ÉVÊQUE


ÉVÊQUE
    Samuel Ornik, natif de Bâle, était, comme on sait, un jeune homme très aimable, qui d'ailleurs savait par coeur son Nouveau Testament en grec et en allemand. Ses parents le firent voyager à l'âge de vingt ans. On le chargea de porter des livres au coadjuteur de Paris, du temps de la Fronde. Il arrive à la porte de l'archevêché; le suisse lui dit que monseigneur ne voit personne. Camarade, lui dit Ornik, vous êtes rude à vos compatriotes; les apôtres laissèrent approcher tout le monde, et Jésus-Christ voulait qu'on laissât venir à lui tous les petits enfants. Je n'ai rien à demander à votre maître; au contraire, je viens lui apporter. Entrez donc, lui dit le suisse.
    Il attend une heure dans une première antichambre. Comme il était fort naïf, il attaque de conversation un domestique, qui aimait fort à dire tout ce qu'il savait de son maître. Il faut qu'il soit puissamment riche, dit Ornik, pour avoir cette foule de pages et d'estafiers que je vois courir dans la maison. Je ne sais pas ce qu'il a de revenu, répond l'autre; mais j'entends dire à Joly et à l'abbé Charier qu'il a déjà deux millions de dettes. Il faudra, dit Ornik, qu'il envoie fouiller dans la gueule d'un poisson pour payer son corban. Mais quelle est cette dame qui sort d'un cabinet, et qui passe ? - C'est madame de Pomereu, l'une de ses maîtresses. - Elle est vraiment fort jolie; mais je n'ai point lu que les apôtres eussent une telle compagnie dans leur chambre à coucher les matins. Ah ! voilà, je crois, monsieur qui va donner audience. - Dites, sa grandeur, monseigneur. - Hélas ! très volontiers. Ornik salue sa grandeur, lui présente ses livres, et en est reçu avec un sourire très gracieux. On lui dit quatre mots, et on monte en carrosse, escorté de cinquante cavaliers. En montant, monseigneur laisse tomber une gaîne. Ornik est tout étonné que monseigneur porte une si grande écritoire dans sa poche. - Ne voyez-vous pas que c'est son poignard ? lui dit le causeur. Tout le monde porte régulièrement son poignard quand on va au parlement. - Voilà une plaisante manière d'officier, dit Ornik; et il s'en va fort étonné.
    Il parcourt la France, et s'édifie de ville en ville; de là il passe en Italie. Quand il est sur les terres du pape, il rencontre un de ces évêques à mille écus de rente, qui allait à pied. Ornik était très honnête; il lui offre une place dans sa cambiature. Vous allez, sans doute, monseigneur, consoler quelque malade ? - Monsieur, j'allais chez mon maître. - Votre maître ! c'est Jésus-Christ, sans doute ? - Monsieur, c'est le cardinal Azolin; je suis son aumônier. Il me donne des gages bien médiocres; mais il m'a promis de me placer auprès de dona Olimpia, la belle-soeur favorite di nostro signore. - Quoi ! vous êtes aux gages d'un cardinal ? Mais ne savez-vous pas qu'il n'y avait point de cardinaux du temps de Jésus-Christ et de saint Jean ? - Est-il possible ! s'écria le prélat italien. - Rien n'est plus vrai; vous l'avez lu dans l'Évangile. - Je ne l'ai jamais lu, répliqua l'évêque; je ne sais que l'office de Notre-Dame. - Il n'y avait, vous dis-je, ni cardinaux ni évêques; et quand il y eut des évêques, les prêtres furent presque leurs égaux, à ce que Jérôme assure en plusieurs endroits. - Sainte Vierge ! dit l'Italien, je n'en savais rien: et des papes ? - Il n'y en avait pas plus que de cardinaux. - Le bon évêque se signa; il crut être avec l'esprit malin, et sauta en bas de la cambiature.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ÉVÊQUE — Le Nouveau Testament mentionne un ministère d’épiscope à quatre reprises (Philippiens, I, 1; Actes, XX, 28; I Timothée, III, 2; Tite, I, 7). L’analyse du terme ne permet pas de lui attribuer à ce moment le contenu qu’il acquiert par la suite, dès …   Encyclopédie Universelle

  • Eveque — Évêque Un évêque au Moyen Âge, dalle représentant l évêque de Laon Le mot évêque est la transcription française du mot latin episcopus, lui même adapté du grec Eπίσκοπος / episkopos qui veut dire « surveillant », c est à dire modérateur …   Wikipédia en Français

  • Eveque — (fr., spr. Eweck), 1) Bischof; 2) (l E.), Sorte Burgunder Weine …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Évêque — Pour les articles homonymes, voir Évêque (homonymie). Un évêque au Moyen Âge, dalle représentant l évêque de Laon Le mot évêque est issu du gallo roma …   Wikipédia en Français

  • évêque — (é vê k ) s. m. 1°   Prélat chargé de la direction spirituelle d une circonscription territoriale qui fut réglée dans l origine sur les diocèses de l administration romaine et qui comprend un certain nombre de paroisses. Nommer, préconiser un… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉVÊQUE — s. m. Prélat du premier ordre de l Église, et chargé de la conduite d un diocèse. Bon évêque. Saint évêque. On l a fait évêque. Les évêques sont les successeurs des apôtres. Évêque de telle ville. Nommer, préconiser, sacrer un évêque.   Évêque in …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉVÊQUE — n. m. Prélat chargé de la conduite d’un diocèse. Les évêques sont les successeurs des apôtres. évêque de telle ville. On l’a fait évêque. Nommer, préconiser, consacrer un évêque. évêque in partibus infidelium, ou, plus ordinairement, évêque in… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • eveque — āˈvek noun ( s) Etymology: French évêque bishop, from Late Latin episcopus more at bishop : madder violet …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.