©loquent Bossuet, √©v√™que de Meaux, et du savant Huet, √©v√™que d'Avranches ? C'est l√† que vous trouvez ces sublimes impi√©t√©s, ces vers admirables contre la Providence et contre l'immortalit√© de l'√Ęme, qui passent de bouche en bouche √† tous les si√®cles √† venir:
    " Ex nihilo nihil, in nihilum nil posse reverti. "
    PERS., Sat., III, v. 84.
    Rien ne vient du néant, rien ne s'anéantit.
    " Tangere enim et tangi nisi corpus nulla potest res. "
    LUCR., lib. I, v. 305.
    Le corps seul peut toucher et gouverner le corps.
¬†¬†¬†¬†" Nec bene promeritis capitur, nec tangitur ir√Ę (Deus). "
    Id., I, 62.
    Rien ne peut flatter Dieu, rien ne peut l'irriter.
    " Tantum relligio potuit suadere malorum ! "
    Id., I, 102.
    C'est la religion qui produit tous les maux.
    " Mortale aeterno jungere, et una
    Consentire putare et fungi mutua posse,
    Desipere est. "
    Id., III, 801-3.
    Il faut être insensé pour oser joindre ensemble
    Ce qui dure à jamais et ce qui doit périr.
    " Nil igitur mors est, ad nos neque pertinet hilum. "
    LUCR., III, 842.
    Cesser d'être n'est rien; tout meurt avec le corps.
    " Mortalem tamen esse animam fateare necesse est. "
    Id., III, 542.
¬†¬†¬†¬†Non, il n'est point d'enfer, et notre √Ęme est mortelle.
    " Hinc Acherusia fit stultorum denique vita. "
    Id., III, 1036.
    Les vieux fous sont en proie aux superstitions.
    et cent autres vers qui sont le charme de toutes les nations; productions immortelles d'un esprit qui se crut mortel.
¬†¬†¬†¬†Non seulement on vous vend ces vers latins dans la rue Saint-Jacques et sur le quai des Augustins, mais vous achetez hardiment les traductions faites dans tous les patois d√©riv√©s de la langue latine, traductions orn√©es de notes savantes qui √©claircissent la doctrine du mat√©rialisme, qui rassemblent toutes les preuves contre la Divinit√©, et qui l'an√©antiraient si elle pouvait √™tre d√©truite. Vous trouvez ce livre reli√© en maroquin dans la belle biblioth√®que d'un grand prince d√©vot, d'un cardinal, d'un chancelier, d'un archev√™que, d'un pr√©sident √† mortier; mais on condamna les dix-huit premiers livres de l'histoire du sage De Thou, d√®s qu'ils parurent. Un pauvre philosophe welche ose-t-il imprimer, en son propre et priv√© nom, que si les hommes √©taient n√©s sans doigts ils n'auraient jamais pu travailler en tapisserie, aussit√īt un autre welche, rev√™tu, pour son argent, d'un office de robe, requiert qu'on br√Ľle le livre et l'auteur.
¬†¬†¬†¬†Pourquoi les spectacles sont-ils anath√©matis√©s par certaines gens qui se disent du premier ordre de l'√Čtat, tandis que les spectacles sont n√©cessaires √† tous les ordres de l'√Čtat, tandis qu'ils sont pay√©s par le souverain de l'√Čtat, qu'ils contribuent √† la gloire de l'√Čtat, et que les lois de l'√Čtat les maintiennent avec autant de splendeur que de r√©gularit√© ?
    Pourquoi abandonne-t-on au mépris, à l'avilissement, à l'oppression, à la rapine, le grand nombre de ces hommes laborieux et innocents qui cultivent la terre tous les jours de l'année pour vous en faire manger tous les fruits; et qu'au contraire on respecte, on ménage, on courtise l'homme inutile, et souvent très méchant, qui ne vit que de leur travail, et qui n'est riche que de leur misère ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi, pendant tant de si√®cles, parmi tant d'hommes qui font cro√ģtre le bl√© dont nous sommes nourris, ne s'en trouva-t-il aucun qui d√©couvr√ģt cette erreur ridicule, laquelle enseigne que le bl√© doit pourrir pour germer, et mourir pour rena√ģtre; erreur qui a produit tant d'assertions impertinentes, tant de fausses comparaisons, tant d'opinions ridicules ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi, les fruits de la terre √©tant si n√©cessaires pour la conservation des hommes et des animaux, voit-on cependant tant d'ann√©es et tant de contr√©es o√Ļ ces fruits manquent absolument ?
    Pourquoi la terre est-elle couverte de poisons dans la moitié de l'Afrique et de l'Amérique ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi n'est-il aucun territoire o√Ļ il n'y ait beaucoup plus d'insectes que d'hommes ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi un peu de s√©cr√©tion blanch√Ętre et puante forme-t-elle un √™tre qui aura des os durs, des d√©sirs et des pens√©es ? et pourquoi ces √™tres-l√† se pers√©cute-ront-ils toujours les uns les autres ?
    Pourquoi existe-t-il tant de mal, tout étant formé par un Dieu que tous les théistes se sont accordés à nommer bon ?
    Pourquoi, nous plaignant sans cesse de nos maux, nous occupons-nous toujours à les redoubler ?
    Pourquoi, étant si misérables, a-t-on imaginé que n'être plus est un grand mal, lorsqu'il est clair que ce n'était pas un mal de n'être point avant sa naissance ?
    Pourquoi pleut-il tous les jours dans la mer, tandis que tant de déserts demandent de la pluie, et sont toujours arides ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi et comment a-t-on des r√™ves dans le sommeil, si on n'a point d'√Ęme ? et comment ces r√™ves sont-ils toujours si incoh√©rents, si extravagants, si on en a une ?
¬†¬†¬†¬†Pourquoi les astres circulent-ils d'occident en orient plut√īt qu'au contraire ?
    Pourquoi existons-nous ? pourquoi y a-t-il quelque chose ?

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pourquoi les hommes ? ‚ÄĒ Infobox Single Name = Pourquoi les hommes ? Cover size = Border = Caption = Artist = Vitaa Album = √Ä fleur de toi A side = B side = Released = Octobre, 2003 Format = Digital download Recorded = 2007 Genre = Soul Length = 3:52 Label = Motown… ‚Ķ   Wikipedia

  • POURQUOI ‚ÄĒ adv. et conj. Pour quelle chose, pour quelle raison. Vous √©tiez absent, voil√† pourquoi l‚Äôon vous a oubli√©. Dites moi pourquoi. Je ne sais pourquoi vous n‚Äôavez pas r√©ussi dans telle affaire. Il s‚Äôen est all√© seins dire pourquoi, sans qu‚Äôon sache… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Les Bourgeois ‚ÄĒ Infobox Album | Name = Les Bourgeois Type = Album Artist = Jacques Brel Released = 1962 Recorded = March 6 March 14, 1962 Genre = Chanson Length = no track times given Label = Barclay Records/Universal Records Producer =? Reviews = *No Reviews… ‚Ķ   Wikipedia

  • Comment √©tudier la philosophie et pourquoi ? ‚ÄĒ Philosopher Philosopher est un verbe dont le sens est ambigu : en un sens large, il peut d√©signer la contemplation, dans une conception g√©n√©rale du monde, comme r√©sultat de l amour de la connaissance; mais, en un autre sens, il d√©signe un… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • 5 pourquoi ‚ÄĒ Cinq pourquoi Les cinq pourquoi (en anglais : 5 Why s ou 5W) est la base d une m√©thodologie de r√©solution de probl√®mes (problem solving) propos√©e dans un grand nombre de syst√®mes de qualit√©. Il s agit de poser la question pertinente… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • 5 pourquoi? ‚ÄĒ Cinq pourquoi Les cinq pourquoi (en anglais : 5 Why s ou 5W) est la base d une m√©thodologie de r√©solution de probl√®mes (problem solving) propos√©e dans un grand nombre de syst√®mes de qualit√©. Il s agit de poser la question pertinente… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Cinq Pourquoi ‚ÄĒ Les cinq pourquoi (en anglais : 5 Why s ou 5W) est la base d une m√©thodologie de r√©solution de probl√®mes (problem solving) propos√©e dans un grand nombre de syst√®mes de qualit√©. Il s agit de poser la question pertinente commen√ßant par un… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Emeutes de 2005 dans les banlieues francaises ‚ÄĒ √Čmeutes de 2005 dans les banlieues fran√ßaises Voiture en flammes √† Strasbourg ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • De l'in√©galit√© parmi les soci√©t√©s ‚ÄĒ Essai sur l homme et l environnement dans l histoire est un livre de Jared Diamond paru en 1997. Son titre original est Guns, Germs, and Steel: The Fates of Human Societies (Fusils, microbes et acier : le sort des soci√©t√©s humaines). Cet… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Amelie-les-crayons ‚ÄĒ Am√©lie les crayons Am√©lie les Crayons Pays d‚Äôorigine ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.