ANCIENS ET MODERNES

ÔĽŅ
ANCIENS ET MODERNES
¬†¬†¬†¬†Le grand proc√®s des anciens et des modernes n'est pas encore vid√©; il est sur le bureau depuis l'√Ęge d'argent qui succ√©da √† l'√Ęge d'or. Les hommes ont toujours pr√©tendu que le bon vieux temps valait beaucoup mieux que le temps pr√©sent. Nestor, dans l'Iliade, en voulant s'insinuer comme un sage conciliateur dans l'esprit d'Achille et d'Agamemnon, d√©bute par leur dire.... " J'ai v√©cu autrefois avec des hommes qui valaient mieux que vous; non, je n'ai jamais vu et je ne verrai jamais de si grands personnages que Dryas, C√©n√©e, Exadius, Polyph√®me √©gal aux dieux, etc. "
¬†¬†¬†¬†La post√©rit√© a bien veng√© Achille du mauvais compliment de Nestor, vainement lou√© par ceux qui ne louent que l'antique. Personne ne conna√ģt plus Dryas; on n'a gu√®re entendu parler d'Exadius, ni de C√©n√©e; et pour Polyph√®me √©gal aux dieux, il n'a pas une trop bonne r√©putation, √† moins que ce ne soit tenir de la divinit√© que d'avoir un grand oeil au front, et de manger des hommes tout crus.
    Lucrèce ne balance pas à dire que la nature a dégénéré (lib. II, v. 1160-62):
    " Ipsa dedit dulces foetus et pabula laeta
    Quae nunc vix nostro grandescunt aucta labore
    Conterimusque boves, et vires agricolarum, etc. "
    La nature languit; la terre est épuisée
    L'homme dégénéré, dont la force est usée,
    Fatigue un sol ingrat par ses boeufs affaiblis.
    L'antiquité est pleine des éloges d'une autre antiquité plus reculée.
    Les hommes, en tout temps, ont pensé qu'autrefois
    De longs ruisseaux de lait serpentaient dans nos bois
    La lune était plus grande, et la nuit moins obscure
    L'hiver se couronnait de fleurs et de verdure
    L'homme, ce roi du monde, et roi très fainéant,
    Se contemplait à l'aise, admirait son néant,
    Et, formé pour agir, se plaisait à rien faire, etc.
¬†¬†¬†¬†Horace combat ce pr√©jug√© avec autant de finesse que de force dans sa belle √©p√ģtre √† Auguste. " Faut-il donc, dit-il, que nos po√®mes soient comme nos vins, dont les plus vieux sont toujours pr√©f√©r√©s ? " Il dit ensuite:
    " Indignor quidquam reprehendi, non quia crasse
    Compositum illepideve putetur, sed quia nuper
    Nec veniam antiquis, sed honorem et praemia posci.
    ....
    Ingeniis non ille favet plauditque sepultis
    Nostra sed impugnat; nos nostraque lividus odit, etc. "
    J'ai vu ce passage imité ainsi en vers familiers:
    Rendons toujours justice au beau.
    Est-il laid pour être nouveau ?
    Pourquoi donner la préférence
    Aux méchants vers du temps jadis ?
    C'est en vain qu'ils sont applaudis
    Ils n'ont droit qu'à notre indulgence.
    Les vieux livres sont des trésors,
    Dit la sotte et maligne envie.
    Ce n'est pas qu'elle aime les morts:
    Elle hait ceux qui sont en vie.
    Le savant et ingénieux Fontenelle s'exprime ainsi sur ce sujet:
    " Toute la question de la prééminence entre les anciens et les modernes, étant une fois bien entendue, se réduit à savoir, si les arbres qui étaient autrefois dans nos campagnes étaient plus grands que ceux d'aujourd'hui. En cas qu'ils l'aient été, Homère, Platon, Démosthène, ne peuvent être égalés dans ces derniers siècles; mais si nos arbres sont aussi grands que ceux d'autrefois, nous pouvons égaler Homère, Platon, et Démosthène.
¬†¬†¬†¬†√Čclaircissons ce paradoxe. Si les anciens avaient plus d'esprit que nous, c'est donc que les cerveaux de ce temps-l√† √©taient mieux dispos√©s, form√©s de fibres plus fermes ou plus d√©licates, remplis de plus d'esprits animaux; mais en vertu de quoi les cerveaux de ce temps-l√† auraient-ils √©t√© mieux dispos√©s ? Les arbres auraient donc √©t√© aussi plus grands et plus beaux; car si la nature √©tait alors plus jeune et plus vigoureuse, les arbres, aussi bien que les cerveaux des hommes, auraient d√Ľ se sentir de cette vigueur et de cette jeunesse. " (Digression sur les anciens et les modernes, tome IV, √©dition de 1742.)
¬†¬†¬†¬†Avec la permission de cet illustre acad√©micien, ce n'est point l√† du tout l'√©tat de la question. Il ne s'agit pas de savoir si la nature a pu produire de nos jours d'aussi grands g√©nies, et d'aussi bons ouvrages que ceux de l'antiquit√© grecque et latine; mais de savoir si nous en avons en effet. Il n'est pas impossible sans doute qu'il y ait d'aussi grands ch√™nes dans la for√™t de Chantilli que dans celle de Dodone: mais, suppos√© que les ch√™nes de Dodone eussent parl√©, il serait tr√®s clair qu'ils auraient un grand avantage sur les n√ītres, qui probablement ne parleront jamais.
    La Motte, homme d'esprit et de talents, qui a mérité des applaudissements dans plus d'un genre, a soutenu, dans une ode remplie de vers heureux , le parti des modernes. Voici une de ses stances:
    Et pourquoi veut-on que j'encense
    Ces prétendus dieux dont je sors ?
    En moi la même intelligence
    Fait mouvoir les mêmes ressorts.
    Croit-on la nature bizarre,
    Pour nous aujourd'hui plus avare
    Que pour les Grecs et les Romains ?
¬†¬†¬†¬†De nos a√ģn√©s m√®re idol√Ętre,
¬†¬†¬†¬†N'est-elle plus que la mar√Ętre
    Du reste grossier des humains ?
¬†¬†¬†¬†On pouvait lui r√©pondre: Estimez vos a√ģn√©s sans les adorer. Vous avez une intelligence et des ressorts comme Virgile et Horace en avaient; mais ce n'est pas peut-√™tre absolument la m√™me intelligence. Peut-√™tre avaient-ils un talent sup√©rieur au v√ītre, et ils l'exer√ßaient dans une langue plus riche et plus harmonieuse que les langues modernes, qui sont un m√©lange de l'horrible jargon des Celtes et d'un latin corrompu.
¬†¬†¬†¬†La nature n'est point bizarre; mais il se pourrait qu'elle e√Ľt donn√© aux Ath√©niens un terrain et un ciel plus propre que la Vestphalie et que le Limousin √† former certains g√©nies. Il se pourrait bien encore que le gouvernement d'Ath√®nes, en secondant le climat, e√Ľt mis dans la t√™te de D√©mosth√®ne quelque chose que l'air de Clamart et de la Grenouill√®re, et le gouvernement du cardinal de Richelieu, ne mirent point dans la t√™te d'Omer Talon et de J√©r√īme Bignon.
    Quelqu'un répondit alors à La Motte par le petit couplet suivant:
    Cher La Motte, imite et révère
    Ces dieux dont tu ne descends pas.
    Si tu crois qu'Horace est ton père,
    Il a fait des enfants ingrats.
    La nature n'est point bizarre
    Pour Danchet elle est fort avare
    Mais Racine en fut bien traité
    Tibulle était guidé par elle
    Mais pour notre ami La Chapelle ,
    Hélas ! qu'elle a peu de bonté !
    Cette dispute est donc une question de fait. L'antiquité a-t-elle été plus féconde en grands monuments de tout genre, jusqu'au temps de Plutarque, que les siècles modernes ne l'ont été depuis le siècle des Médicis jusqu'à Louis XIV inclusivement ?
¬†¬†¬†¬†Les Chinois, plus de deux cents ans avant notre √®re vulgaire, construisirent cette grande muraille qui n'a pu les sauver de l'invasion des Tartares. Les √Čgyptiens, trois mille ans auparavant, avaient surcharg√© la terre de leurs √©tonnantes pyramides, qui avaient environ quatre-vingt-dix mille pieds carr√©s de base. Personne ne doute que si on voulait entreprendre aujourd'hui ces inutiles ouvrages, on n'en v√ģnt ais√©ment √† bout en prodiguant beaucoup d'argent. La grande muraille de la Chine est un monument de la crainte; les pyramides sont des monuments de la vanit√© et de la superstition. Les unes et les autres attestent une grande patience dans les peuples, mais aucun g√©nie sup√©rieur. Ni les Chinois, ni les √Čgyptiens n'auraient pu faire seulement une statue telle que nos sculpteurs en forment aujourd'hui.
DU CHEVALIER TEMPLE.
¬†¬†¬†¬†Le chevalier Temple, qui a pris √† t√Ęche de rabaisser tous les modernes, pr√©tend qu'ils n'ont rien en architecture de comparable aux temples de la Gr√®ce et de Rome: mais, tout Anglais qu'il √©tait, il devait convenir que l'√©glise de Saint-Pierre est incomparablement plus belle que n'√©tait le Capitole.
    C'est une chose curieuse que l'assurance avec laquelle il prétend qu'il n'y a rien de neuf dans notre astronomie, rien dans la connaissance du corps humain, si ce n'est peut-être, dit-il, la circulation du sang. L'amour de son opinion, fondé sur son extrême amour-propre, lui fait oublier la découverte des satellites de Jupiter, des cinq lunes et de l'anneau de Saturne, de la rotation du soleil sur son axe, de la position calculée de trois mille étoiles, des lois données par Képler et par Newton aux orbes célestes, des causes de la précession des équinoxes, et de cent autres connaissances dont les anciens ne soupçonnaient pas même la possibilité.
    Les découvertes dans l'anatomie sont en aussi grand nombre. Un nouvel univers en petit, découvert avec le microscope, était compté pour rien par le chevalier Temple; il fermait les yeux aux merveilles de ses contemporains, et ne les ouvrait que pour admirer l'ancienne ignorance.
¬†¬†¬†¬†Il va jusqu'√† nous plaindre de n'avoir plus aucun reste de la magie des Indiens, des Chald√©ens, des √Čgyptiens; et par cette magie il entend une profonde connaissance de la nature, par laquelle ils produisaient des miracles, sans qu'il en cite aucun, parce qu'en effet il n'y en a jamais eu. " Que sont devenus, dit-il, les charmes de cette musique qui enchantait si souvent les hommes et les b√™tes, les poissons, les oiseaux, les serpents, et changeait leur nature ? "
    Cet ennemi de son siècle croit bonnement à la fable d'Orphée, et n'avait apparemment entendu ni la belle musique d'Italie, ni même celle de France, qui à la vérité ne charment pas les serpents, mais qui charment les oreilles des connaisseurs.
¬†¬†¬†¬†Ce qui est encore plus √©trange, c'est qu'ayant toute sa vie cultiv√© les belles-lettres, il ne raisonne pas mieux sur nos bons auteurs que sur nos philosophes. Il regarde Rabelais comme un grand homme. Il cite les Amours des Gaules comme un de nos meilleurs ouvrages. C'√©tait pourtant un homme savant, un homme de cour, un homme de beaucoup d'esprit, un ambassadeur, qui avait fait de profondes r√©flexions sur tout ce qu'il avait vu. Il poss√©dait de grandes connaissances: un pr√©jug√© suffit pour g√Ęter tout ce m√©rite.
DE BOILEAU ET DE RACINE.
¬†¬†¬†¬†Boileau et Racine, en √©crivant en faveur des anciens contre Perrault, furent plus adroits que le chevalier Temple. Ils se gard√®rent bien de parler d'astronomie et de physique. Boileau s'en tient √† justifier Hom√®re contre Perrault, mais en glissant adroitement sur les d√©fauts du po√®te grec, et sur le sommeil que lui reproche Horace. Il ne s'√©tudie qu'√† tourner Perrault, l'ennemi d'Hom√®re, en ridicule. Perrault entend-il mal un passage, ou traduit-il mal un passage qu'il entend ? voil√† Boileau qui saisit ce petit avantage, qui tombe sur lui en ennemi redoutable, qui le traite d'ignorant, de plat √©crivain: mais il se pouvait tr√®s bien faire que Perrault se f√Ľt souvent tromp√©, et que pourtant il e√Ľt souvent raison sur les contradictions, les r√©p√©titions, l'uniformit√© des combats, les longues harangues dans la m√™l√©e, les ind√©cences, les incons√©quences de la conduite des dieux dans le po√®me, enfin, sur toutes les fautes o√Ļ il pr√©tendait que ce grand po√®te √©tait tomb√©. En un mot, Boileau se moqua de Perrault beaucoup plus qu'il ne justifia Hom√®re.
DE L'INJUSTICE ET DE LA MAUVAISE FOI DE RACINE DANS LA DISPUTE CONTRE PERRAULT, AU SUJET D'EURIPIDE, ET DES INFID√ČLIT√ČS DE BRUMOY.
¬†¬†¬†¬†Racine usa du m√™me artifice; car il √©tait tout aussi malin que Boileau pour le moins. Quoiqu'il n'e√Ľt pas fait comme lui son capital de la satire, il jouit du plaisir de confondre ses ennemis sur une petite m√©prise tr√®s pardonnable o√Ļ ils √©taient tomb√©s au sujet d'Euripide, et en m√™me temps de se sentir tr√®s sup√©rieur √† Euripide m√™me. Il raille autant qu'il le peut ce m√™me Perrault et ses partisans sur leur critique de l'Alceste d'Euripide, parce que ces messieurs malheureusement avaient √©t√© tromp√©s par une √©dition fautive d'Euripide, et qu'ils avaient pris quelques r√©pliques d'Adm√®te pour celles d'Alceste: mais cela n'emp√™che pas qu'Euripide n'e√Ľt grand tort en tout pays, dans la mani√®re dont il fait parler Adm√®te √† son p√®re. Il lui reproche violemment de n'√™tre pas mort pour lui.
¬†¬†¬†¬†" Quoi donc, lui r√©pond le roi son p√®re, √† qui adressez-vous, s'il vous pla√ģt, un discours si hautain ? Est-ce √† quelque esclave de Lydie ou de Phrygie ? Ignorez-vous que je suis n√© libre et Thessalien ? (Beau discours pour un roi et pour un p√®re !) Vous m'outragez comme le dernier des hommes. O√Ļ est la loi qui dit que les p√®res doivent mourir pour leurs enfants ? Chacun est ici-bas pour soi. J'ai rempli mes obligations envers vous. Quel tort vous fais-je ? Demand√©-je que vous mouriez pour moi ? La lumi√®re vous est pr√©cieuse; me l'est-elle moins ?.... Vous m'accusez de l√Ęchet√©... L√Ęche vous-m√™me, vous n'avez pas rougi de presser votre femme de vous faire vivre en mourant pour vous... Ne vous sied-il pas bien apr√®s cela de traiter de l√Ęches ceux qui refusent de faire pour vous ce que vous n'avez pas le courage de faire vous-m√™me ?... Croyez-moi, taisez-vous... Vous aimez la vie, les autres ne l'aiment pas moins... Soyez s√Ľr que si vous m'injuriez encore, vous entendrez de moi des duret√©s qui ne seront pas des mensonges. "
¬†¬†¬†¬†Le choeur prend alors la parole: " C'est assez et d√©j√† trop des deux c√īt√©s: cessez, vieillard, cessez de maltraiter de paroles votre fils. "
¬†¬†¬†¬†Le choeur aurait d√Ľ plut√īt, ce semble, faire une forte r√©primande au fils d'avoir tr√®s brutalement parl√© √† son propre p√®re, et de lui avoir reproch√© si aigrement de n'√™tre pas mort.
¬†¬†¬†¬†Tout le reste de la sc√®ne est dans ce go√Ľt.
PH√ČR√ąS √† son fils.
    Tu parles contre ton père, sans en avoir reçu d'outrage.
ADM√ąTE.
    Oh ! j'ai bien vu que vous aimez à vivre longtemps.
PH√ČR√ąS.
    Et toi, ne portes-tu pas au tombeau celle qui est morte pour toi ?
ADM√ąTE.
¬†¬†¬†¬†Ah ! le plus inf√Ęme des hommes, c'est la preuve de ta l√Ęchet√©.
PH√ČR√ąS.
    Tu ne pourras pas au moins dire qu'elle est morte pour moi.
ADM√ąTE.
¬†¬†¬†¬†Pl√Ľt au ciel que tu fusses dans un √©tat o√Ļ tu eusses besoin de moi !
LE P√ąRE.
    Fais mieux, épouse plusieurs femmes, afin qu'elles meurent pour te faire vivre plus longtemps.
¬†¬†¬†¬†Apr√®s cette sc√®ne, un domestique vient parler tout seul de l'arriv√©e d'Hercule. " C'est un √©tranger, dit-il, qui a ouvert la porte lui-m√™me, s'est d'abord mis √† table; il se f√Ęche de ce qu'on ne lui sert pas assez vite √† manger, il remplit de vin √† tout moment sa coupe, boit √† longs traits du rouge et du paillet, et ne cesse de boire et de chanter de mauvaises chansons qui ressemblent √† des hurlements, sans se mettre en peine du roi et de sa femme que nous pleurons. C'est sans doute quelque fripon adroit, un vagabond, un assassin. "
    Il peut être assez étrange qu'on prenne Hercule pour un fripon adroit; il ne l'est pas moins qu'Hercule, ami d'Admète, soit inconnu dans la maison. Il l'est encore plus qu'Hercule ignore la mort d'Alceste, dans le temps même qu'on la porte au tombeau.
¬†¬†¬†¬†Il ne faut pas disputer des go√Ľts; mais il est s√Ľr que de telles sc√®nes ne seraient pas souffertes chez nous √† la Foire.
¬†¬†¬†¬†Brumoy, qui nous a donn√© le Th√©√Ętre des Grecs, et qui n'a pas traduit Euripide avec une fid√©lit√© scrupuleuse, fait ce qu'il peut pour justifier la sc√®ne d'Adm√®te et de son p√®re; on ne devinerait pas le tour qu'il prend.
    Il dit d'abord que " les Grecs n'ont pas trouvé à redire à ces mêmes choses qui sont à notre égard des indécences, des horreurs; qu'ainsi il faut convenir qu'elles ne sont pas tout-à-fait telles que nous les imaginons; en un mot, que les idées ont changé. "
    On peut répondre que les idées des nations policées n'ont jamais changé sur le respect que les enfants doivent à leurs pères.
    " Qui peut douter, ajoute-t-il, que les idées n'aient changé en différents siècles sur des points de morale plus importants ? "
    On répond qu'il n'y en a guère de plus importants.
    " Un Français, continue-t-il, est insulté; le prétendu bon sens français veut qu'il coure les risques du duel, et qu'il tue ou meure pour recouvrer son honneur. "
    On répond que ce n'est pas le seul prétendu bon sens français, mais celui de toutes les nations de l'Europe sans exception.
¬†¬†¬†¬†" On ne sent pas assez combien cette maxime para√ģtra ridicule dans deux mille ans, et de quel air on l'aurait siffl√©e du temps d'Euripide. "
¬†¬†¬†¬†Cette maxime est cruelle et fatale, mais non pas ridicule; et on ne l'e√Ľt siffl√©e d'aucun air du temps d'Euripide. Il y avait beaucoup d'exemples de duels chez les Grecs et chez les Asiatiques. On voit, d√®s le commencement du premier livre de l'Iliade, Achille tirant √† moiti√© son √©p√©e; et il √©tait pr√™t √† se battre contre Agamemnon, si Minerve n'√©tait venue le prendre par les cheveux, et lui faire remettre son √©p√©e dans le fourreau.
¬†¬†¬†¬†Plutarque rapporte qu'√Čphestion et Crat√®re se battirent en duel, et qu'Alexandre les s√©para. Quinte-Curce raconte que deux autres officiers d'Alexandre se battirent en duel en pr√©sence d'Alexandre; l'un arm√© de toutes pi√®ces, l'autre qui √©tait un athl√®te arm√© seulement d'un b√Ęton, et que celui-ci vainquit son adversaire.
¬†¬†¬†¬†Et puis, quel rapport y a-t-il, je vous prie, entre un duel et les reproches que se font Adm√®te et son p√®re Ph√©r√®s tour-√†-tour d'aimer trop la vie, et d'√™tre des l√Ęches ?
¬†¬†¬†¬†Je ne donnerai que cet exemple de l'aveuglement des traducteurs et des commentateurs: puisque Brumoy, le plus impartial de tous, s'est √©gar√© √† ce point, que ne doit-on pas attendre des autres ? Mais si les Brumoy et les Dacier √©taient l√†, je leur demanderais volontiers s'ils trouvent beaucoup de sel dans le discours que Polyph√®me tient dans Euripide: " Je ne crains point le foudre de Jupiter. Je ne sais si ce Jupiter est un dieu plus fier et plus fort que moi. Je me soucie tr√®s peu de lui. S'il fait tomber de la pluie, je me renferme dans ma caverne; j'y mange un veau r√īti, ou quelque b√™te sauvage; apr√®s quoi je m'√©tends tout de mon long; j'avale un grand pot de lait; je d√©fais mon sayon; et je fais entendre un certain bruit qui vaut bien celui du tonnerre. "
¬†¬†¬†¬†Il faut que les scoliastes n'aient pas le nez bien fin, s'ils ne sont pas d√©go√Ľt√©s de ce bruit que fait Polyph√®me quand il a bien mang√©.
    Ils disent que le parterre d'Athènes riait de cette plaisanterie; et que " jamais les Athéniens n'ont ri d'une sottise. " Quoi ! toute la populace d'Athènes avait plus d'esprit que la cour de Louis XIV ? Et la populace n'est pas la même partout ?
    Ce n'est pas qu'Euripide n'ait des beautés, et Sophocle encore davantage; mais ils ont de bien plus grands défauts. On ose dire que les belles scènes de Corneille et les touchantes tragédies de Racine l'emportent autant sur les tragédies de Sophocle et d'Euripide que ces deux Grecs l'emportent sur Thespis. Racine sentait bien son extrême supériorité sur Euripide; mais il louait ce poète grec pour humilier Perrault.
    Molière, dans ses bonnes pièces, est aussi supérieur au pur mais froid Térence, et au farceur Aristophane, qu'au baladin Dancourt.
    Il y a donc des genres dans lesquels les modernes sont de beaucoup supérieurs aux anciens, et d'autres en très petit nombre dans lesquels nous leur sommes inférieurs. C'est à quoi se réduit toute la dispute.
DE QUELQUES COMPARAISONS ENTRE DES OUVRAGES C√ČL√ąBRES.
¬†¬†¬†¬†La raison et le go√Ľt veulent, ce me semble, qu'on distingue dans un ancien, comme dans un moderne, le bon et le mauvais, qui sont tr√®s souvent √† c√īt√© l'un de l'autre.
    On doit sentir avec transport ce vers de Corneille, ce vers tel qu'on n'en trouve pas un seul ni dans Homère, ni dans Sophocle, ni dans Euripide, qui en approche:
¬†¬†¬†¬†Que vouliez-vous qu'il fit contre trois ? - Qu'il mour√Ľt.
    Et l'on doit avec la même sagacité et la même justice réprouver les vers suivants.
¬†¬†¬†¬†En admirant le sublime tableau de la derni√®re sc√®ne de Rodogune, les contrastes frappants des personnages et la force du coloris, l'homme de go√Ľt verra par combien de fautes cette situation terrible est amen√©e, quelles invraisemblances l'ont pr√©par√©e, √† quel point il a fallu que Rodogune ait d√©menti son caract√®re, et par quels chemins raboteux il a fallu passer pour arriver √† cette grande et tragique catastrophe.
    Ce même juge équitable ne se lassera point de rendre justice à l'artificieuse et fine contexture des tragédies de Racine, les seules peut-être qui aient été bien ourdies d'un bout à l'autre depuis Eschyle jusqu'au grand siècle de Louis XIV. Il sera touché de cette élégance continue, de cette pureté de langage, de cette vérité dans les caractères qui ne se trouve que chez lui; de cette grandeur sans enflure qui seule est grandeur; de ce naturel qui ne s'égare jamais dans de vaines déclamations, dans des disputes de sophiste, dans des pensées aussi fausses que recherchées, souvent exprimées en solécismes; dans des plaidoyers de rhétorique plus faits pour les écoles de province que pour la tragédie.
¬†¬†¬†¬†Le m√™me homme verra dans Racine de la faiblesse et de l'uniformit√© dans quelques caract√®res; de la galanterie, et quelquefois de la coquetterie m√™me; des d√©clarations d'amour qui tiennent de l'idylle et de l'√©l√©gie plut√īt que d'une grande passion th√©√Ętrale. Il se plaindra de ne trouver, dans plus d'un morceau tr√®s bien √©crit, qu'une √©l√©gance qui lui pla√ģt, et non pas un torrent d'√©loquence qui l'entra√ģne; il sera f√Ęch√© de n'√©prouver qu'une faible √©motion, et de se contenter d'approuver, quand il voudrait que son esprit f√Ľt √©tonn√© et son coeur d√©chir√©.
¬†¬†¬†¬†C'est ainsi qu'il jugera les anciens, non pas sur leurs noms, non pas sur le temps o√Ļ ils vivaient, mais sur leurs ouvrages m√™mes; ce n'est pas trois mille ans qui doivent plaire, c'est la chose m√™me. Si une darique a √©t√© mal frapp√©e, que m'importe qu'elle repr√©sente le fils d'Hystaspe ? La monnaie de Varin est plus r√©cente, mais elle est infiniment plus belle.
¬†¬†¬†¬†Si le peintre Timante venait aujourd'hui pr√©senter √† c√īt√© des tableaux du Palais-Royal son tableau du sacrifice d'Iphig√©nie, peint de quatre couleurs; s'il nous disait: Des gens d'esprit m'ont assur√© en Gr√®ce que c'est un artifice admirable d'avoir voil√© le visage d'Agamemnon, dans la crainte que sa douleur n'√©gal√Ęt pas celle de Clytemnestre, et que les larmes du p√®re ne d√©shonorassent la majest√© du monarque; il se trouverait des connaisseurs qui lui r√©pondraient: C'est un trait d'esprit, et non pas un trait de peintre; un voile sur la t√™te de votre principal personnage fait un effet affreux dans un tableau: vous avez manqu√© votre art. Voyez le chef-d'oeuvre de Rubens, qui a su exprimer sur le visage de Marie de M√©dicis la douleur de l'enfantement, l'abattement, la joie, le sourire, et la tendresse, non avec quatre couleurs, mais avec toutes les teintes de la nature. Si vous vouliez qu'Agamemnon cach√Ęt un peu son visage, il fallait qu'il en cach√Ęt une partie avec ses mains pos√©es sur son front et sur ses yeux, et non pas avec un voile que les hommes n'ont jamais port√©, et qui est aussi d√©sagr√©able √† la vue, aussi peu pittoresque qu'il est oppos√© au costume: vous deviez alors laisser voir des pleurs qui coulent, et que le h√©ros veut cacher; vous deviez exprimer dans ses muscles les convulsions d'une douleur qu'il veut surmonter; vous deviez peindre dans cette attitude la majest√© et le d√©sespoir. Vous √™tes Grec, et Rubens est Belge; mais le Belge l'emporte.
D'UN PASSAGE D'HOM√ąRE.
¬†¬†¬†¬†Un Florentin, homme de lettres, d'un esprit juste et d'un go√Ľt cultiv√©, se trouva un jour dans la biblioth√®que de milord Chesterfield, avec un professeur d'Oxford et un √Čcossais qui vantait le po√®me de Fingal, compos√©, disait-il, dans la langue du pays de Galles, laquelle est encore en partie celle des Bas-Bretons. Que l'antiquit√© est belle ! s'√©criait-il; le po√®me de Fingal a pass√© de bouche en bouche jusqu'√† nous depuis pr√®s de deux mille ans, sans avoir √©t√© jamais alt√©r√©; tant les beaut√©s v√©ritables ont de force sur l'esprit des hommes ! Alors il lut √† l'assembl√©e ce commencement de Fingal.
    " Cuchulin était assis près de la muraille de Tura, sous l'arbre de la feuille agitée; sa pique reposait contre un rocher couvert de mousse, son bouclier était à ses pieds sur l'herbe. Il occupait sa mémoire du souvenir du grand Carbar, héros tué par lui à la guerre. Moran, né de Fitilh, Moran, sentinelle de l'Océan, se présenta devant lui.
    Lève-toi, lui dit-il, lève-toi, Cuchulin; je vois les vaisseaux de Suaran, les ennemis sont nombreux, plus d'un héros s'avance sur les vagues noires de la mer.
    Cuchulin aux yeux bleus lui répliqua: Moran, fils de Fitilh, tu trembles toujours; tes craintes multiplient le nombre des ennemis. Peut-être est-ce le roi des montagnes désertes qui vient à mon secours dans les plaines d'Ullin. Non, dit Moran, c'est Suaran lui-même; il est aussi haut qu'un rocher de glace: j'ai vu sa lance, elle est comme un haut sapin ébranché par les vents; son bouclier est comme la lune qui se lève; il était assis au rivage sur un rocher, il ressemblait à un nuage qui couvre une montagne, etc. "
¬†¬†¬†¬†Ah ! voil√† le v√©ritable style d'Hom√®re, dit alors le professeur d'Oxford; mais ce qui m'en pla√ģt davantage, c'est que j'y vois la sublime √©loquence h√©bra√Įque. Je crois lire les passages de ces beaux cantiques.
    " Tu gouverneras toutes les nations que tu nous soumettras, avec une verge de fer; tu les briseras comme le potier fait un vase.
    Tu briseras les dents des pécheurs.
¬†¬†¬†¬†La terre a trembl√©, les fondements des montagnes se sont √©branl√©s, parce que le Seigneur s'est f√Ęch√© contre les montagnes, et il a lanc√© la gr√™le et des charbons.
    Il a logé dans le soleil, et il en est sorti comme un mari sort de son lit.
¬†¬†¬†¬†Dieu brisera leurs dents dans leur bouche, il mettra en poudre leurs dents m√Ęcheli√®res; ils deviendront √† rien comme de l'eau, car il a tendu son arc pour les abattre; ils seront engloutis tout vivants dans sa col√®re, avant d'attendre que les √©pines soient aussi hautes qu'un prunier.
    Les nations viendront vers le soir, affamées comme des chiens; et toi, Seigneur, tu te moqueras d'elles, et tu les réduiras à rien.
    La montagne du Seigneur est une montagne coagulée; pourquoi regardez-vous les monts coagulés ? Le Seigneur a dit: Je jetterai Basan; je le jetterai dans la mer, afin que ton pied soit teint de sang, et que la langue de tes chiens lèche leur sang.
    Ouvre la bouche bien grande, et je la remplirai.
¬†¬†¬†¬†Rends les nations comme une roue qui tourne toujours, comme la paille devant la face du vent, comme un feu qui br√Ľle une for√™t, comme une flamme qui br√Ľle des montagnes; tu les poursuis dans ta temp√™te, et ta col√®re les troublera.
    Il jugera dans les nations, il les remplira de ruines; il cassera les têtes dans la terre de plusieurs.
    Bienheureux celui qui prendra tes petits enfants, et qui les écrasera contre la pierre ! etc., etc., etc. "
¬†¬†¬†¬†Le Florentin ayant √©cout√© avec une grande attention les versets des cantiques r√©cit√©s par le docteur, et les premiers vers de Fingal beugl√©s par l'√Čcossais, avoua qu'il n'√©tait pas fort touch√© de toutes ces figures asiatiques, et qu'il aimait beaucoup mieux le style simple et noble de Virgile.
¬†¬†¬†¬†L'√Čcossais p√Ęlit de col√®re √† ce discours, le docteur d'Oxford leva les √©paules de piti√©; mais milord Chesterfield encouragea le Florentin par un sourire d'approbation.
    Le Florentin échauffé, et se tenant appuyé, leur dit: Messieurs, rien n'est plus aisé que d'outrer la nature, rien n'est plus difficile que de l'imiter. Je suis un peu de ceux qu'on appelle en Italie Improvisatori, et je vous parlerais huit jours de suite en vers dans ce style oriental, sans me donner la moindre peine, parce qu'il n'en faut aucune pour être ampoulé en vers négligés, chargés d'épithètes, qui sont presque toujours les mêmes; pour entasser combats sur combats, et pour peindre des chimères.
    Qui ? vous ! lui dit le professeur, vous feriez un poème épique sur-le-champ ? Non pas un poème épique raisonnable et en vers corrects comme Virgile, répliqua l'Italien; mais un poème dans lequel je m'abandonnerais à toutes mes idées, sans me piquer d'y mettre de la régularité.
¬†¬†¬†¬†Je vous en d√©fie, dirent l'√Čcossais et l'Oxfordien. Eh bien ! donnez-moi un sujet, r√©pliqua le Florentin. Milord Chesterfield lui donna le sujet du Prince noir, vainqueur √† la journ√©e de Poitiers, et donnant la paix apr√®s la victoire.
    L'improvisateur se recueillit, et commença ainsi:
    " Muse d'Albion, Génie qui présidez aux héros, chantez avec moi, non la colère oisive d'un homme implacable envers ses amis et ses ennemis; non des héros que les dieux favorisent tour-à-tour sans avoir aucune raison de les favoriser; non le siége d'une ville qui n'est point prise; non les exploits extravagants du fabuleux Fingal, mais les victoires véritables d'un héros aussi modeste que brave, qui mit des rois dans ses fers, et qui respecta ses ennemis vaincus.
    Déjà George, le Mars de l'Angleterre, était descendu du haut de l'empyrée, monté sur le coursier immortel devant qui les plus fiers chevaux du Limousin fuient, comme les brebis bêlantes et les tendres agneaux se précipitent en foule les uns sur les autres pour se cacher dans la bergerie à la vue d'un loup terrible, qui sort du fond des forêts, les yeux étincelants, le poil hérissé, la gueule écumante, menaçant les troupeaux et le berger de la fureur de ses dents avides de carnage.
    Martin, le célèbre protecteur des habitants de la fertile Touraine; Geneviève, douce divinité des peuples qui boivent les eaux de la Seine et de la Marne; Denys qui porta sa tête entre ses bras à l'aspect des hommes et des immortels, tremblaient en voyant le superbe George traverser le vaste sein des airs. Sa tête était couverte d'un casque d'or orné des diamants qui pavaient autrefois les places publiques de la Jérusalem céleste, quand elle apparut aux mortels pendant quarante révolutions journalières de l'astre de la lumière et de sa soeur inconstante qui prête une douce clarté aux sombres nuits.
¬†¬†¬†¬†Sa main porte la lance √©pouvantable et sacr√©e dont le demi-dieu Michael, ex√©cuteur des vengeances du Tr√®s-Haut, terrassa dans les premiers jours du monde l'√©ternel ennemi du monde et du Cr√©ateur. Les plus belles plumes des anges qui assistent autour du tr√īne, d√©tach√©es de leurs dos immortels, flottaient sur son casque, autour duquel volent la terreur, la guerre homicide, la vengeance impitoyable, et la mort qui termine toutes les calamit√©s des malheureux mortels. Il ressemblait √† une com√®te qui dans sa course rapide franchit les orbites des astres √©tonn√©s, laissant loin derri√®re elle des traits d'une lumi√®re p√Ęle et terrible, qui annoncent aux faibles humains la chute des rois et des nations.
¬†¬†¬†¬†Il s'arr√™te sur les rives de la Charente, et le bruit de ses armes immortelles retentit jusqu'√† la sph√®re de Jupiter et de Saturne. Il fit deux pas, et il arriva jusqu'aux lieux o√Ļ le fils du magnanime √Čdouard attendait le fils de l'intr√©pide Philippe de Valois. "
¬†¬†¬†¬†Le Florentin continua sur ce ton pendant plus d'un quart d'heure. Les paroles sortaient de sa bouche, comme dit Hom√®re , plus serr√©es et plus abondantes que les neiges qui tombent pendant l'hiver; cependant ses paroles n'√©taient pas froides; elles ressemblaient plut√īt aux rapides √©tincelles qui s'√©chappent d'une forge enflamm√©e, quand les cyclopes frappent les foudres de Jupiter sur l'enclume retentissante.
    Ses deux antagonistes furent enfin obligés de le faire taire, en lui avouant qu'il était plus aisé qu'ils ne l'avaient cru, de prodiguer les images gigantesques, et d'appeler le ciel, la terre et les enfers à son secours; mais ils soutinrent que c'était le comble de l'art, de mêler le tendre et le touchant au sublime.
    Y a-t-il rien, par exemple, dit l'Oxfordien, de plus moral, et en même temps de plus voluptueux, que de voir Jupiter qui couche avec sa femme sur le mont Ida ?
¬†¬†¬†¬†Milord Chesterfield prit alors la parole: Messieurs, dit-il, je vous demande pardon de me m√™ler de la querelle; peut-√™tre chez les Grecs c'√©tait une chose tr√®s int√©ressante qu'un dieu qui couche avec son √©pouse sur une montagne; mais je ne vois pas ce qu'on peut trouver l√† de bien fin et de bien attachant. Je conviendrai avec vous que le fichu qu'il a plu aux commentateurs et aux imitateurs d'appeler la ceinture de V√©nus, est une image charmante; mais je n'ai jamais compris que ce f√Ľt un soporatif, ni comment Junon imaginait de recevoir les caresses du ma√ģtre des dieux pour le faire dormir. Voil√† un plaisant dieu de s'endormir pour si peu de chose ! Je vous jure que quand j'√©tais jeune, je ne m'assoupissais pas si ais√©ment. J'ignore s'il est noble, agr√©able, int√©ressant, spirituel et d√©cent, de faire dire par Junon √† Jupiter: " Si vous voulez absolument me caresser, allons-nous-en au ciel dans votre appartement, qui est l'ouvrage de Vulcain, et dont la porte ferme si bien qu'aucun des dieux n'y peut entrer. "
¬†¬†¬†¬†Je n'entends pas non plus comment le Sommeil, que Junon prie d'endormir Jupiter, peut √™tre un dieu si √©veill√©. Il arrive en un moment des √ģles de Lemnos et d'Imbros au mont Ida: il est beau de partir de deux √ģles √† la fois: de l√† il monte sur un sapin, il court aussit√īt aux vaisseaux des Grecs; il cherche Neptune; il le trouve, il le conjure de donner la victoire ce jour-l√† √† l'arm√©e des Grecs, et il retourne √† Lemnos d'un vol rapide. Je n'ai rien vu de si fr√©tillant que ce Sommeil.
    Enfin, s'il faut absolument coucher avec quelqu'un dans un poème épique, j'avoue que j'aime cent fois mieux les rendez-vous d'Alcine avec Roger, et d'Armide avec Renaud.
    Venez, mon cher Florentin, me lire ces deux chants admirables de l'Arioste et du Tasse.
¬†¬†¬†¬†Le Florentin ne se fit pas prier. Milord Chesterfield fut enchant√©. L'√Čcossais pendant ce temps-l√† relisait Fingal; le professeur d'Oxford relisait Hom√®re; et tout le monde √©tait content.
¬†¬†¬†¬†On conclut enfin qu'heureux est celui qui, d√©gag√© de tous les pr√©jug√©s, est sensible au m√©rite des anciens et des modernes, appr√©cie leurs beaut√©s, conna√ģt leurs fautes, et les pardonne.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Anciens (vs. Modernes) ‚ÄĒ Querelle des Anciens et des Modernes Charles Perrault, d√©clencheur de la querelle des Anciens et des Modernes. La querelle des Anciens et des Modernes ou querelle des Classiques et des Modernes est une pol√©mique n√©e √† l‚ÄôAcad√©mie fran√ßaise et qui… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • ANCIENS ET DES MODERNES (QUERELLE DES) ‚ÄĒ ANCIENS & DES MODERNES QUERELLE DES Nom donn√© √† l‚Äôensemble des controverses qui, ravivant un d√©bat fort ancien (que l‚Äôon se rappelle la Deffence et illustration... de Du Bellay et les Recherches de la France de Pasquier), ont divis√©, √† la fin du… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Modernes ‚ÄĒ Modernit√©  Cet article concerne le concept philosophique. Pour la p√©riode historique, voir √©poque moderne. L usage du terme moderne apparait la premi√®re fois en latin[1], et c est un concept plurivoque[2 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Anciens combattants am√©rindiens ‚ÄĒ Les anciens combattants Am√©rindiens sont les v√©t√©rans autochtones ayant combattu dans les rangs des arm√©es des √Čtats Unis ou du Canada au cours des guerres modernes. Sommaire 1 La Premi√®re Guerre mondiale 2 La Seconde Guerre mondiale 3 Le reto ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Anciens ‚ÄĒ Cette page d‚Äôhomonymie r√©pertorie les diff√©rents sujets et articles partageant un m√™me nom. En Europe, depuis la Renaissance, les ¬ę Anciens ¬Ľ (par opposition aux ¬ę Modernes ¬Ľ) sont les habitants de la Gr√®ce et de la Rome… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Querelle Des Anciens Et Des Modernes ‚ÄĒ Charles Perrault, d√©clencheur de la querelle des Anciens et des Modernes. La querelle des Anciens et des Modernes ou querelle des Classiques et des Modernes est une pol√©mique n√©e √† l‚ÄôAcad√©mie fran√ßaise et qui agita le monde litt√©raire et… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Querelle des Anciens et des Modernes ‚ÄĒ Charles Perrault, d√©clencheur de la querelle des Anciens et des Modernes. La querelle des Anciens et des Modernes ou querelle des Classiques et des Modernes est une pol√©mique n√©e √† l‚ÄôAcad√©mie fran√ßaise et qui agita le monde litt√©raire et… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Querelle des Anciens et des Modernes ‚ÄĒ Als Querelle des Anciens et des Modernes [k…ôňą Ä…õl dez…ĎŐÉňąsj…õŐÉ edem…Ēňąd…õ Än] (franz√∂sisch f√ľr Streit der Alten und der Neuen) bezeichnet man eine geistesgeschichtliche Debatte (Literaturstreit) in Frankreich an der Wende vom 17. zum 18. Jahrhundert.… ‚Ķ   Deutsch Wikipedia

  • Nomenclature anatomique (termes modernes et anciens) ‚ÄĒ Si l anatomie est une science exacte, la normalisation de sa terminologie a depuis ses d√©buts √©t√© sujette √† discussions. Le XVI si√®cle qui privil√©gie le passage du latin aux langues vernaculaires complexifie la communication et l √©volution des… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.