HERMÈS


HERMÈS
HERMÈS, OU ERMÈS, OU MERCURE TRISMÉGISTE, OU THAUT, OU TAUT, OU THOT.
    On néglige cet ancien livre de Mercure Trismégiste, et on peut n'avoir pas tort. Il a paru à des philosophes un sublime galimatias; et c'est peut-être pour cette raison qu'on l'a cru l'ouvrage d'un grand platonicien.
    Toutefois, dans ce chaos théologique, que de choses propres à étonner et à soumettre l'esprit humain ! Dieu dont la triple essence est sagesse, puissance, et bonté; Dieu formant le monde par sa pensée, par son verbe; Dieu créant des dieux subalternes; Dieu ordonnant à ces dieux de diriger les orbes célestes, et de présider au monde; le soleil fils de Dieu; l'homme image de Dieu par la pensée; la lumière principal ouvrage de Dieu, essence divine: toutes ces grandes et vives images éblouirent l'imagination subjuguée.
    Il reste à savoir si ce livre, aussi célèbre que peu lu, fut l'ouvrage d'un Grec ou d'un Égyptien.
    Saint Augustin ne balance pas à croire que le livre est d'un Égyptien , qui prétendait être descendu de l'ancien Mercure, de cet ancien Thaut, premier législateur de l'Égypte.
    Il est vrai que saint Augustin ne savait pas plus l'égyptien que le grec; mais il faut bien que de son temps on ne doutât pas que l'Hermès dont nous avons la théologie ne fût un sage de l'Égypte, antérieur probablement au temps d'Alexandre, et l'un des prêtres que Platon alla consulter.
    Il m'a toujours paru que la théologie de Platon ne ressemblait en rien à celle des autres Grecs, si ce n'est à celle de Timée, qui avait voyagé en Égypte ainsi que Pythagore.
    L'Hermès Trismégiste que nous avons est écrit dans un grec barbare, assujetti continuellement à une marche étrangère. C'est une preuve qu'il n'est qu'une traduction dans laquelle on a plus suivi les paroles que le sens.
    Joseph Scaliger, qui aida le seigneur de Candale, évêque d'Aire, à traduire l'Hermès ou Mercure Trismégiste, ne doute pas que l'original ne fût égyptien.
    Ajoutez à ces raisons qu'il n'est pas vraisemblable qu'un Grec eût adressé si souvent la parole à Thaut. Il n'est guère dans la nature qu'on parle avec tant d'effusion de coeur à un étranger; du moins on n'en voit aucun exemple dans l'antiquité.
    L'Esculape égyptien qu'on fait parler dans ce livre, et qui peut-être en est l'auteur, écrit au roi d'Égypte Ammon: " Gardez-vous bien de souffrir que les Grecs traduisent les livres de notre Mercure, de notre Thaut, parce qu'ils le défigureraient. " Certainement un Grec n'aurait point parlé ainsi.
    Toutes les vraisemblances sont donc que ce fameux livre est égyptien.
    Il y a une autre réflexion à faire, c'est que les systèmes d'Hermès et de Platon conspiraient également à s'étendre chez les écoles juives dès le temps des Ptolémées. Cette doctrine y fit bientôt de très grands progrès. Vous la voyez étalée tout entière chez le juif Philon, homme savant à la mode de ces temps-là.
    Il copie des passages entiers du Mercure Trismégiste dans son chapitre de la formation du monde. " Premièrement, dit-il, Dieu fit le monde intelligible, le ciel incorporel, et la terre invisible; après il créa l'essence incorporelle de l'eau et de l'esprit, et enfin l'essence de la lumière incorporelle, patron du soleil et de tous les astres. "
    Telle est la doctrine d'Hermès toute pure. Il ajoute que " le verbe ou la pensée invisible et intellectuelle est l'image de Dieu. "
    Voilà la création du monde par le verbe, par la pensée, par le logos, bien nettement exprimée.
    Vient ensuite la doctrine des nombres, qui passa des Égyptiens aux Juifs. Il appelle la raison, la parente de Dieu. Le nombre de sept est l'accomplissement de toute chose; et c'est pourquoi, dit-il, la lyre n'a que sept cordes.
    En un mot, Philon possédait toute la philosophie de son temps.
    On se trompe donc quand on croit que les Juifs, sous le règne d'Hérode, étaient plongés dans la même espèce d'ignorance où ils étaient auparavant. Il est évident que saint Paul était très instruit: il n'y a qu'à lire le premier chapitre de saint Jean, qui est si différent des autres, pour voir que l'auteur écrit précisément comme Hermès et comme Platon. " Au commencement était le verbe, et le verbe, le logos, était avec Dieu, et Dieu était le logos; tout a été fait par lui, et sans lui rien n'est de ce qui fut fait. Dans lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. "
    C'est ainsi que saint Paul dit que " Dieu a créé les siècles par son fils. "
    Dès le temps des apôtres vous voyez des sociétés entières de chrétiens qui ne sont que trop savants, et qui substituent une philosophie fantastique à la simplicité de la foi. Les Simon, les Ménandre, les Cérinthe, enseignaient précisément les dogmes d'Hermès. Leurs éons n'étaient autre chose que les dieux subalternes créés par le grand être. Tous les premiers chrétiens ne furent donc pas des hommes sans lettres, comme on le dit tous les jours, puisqu'il y en avait plusieurs qui abusaient de leur littérature, et que même dans les Actes le gouverneur Festus dit à Paul: " Tu es fou, Paul; trop de science t'a mis hors de sens. "
    Cérinthe dogmatisait du temps de saint Jean l'évangéliste. Ses erreurs étaient d'une métaphysique profonde et déliée. Les défauts qu'il remarquait dans la construction du monde lui firent penser, comme le dit le docteur Dupin, que ce n'était pas le Dieu souverain qui l'avait formé, mais une vertu inférieure à ce premier principe, laquelle n'avait pas connaissance du Dieu souverain. C'était vouloir corriger le système de Platon même; c'était se tromper comme chrétien et comme philosophe. Mais c'était en même temps montrer un esprit très délié et très exercé.
    Il en est de même des primitifs appelés quakers, dont nous avons tant parlé. On les a pris pour des hommes qui ne savaient que parler du nez, et qui ne faisaient nul usage de leur raison. Cependant il y en eut plusieurs parmi eux qui employaient toutes les finesses de la dialectique. L'enthousiasme n'est pas toujours le compagnon de l'ignorance totale; il l'est souvent d'une science erronée.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • HERMÈS — Divinité du panthéon grec, fruit des amours nocturnes de Zeus et de Maia, la plus jeune des Pléiades, Hermès naît dans un antre obscur du mont Cyllène. Les légendes les plus complètes que nous a laissées la tradition grecque concernent l’histoire …   Encyclopédie Universelle

  • Hermes — (griechisch Ἑρμῆς, auch Hermeias Ἑρμείας, dor. Hermas Ἑρμᾶς) ist in der griechischen Mythologie der Schutzgott des Verkehrs, der Reisenden, der Kaufleute und der Hirten, a …   Deutsch Wikipedia

  • Hermès — Hermes Hermes (griechisch Ἑρμής, auch Hermeias Ἑρμείας, dor. Hermas …   Deutsch Wikipedia

  • HERMES — Pour les articles homonymes, voir Hermès (homonymie). HERMES est une méthode générale de gestion de projet, qui se base sur le V Modell allemand. HERMES a été conçu par l administration fédérale suisse et est en développment constant. Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • Hermes — Hermès (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Hermès Dans la mythologie grecque, Hermès est le messager des dieux. Hermès Trismégiste est un personnage légendaire, fondateur de l… …   Wikipédia en Français

  • Hermès — International S.A. Тип …   Википедия

  • Hermes — {{Hermes}} Sohn des Zeus* und der Pleiade* Maia, erfindungsreich, wendig und verschlagen. Noch am Tag seiner Geburt kletterte er aus der Wiege, fand eine Schildkröte und bastelte sich ein Musikinstrument, als dessen Resonanzboden ihr Panzer… …   Who's who in der antiken Mythologie

  • Hermes-A — Hermes (armement) Hermes [[Image:|275px|center|]] Fonction missile air sol à courte portée Constructeur KBP, Tula Coût à l unité Déploiement …   Wikipédia en Français

  • Hermes — Her mes, n. [L., fr. Gr. ?.] 1. (Myth.) See {Mercury}. [1913 Webster] Note: Hermes Trismegistus [Gr. Ermh^s trisme gistos, lit., Hermes thrice greatest] was a late name of Hermes, especially as identified with the Egyptian god Thoth. He was the… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Hermes HT — Hermes Gegründet 1953 Arena Kokkolan Jäähalli Stadt Kokkola, Finnland Farben rot, weiß Liga Suomi sarja …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.