FORCE PHYSIQUE

ÔĽŅ
FORCE PHYSIQUE
¬†¬†¬†¬†Qu'est-ce que force ? o√Ļ r√©side-t-elle ? d'o√Ļ vient-elle ? p√©rit-elle ? subsiste-t-elle toujours la m√™me ?
    On s'est complu à nommer force cette pesanteur qu'exerce un corps sur un autre. Voilà une boule de deux cents livres; elle est sur ce plancher; elle le presse, dit-on, avec une force de deux cents livres: et vous appelez cela une force morte. Or, ces mots de force et de morte ne sont-ils pas un peu contradictoires ? ne vaudrait-il pas autant dire mort vivant, oui et non ?
¬†¬†¬†¬†Cette boule p√®se: d'o√Ļ vient cette pesanteur ? et cette pesanteur est-elle une force ? Si cette boule n'√©tait arr√™t√©e par rien, elle se rendrait directement au centre de la terre. D'o√Ļ lui vient cette incompr√©hensible propri√©t√© ?
    Elle est soutenue par mon plancher; et vous donnez à mon plancher libéralement la force d'inertie. Inertie signifie inactivité, impuissance. Or, n'est-il pas singulier qu'on donne à l'impuissance le nom de force ?
    Quelle est la force vive qui agit dans votre bras et dans votre jambe ? quelle en est la source ? comment peut-on supposer que cette force subsiste quand vous êtes mort ? va-t-elle se loger ailleurs, comme un homme change de maison quand la sienne est détruite ?
¬†¬†¬†¬†Comment a-t-on pu dire qu'il y a toujours √©galit√© de force dans la nature ? il faudrait donc qu'il y e√Ľt toujours √©gal nombre d'hommes ou d'√™tres actifs √©quivalents.
    Pourquoi un corps en mouvement communique-t-il sa force à un corps qu'il rencontre ?
    Ni la géométrie, ni la mécanique, ni la métaphysique, ne répondent à ces questions. Veut-on remonter au premier principe de la force des corps et du mouvement, il faudra remonter encore à un principe supérieur. Pourquoi y a-t-il quelque chose ?
FORCE M√ČCANIQUE.
    On présente tous les jours des projets pour augmenter la force des machines qui sont en usage, pour augmenter la portée des boulets de canon avec moins de poudre, pour élever des fardeaux sans peine, pour dessécher des marais en épargnant le temps et l'argent, pour remonter promptement des rivières sans chevaux, pour elever facilement beaucoup d'eau, et pour ajouter à l'activité des pompes.
    Tous ces faiseurs de projets sont trompés eux-mêmes les premiers, comme Lass le fut par son système.
    Un bon mathématicien, pour prévenir ces continuels abus, a donné la règle suivante.
¬†¬†¬†¬†Il faut dans toute machine consid√©rer quatre quantit√©s: 1¬į La puissance du premier moteur, soit homme, soit cheval, soit l'eau, ou le vent, ou le feu
¬†¬†¬†¬†2¬į La vitesse de ce premier moteur dans un temps donn√©
¬†¬†¬†¬†3¬į La pesanteur ou r√©sistance de la mati√®re qu'on veut faire mouvoir
¬†¬†¬†¬†4¬į La vitesse de cette mati√®re en mouvement, dans le m√™me temps donn√©.
    De ces quatre quantités, le produit des deux premières est toujours égal à celui des deux dernières: ces produits ne sont que les quantités du mouvement.
    Trois de ces quantités étant connues, on trouve toujours la quatrième.
¬†¬†¬†¬†Un machiniste, il y a quelques ann√©es, pr√©senta √† l'H√ītel-de-ville de Paris le mod√®le en petit d'une pompe, par laquelle il assurait qu'il √©l√®verait √† cent trente pieds de hauteur cent mille muids d'eau par jour. Un muid d'eau p√®se cinq cent soixante livres; ce sont cinquante-six millions de livres qu'il faut √©lever en vingt-quatre heures, et six cent quarante-huit livres par chaque seconde.
    Le chemin et la vitesse sont de cent trente pieds par seconde.
    La quatrième quantité est le chemin, ou la vitesse du premier moteur.
    Que ce moteur soit un cheval, il fait trois pieds par seconde tout au plus.
    Multipliez ce poids de six cent quarante-huit livres par cent trente pieds d'élévation, auquel on doit le porter, vous aurez quatre-vingt-quatre mille deux cent quarante, lesquels divisés par la vitesse, qui est trois, vous donnent vingt-huit mille quatre-vingts.
    Il faut donc que le moteur ait une force de vingt-huit mille quatre-vingts pour élever l'eau dans une seconde.
    La force des hommes n'est estimée que vingt-cinq livres, et celle des chevaux de cent soixante et quinze.
¬†¬†¬†¬†Or, comme il faut √©lever √† chaque seconde une force de vingt-huit mille quatre-vingts, il r√©sulte de l√† que pour ex√©cuter la machine propos√©e √† l'H√ītel-de-ville de Paris, on avait besoin de onze cent vingt-trois hommes ou de cent soixante chevaux; encore aurait-il fallu supposer que la machine f√Ľt sans frottement. Plus la machine est grande, plus les frottements sont consid√©rables: ils vont souvent √† un tiers de la force mouvante ou environ; ainsi il aurait fallu, suivant un calcul tr√®s mod√©r√©, deux cent treize chevaux, ou quatorze cent quatre-vingt-dix-sept hommes.
¬†¬†¬†¬†Ce n'est pas tout; ni les hommes ni les chevaux ne peuvent travailler vingt-quatre heures sans manger et sans dormir. Il e√Ľt donc fallu doubler au moins le nombre des hommes, ce qui aurait exig√© deux mille neuf cent quatre-vingt-quatorze hommes, ou quatre cent vingt-six chevaux.
    Ce n'est pas tout encore: ces hommes et ces chevaux, en douze heures, doivent en prendre quatre pour manger et se reposer. Ajoutez donc un tiers; il aurait fallu à l'inventeur de cette belle machine l'équivalent de cinq cent soixante-huit chevaux, ou trois mille neuf cent quatre-vingt-douze hommes.
    Le célèbre maréchal de Saxe tomba dans le même mécompte, quand il construisit une galère qui devait remonter la rivière de Seine en vingt-quatre heures, par le moyen de deux chevaux qui devaient faire mouvoir des rames.
    Vous trouvez dans l'Histoire ancienne de Rollin, remplie d'ailleurs d'une morale judicieuse, les paroles suivantes:
    " Archimède se met en devoir de satisfaire la juste et raisonnable curiosité de son parent et de son ami Hiéron, roi de Syracuse. Il choisit une des galères qui étaient dans le port, la fait tirer à terre avec beaucoup de travail et à force d'hommes, y fait mettre sa charge ordinaire, et, par-dessus sa charge, autant d'hommes qu'elle en peut tenir. Ensuite se mettant à quelque distance, assis à son aise, sans travail, sans le moindre effort, en remuant seulement de la main le bout d'une machine à plusieurs cordes et poulies qu'il avait préparée, il ramena la galère à lui par terre aussi doucement et aussi uniment que si elle n'avait fait que fendre les flots. "
¬†¬†¬†¬†Que l'on consid√®re, apr√®s ce r√©cit, qu'une gal√®re remplie d'hommes, charg√©e de ses m√Ęts, de ses rames, et de son poids ordinaire, devait peser au moins quatre cent mille livres; qu'il fallait une force sup√©rieure pour la tenir en √©quilibre et la faire mouvoir; que cette force devait √™tre au moins de quatre cent vingt mille livres; que les frottements pouvaient √™tre la moiti√© de la puissance employ√©e pour soulever un pareil poids; que par cons√©quent la machine devait avoir environ six cent mille livres de force. Or on ne fait gu√®re jouer une telle machine en un tour de main, sans le moindre effort.
    C'est de Plutarque que l'estimable auteur de l'Histoire ancienne a tiré ce conte. Mais quand Plutarque a dit une chose absurde, tout ancien qu'il est, un moderne ne doit pas la répéter.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Force (physique) ‚ÄĒ Pour les articles homonymes, voir force. Une force d√©signe, en physique, l interaction entre deux objets ou syst√®mes, une action m√©canique capable d imposer une acc√©l√©ration, ce qui induit une modification du vecteur vitesse (une force exerc√©e… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • force ‚ÄĒ [ f…Ērs ] n. f. ‚ÄĘ 1080; bas lat. fortia, plur. neutre substantiv√© de fortis ‚Üí 1. fort; forcer I ‚ô¶ La force de qqn. 1 ‚ô¶ Puissance d action physique (d un √™tre, d un organe). Force physique; force musculaire. ‚áí r√©sistance, robustesse, vigueur. Force ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • forc√© ‚ÄĒ force [ f…Ērs ] n. f. ‚ÄĘ 1080; bas lat. fortia, plur. neutre substantiv√© de fortis ‚Üí 1. fort; forcer I ‚ô¶ La force de qqn. 1 ‚ô¶ Puissance d action physique (d un √™tre, d un organe). Force physique; force musculaire. ‚áí r√©sistance, robustesse, vigueur ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Force (m√©canique) ‚ÄĒ Force (physique) Pour les articles homonymes, voir force. Une force d√©signe, en physique, l interaction entre deux objets ou syst√®mes, une action m√©canique capable d imposer une acc√©l√©ration, ce qui induit un d√©placement ou une d√©formation de l… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • PHYSIQUE ‚ÄĒ LA PHYSIQUE a pour objet l‚Äô√©tude des propri√©t√©s de la mati√®re et des lois qui la r√©gissent, c‚Äôest √† dire de l‚Äôensemble des ¬ęr√®gles du jeu¬Ľ du monde mat√©riel qui nous entoure. Cette d√©finition est large. Il convient donc de pr√©ciser que la mati√®re ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Force Centrip√®te ‚ÄĒ Une balle accroch√©e par un fil tourne autour d un axe. La force centrip√®te est exerc√©e par le fil sur la balle pour la maintenir en rotation sur la trajectoire sp√©cifi√©e. C est cette force qui donne au fil sa tension. Le terme force centrip√®te (… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Force centrip√®de ‚ÄĒ Force centrip√®te Une balle accroch√©e par un fil tourne autour d un axe. La force centrip√®te est exerc√©e par le fil sur la balle pour la maintenir en rotation sur la trajectoire sp√©cifi√©e. C est cette force qui donne au fil sa tension. Le terme… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Force De Combat (Dragon Ball) ‚ÄĒ La force de combat (śą¶ťóėŚäõ, SentŇćryoku?), SentŇć signifiant combat et Ryoku signifiant force, est une notion pr√©sente dans le manga Dragon Ball, ainsi que dans son adaptation anim√©e Dragon Ball Z. L expression peut √©galement se traduire potentiel de… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Force de combat ‚ÄĒ (Dragon Ball) La force de combat (śą¶ťóėŚäõ, SentŇćryoku?), SentŇć signifiant combat et Ryoku signifiant force, est une notion pr√©sente dans le manga Dragon Ball, ainsi que dans son adaptation anim√©e Dragon Ball Z. L expression peut √©galement se traduire ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • Force de gravitation ‚ÄĒ Gravitation ¬ę Gravitation ¬Ľ redirige ici. Pour les autres significations, voir Gravitation (homonymie). La gravitation est le ph√©nom√®ne d interaction physique qui cause l attraction r√©ciproque des corps massifs entre eux, sous l effet… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.