LITT√ČRATURE

ÔĽŅ
LITT√ČRATURE
¬†¬†¬†¬†Litt√©rature; ce mot est un de ces termes vagues si fr√©quents dans toutes les langues: tel est celui de philosophie, par lequel on d√©signe tant√īt les recherches d'un m√©taphysicien, tant√īt les d√©monstrations d'un g√©om√®tre, ou la sagesse d'un homme d√©tromp√© du monde, etc. Tel est le mot d'esprit, prodigu√© indiff√©remment, et qui a toujours besoin d'une explication qui en limite le sens; et tels sont tous les termes g√©n√©raux, dont l'acception pr√©cise n'est d√©termin√©e en aucune langue que par les objets auxquels on les applique.
    La littérature est précisément ce qu'était la grammaire chez les Grecs et chez les Romains; le mot de lettre ne signifiait d'abord que gramma. Mais comme les lettres de l'alphabet sont le fondement de toutes les connaissances, on appela avec le temps grammairiens, non seulement ceux qui enseignèrent la langue, mais ceux qui s'appliquèrent à la philologie, à l'étude des poètes et des orateurs, aux scolies, aux discussions des faits historiques.
    On donna, par exemple, le nom de grammairien à Athénée qui vivait sous Marc-Aurèle, auteur du Banquet des Philosophes, ramas, agréable alors, de citations et de faits vrais ou faux. Aulus Gellius, qu'on appelle communément Aulu-Gelle, et qui vivait sous Adrien, est compté parmi les grammairiens à cause de ses Nuits Attiques, dans lesquelles on trouve une grande variété de critiques et de recherches; les Saturnales de Macrobe, au quatrième siècle, ouvrage d'une érudition instructive et agréable, furent appelées encore l'ouvrage d'un bon grammairien.
¬†¬†¬†¬†La litt√©rature, qui est cette grammaire d'Aulu-Gelle, d'Ath√©n√©e, de Macrobe, d√©signe dans toute l'Europe une connaissance des ouvrages de go√Ľt, une teinture d'histoire, de po√©sie, d'√©loquence, de critique.
¬†¬†¬†¬†Un homme qui poss√®de les auteurs anciens, qui a compar√© leurs traductions et leurs commentaires, a une plus grande litt√©rature que celui qui, avec plus de go√Ľt, s'est born√© aux bons auteurs de son pays, et qui n'a eu pour pr√©cepteur qu'un plaisir facile.
¬†¬†¬†¬†La litt√©rature n'est point un art particulier; c'est une lumi√®re acquise sur les beaux-arts, lumi√®re souvent trompeuse. Hom√®re √©tait un g√©nie, Zo√Įle un litt√©rateur. Corneille √©tait un g√©nie; un journaliste qui rend compte de ses chefs-d'oeuvre est un homme de litt√©rature. On ne distingue point les ouvrages d'un po√®te, d'un orateur, d'un historien, par ce terme vague de litt√©rature, quoique leurs auteurs puissent √©taler une connaissance tr√®s vari√©e, et poss√©der tout ce qu'on entend par le mot de lettres. Racine, Boileau, Bossuet, F√©n√©lon, qui avaient plus de litt√©rature que leurs critiques, seraient tr√®s mal √† propos appel√©s des gens de lettres, des litt√©rateurs; de m√™me qu'on ne se bornerait pas √† dire que Newton et Locke sont des gens d'esprit.
    On peut avoir de la littérature sans être ce que l'on appelle un savant. Quiconque a lu avec fruit les principaux auteurs latins dans sa langue maternelle a de la littérature; mais le savoir demande des études plus vastes et plus approfondies. Ce ne serait pas assez de dire que le Dictionnaire de Bayle est un recueil de littérature; ce ne serait pas même assez de dire que c'est un ouvrage très savant, parce que le caractère distinctif et supérieur de ce livre est une dialectique profonde, et que s'il n'était pas un dictionnaire de raisonnement encore plus que de faits et d'observations la plupart assez inutiles, il n'aurait pas cette réputation si justement acquise et qu'il conservera toujours. Il forme des littérateurs, et il est au-dessus d'eux.
    On appelle la belle littérature celle qui s'attache aux objets qui ont de la beauté, à la poésie, à l'éloquence, à l'histoire bien écrite. La simple critique, la polymathie, les diverses interprétations des auteurs, les sentiments des anciens philosophes, la chronologie, ne sont point de la belle littérature, parce que ces recherches sont sans beauté. Les hommes étant convenus de nommer beau tout objet qui inspire sans effort des sentiments agréables, ce qui n'est qu'exact, difficile et utile ne peut prétendre à la beauté. Ainsi on ne dit point une belle scolie, une belle critique, une belle discussion, comme on dit un beau morceau de Virgile, d'Horace, de Cicéron, de Bossuet, de Racine, de Pascal. Une dissertation bien faite, aussi élégante qu'exacte, et qui répand des fleurs sur un sujet épineux, peut encore être appelée un beau morceau de littérature, quoique dans un rang très subordonné aux ouvrages de génie.
    Parmi les arts libéraux, qu'on appelle les beaux-arts par cette raison-là même qu'ils cessent presque d'être des arts dès qu'ils n'ont point de beauté, dès qu'ils manquent le grand but de plaire, il y en a beaucoup qui ne sont point l'objet de la littérature; tels sont la peinture, l'architecture, la musique, etc.; ces arts, par eux-mêmes, n'ont point de rapports aux lettres, à l'art d'exprimer des pensées: ainsi le mot ouvrage de littérature ne convient point à un livre qui enseigne l'architecture ou la musique, les fortifications, la castramétation, etc.; c'est un ouvrage technique: mais lorsqu'on écrit l'histoire de ces arts...

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • litt√©rature ‚ÄĒ [ literatyr ] n. f. ‚ÄĘ v. 1120 ¬ę √©criture ¬Ľ; lat. litteratura ¬ę √©criture ¬Ľ, puis ¬ę √©rudition ¬Ľ I ‚ô¶ 1 ‚ô¶ (1432) Vx Ensemble des connaissances; culture g√©n√©rale. ¬ę Des gens d un bel esprit et d une agr√©able litt√©rature ¬Ľ (La Bruy√®re). 2 ‚ô¶ (1758; all ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Litterature ‚ÄĒ Litt√©rature La liseuse, de Jean Honor√© Fragonard, 1772 Le mot litt√©rature (du latin littera, ¬ę lettre ¬Ľ, puis litteratura, ¬ę √©criture ¬Ľ, ¬ę grammaire ¬Ľ, ¬ę culture ¬Ľ) d√©signe principalement ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • litterature ‚ÄĒ Litterature. s. f. Erudition, doctrine. Grande litterature. profonde litterature. il est homme de grande litterature. il n a point de litterature. il a beaucoup de litterature ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie fran√ßaise

  • litt√©rature ‚ÄĒ LITT√ČRATURE: Occupation des oisifs ‚Ķ   Dictionnaire des id√©es re√ßues

  • litterature ‚ÄĒ obs. form of literature ‚Ķ   Useful english dictionary

  • Litt√©rature ‚ÄĒ m√©tonymie En langue fran√ßaise et en France ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • litt√©rature ‚ÄĒ (li t√© ra tu r ) s. f. 1¬į¬†¬†¬†Connaissance des belles lettres. ‚Äʬ†¬†¬†Aujourd hui que litt√©rature Est en fort mauvaise posture, SCARR. Virg. VI. ‚Äʬ†¬†¬†Gens d esprit et qui n √©taient pas sans litt√©rature, BOSSUET Var. 2. ‚Äʬ†¬†¬†Ceux l√† pensent √™tre les plus ‚Ķ   Dictionnaire de la Langue Fran√ßaise d'√Čmile Littr√©

  • LITT√ČRATURE ‚ÄĒ s. f. La science qui comprend la grammaire, l √©loquence et la po√©sie, et qu on appelle autrement Belles lettres. L √©tude de la litt√©rature a beaucoup d attrait pour les jeunes gens. La po√©sie est la partie brillante de la litt√©rature. Se livrer,… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • LITT√ČRATURE ‚ÄĒ n. f. Ensemble des productions litt√©raires d‚Äôune nation, d‚Äôun pays, d‚Äôune √©poque. La litt√©rature fran√ßaise. La litt√©rature du moyen √Ęge, du dix septi√®me si√®cle. Les litt√©ratures √©trang√®res. Histoire de la litt√©rature. Cours de litt√©rature. Il… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • litt√©rature ‚ÄĒ nf. lit√®ratura (Albanais) ‚Ķ   Dictionnaire Fran√ßais-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.