AMOUR DE DIEU

ÔĽŅ
AMOUR DE DIEU
    Les disputes sur l'amour de Dieu ont allumé autant de haines qu'aucune querelle théologique. Les jésuites et les jansénistes se sont battus pendant cent ans, à qui aimerait Dieu d'une façon plus convenable, et à qui désolerait plus son prochain.
¬†¬†¬†¬†D√®s que l'auteur du T√©l√©maque, qui commen√ßait √† jouir d'un grand cr√©dit √† la cour de Louis XIV, voulut qu'on aim√Ęt Dieu d'une mani√®re qui n'√©tait pas celle de l'auteur des Oraisons fun√®bres , celui-ci, qui √©tait un grand ferrailleur, lui d√©clara la guerre, et le fit condamner dans l'ancienne ville de Romulus, o√Ļ Dieu √©tait ce qu'on aimait le mieux apr√®s la domination, les richesses, l'oisivet√©, le plaisir, et l'argent.
¬†¬†¬†¬†Si madame Guyon avait su le conte de la bonne vieille qui apportait un r√©chaud pour br√Ľler le paradis, et une cruche d'eau pour √©teindre l'enfer, afin qu'on n'aim√Ęt Dieu que pour lui-m√™me, elle n'aurait peut-√™tre pas tant √©crit. Elle e√Ľt d√Ľ sentir qu'elle ne pouvait rien dire de mieux. Mais elle aimait Dieu et le galimatias si cordialement, qu'elle fut quatre fois en prison pour sa tendresse: traitement rigoureux et injuste. Pourquoi punir comme une criminelle une femme qui n'avait d'autre crime que celui de faire des vers dans le style de l'abb√© Cotin, et de la prose dans le go√Ľt de Polichinelle ? Il est √©trange que l'auteur du T√©l√©maque et des froides amours d'Eucharis ait dit dans ses Maximes des saints, d'apr√®s le bienheureux Fran√ßois de Sales: " Je n'ai presque point de d√©sirs; mais si j'√©tais √† rena√ģtre je n'en aurais point du tout. Si Dieu venait √† moi, j'irais aussi √† lui; s'il ne voulait pas venir √† moi, je me tiendrais l√† et n'irais pas √† lui. "
    C'est sur cette proposition que roule tout son livre. On ne condamna point saint François de Sales; mais on condamna Fénelon. Pourquoi ? c'est que François de Sales n'avait point un violent ennemi à la cour de Turin, et que Fénelon en avait un à Versailles.
    Ce qu'on a écrit de plus sensé sur cette controverse mystique, se trouve peut-être dans la satire de Boileau sur l'amour de Dieu, quoique ce ne soit pas assurément son meilleur ouvrage.
    Qui fait exactement ce que ma loi commande,
    A pour moi, dit ce Dieu, l'amour que je demande.
¬†¬†¬†¬†√Čp. XII, v. 208-209.
¬†¬†¬†¬†S'il faut passer des √©pines de la th√©ologie √† celles de la philosophie, qui sont moins longues et moins piquantes, il para√ģt clair qu'on peut aimer un objet sans aucun retour sur soi-m√™me, sans aucun m√©lange d'amour-propre int√©ress√©. Nous ne pouvons comparer les choses divines aux terrestres, l'amour de Dieu √† un autre amour. Il manque pr√©cis√©ment un infini d'√©chelons pour nous √©lever de nos inclinations humaines √† cet amour sublime. Cependant puisqu'il n'y a pour nous d'autre point d'appui que la terre, tirons nos comparaisons de la terre. Nous voyons un chef-d'oeuvre de l'art en peinture, en sculpture, en architecture, en po√©sie, en √©loquence; nous entendons une musique qui enchante nos oreilles et notre √Ęme: nous l'admirons, nous l'aimons sans qu'il nous en revienne le plus l√©ger avantage, c'est un sentiment pur; nous allons m√™me jusqu'√† sentir quelquefois de la v√©n√©ration, de l'amiti√© pour l'auteur; et s'il √©tait l√† nous l'embrasserions.
    C'est à peu près la seule manière dont nous puissions expliquer notre profonde admiration et les élans de notre coeur envers l'éternel architecte du monde. Nous voyons l'ouvrage avec un étonnement mêlé de respect et d'anéantissement, et notre coeur s'élève autant qu'il le peut vers l'ouvrier.
¬†¬†¬†¬†Mais quel est ce sentiment ? je ne sais quoi de vague et d'ind√©termin√©, un saisissement qui ne tient rien de nos affections ordinaires; une √Ęme plus sensible qu'une autre, plus d√©soccup√©e, peut √™tre si touch√©e du spectacle de la nature qu'elle voudrait s'√©lancer jusqu'au ma√ģtre √©ternel qui l'a form√©e. Une telle affection de l'esprit, un si puissant attrait peut-il encourir la censure ? A-t-on pu condamner le tendre archev√™que de Cambrai ? Malgr√© les expressions de saint Fran√ßois de Sales que nous avons rapport√©es, il s'en tenait √† cette assertion, qu'on peut aimer l'auteur uniquement pour la beaut√© de ses ouvrages. Quelle h√©r√©sie avait-on √† lui reprocher ? Les extravagances du style d'une dame de Montargis, et quelques expressions peu mesur√©es de sa part lui nuisirent.
¬†¬†¬†¬†O√Ļ √©tait le mal ? On n'en sait plus rien aujourd'hui. Cette querelle est an√©antie comme tant d'autres. Si chaque ergoteur voulait bien se dire √† soi-m√™me: Dans quelques ann√©es personne ne se souciera de mes ergotismes; on ergoterait beaucoup moins. Ah ! Louis XIV ! Louis XIV ! il fallait laisser deux hommes de g√©nie sortir de la sph√®re de leurs talents, au point d'√©crire ce qu'on a jamais √©crit de plus obscur et de plus ennuyeux dans votre royaume.
    Pour finir tous ces débats-là,
    Tu n'avais qu'à les laisser faire.
¬†¬†¬†¬†Remarquons √† tous les articles de morale et d'histoire par quelle cha√ģne invisible, par quels ressorts inconnus toutes les id√©es qui troublent nos t√™tes, et tous les √©v√©nements qui empoisonnent nos jours, sont li√©s ensemble, se heurtent, et forment nos destin√©es. F√©nelon meurt dans l'exil pour avoir eu deux ou trois conversations mystiques avec une femme un peu extravagante. Le cardinal de Bouillon, le neveu du grand Turenne, est pers√©cut√© pour n'avoir pas lui-m√™me pers√©cut√© √† Rome l'archev√™que de Cambrai son ami: il est contraint de sortir de France, et il perd toute sa fortune.
¬†¬†¬†¬†C'est par ce m√™me encha√ģnement que le fils d'un procureur de Vire trouve, dans une douzaine de phrases obscures d'un livre imprim√© dans Amsterdam , de quoi remplir de victimes tous les cachots de la France; et √† la fin il sort de ces cachots m√™mes un cri, dont le retentissement fait tomber par terre toute une soci√©t√© habile et tyrannique, fond√©e par un fou ignorant.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Amour de Dieu ‚ÄĒ Deus Caritas Est Deus Caritas Est est la premi√®re encyclique du pape Beno√ģt XVI. Elle est dat√©e du 25 d√©cembre 2005 mais a √©t√© rendue publique le 25 janvier 2006. Son titre latin signifie ¬ę Dieu est amour ¬Ľ et vient de la Premi√®re… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Traite sur l'amour de Dieu ‚ÄĒ Trait√© sur l amour de Dieu Trait√© sur l amour de Dieu est l une des oeuvres majeures de Saint Fran√ßois de Sales. En 1615, Fran√ßois de Sales entrepris d √©crire un deuxi√®me trait√© sur la pri√®re, apr√®s Introduction √† la vie d√©vote, il √©crivit Trait√© ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Trait√© sur l'amour de Dieu ‚ÄĒ est l une des Ňďuvres majeures de Saint Fran√ßois de Sales. En 1615, Fran√ßois de Sales entrepris d √©crire un deuxi√®me trait√© sur la pri√®re, apr√®s Introduction √† la vie d√©vote, il √©crivit Trait√© sur l amour de Dieu, qui est l un de ces principaux… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Galilee ou l'amour de Dieu ‚ÄĒ Galil√©e ou l Amour de Dieu Galil√©e ou l Amour de Dieu est un t√©l√©film historique fran√ßais de Jean Daniel Verhaeghe, diffus√© pour la premi√®re fois le 7 janvier 2006 sur France 3. T√©l√©films 0 9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Galil√©e ou l'Amour de Dieu ‚ÄĒ est un t√©l√©film historique fran√ßais de Jean Daniel Verhaeghe, diffus√© pour la premi√®re fois le 7 janvier 2006 sur France 3. Sommaire 1 R√©sum√© 2 Fiche technique 3 ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Pour l'amour de Dieu 2010 ‚ÄĒ Pour l amour de Dieu est un film qu√©b√©cois sorti en 2010. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution 4 Lien externe Synopsis ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Pour l'amour de Dieu ! ‚ÄĒ ‚óŹ Pour l amour de Dieu ! exclamation renfor√ßant un ordre, une pri√®re, et qui exprime parfois l irritation, l impatience ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • AMOUR ‚ÄĒ ¬ęDieu aimeras et ton prochain comme toi m√™me.¬Ľ Toute la civilisation jud√©o chr√©tienne est fond√©e sur ce double commandement √©nigmatique, dont la th√©orie freudienne semble fournir la version moderne lorsqu‚Äôelle montre l‚Äôinjonction de jouir comme… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • DIEU ‚ÄĒ LE TERME ¬ęDieu¬Ľ (au singulier et avec une majuscule) renvoie dans notre culture p√©n√©tr√©e de christianisme √† l‚Äôaffirmation monoth√©iste de l‚ÄôAncien et du Nouveau Testament (la Bible juive, plus les premiers √©crits chr√©tiens que les √Čglises tiennent ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • DIEU - L‚Äôaffirmation de Dieu ‚ÄĒ Le mot ¬ęDieu¬Ľ d√©signe la r√©alit√© myst√©rieuse que les hommes cherchent √† t√Ętons depuis les origines. L‚Äôhistoire des religions peut permettre de rep√©rer les conditions concr√®tes qui ont favoris√© cette fonction th√©og√©nique dont l‚Äôorigine renvoie √†… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.