ENVIE


ENVIE
    On connaît assez tout ce que l'antiquité a dit de cette passion honteuse, et ce que les modernes ont répété. Hésiode est le premier auteur classique qui en ait parlé:
    " Le potier porte envie au potier, l'artisan à l'artisan, le pauvre même au pauvre, le musicien au musicien (ou, si l'on veut donner un autre sens au mot Aoidos, le poète au poète). "
    Longtemps avant Hésiode, Job avait dit: L'envie tue les petits.
    Je crois que Mandeville, auteur de la Fable des Abeilles , est le premier qui ait voulu prouver que l'envie est une fort bonne chose, une passion très utile. Sa première raison est que l'envie est aussi naturelle à l'homme que la faim et la soif; qu'on la découvre dans tous les enfants, ainsi que dans les chevaux et dans les chiens. Voulez-vous que vos enfants se haïssent, caressez l'un plus que l'autre; le secret est infaillible.
    Il prétend que la première chose que font deux jeunes femmes qui se rencontrent est de se chercher des ridicules, et la seconde de se dire des flatteries.
    Il croit que sans l'envie les arts seraient médiocrement cultivés, et que Raphael n'aurait pas été un grand peintre s'il n'avait pas été jaloux de Michel-Ange.
    Mandeville a peut-être pris l'émulation pour l'envie; peut-être aussi l'émulation n'est-elle qu'une envie qui se tient dans les bornes de la décence.
    Michel-Ange pouvait dire à Raphael: Votre envie ne vous a porté qu'à travailler encore mieux que moi; vous ne m'avez point décrié, vous n'avez point cabalé contre moi auprès du pape, vous n'avez point tâché de me faire excommunier pour avoir mis des borgnes et des boiteux en paradis, et de succulents cardinaux avec de belles femmes nues comme la main en enfer, dans mon tableau du jugement dernier. Allez, votre envie est très louable; vous êtes un brave envieux, soyons bons amis.
    Mais si l'envieux est un misérable sans talents, jaloux du mérite comme les gueux le sont des riches; si, pressé par l'indigence comme par la turpitude de son caractère, il vous fait des Nouvelles du Parnasse , des Lettres de madame la comtesse, des Années littéraires 2, cet animal étale une envie qui n'est bonne à rien, et dont Mandeville ne pourra jamais faire l'apologie.
    On demande pourquoi les anciens croyaient que l'oeil de l'envieux ensorcelait les gens qui le regardaient. Ce sont plutôt les envieux qui sont ensorcelés.
    Descartes dit que " l'envie pousse la bile jaune qui vient de la partie inférieure du foie, et la bile noire qui vient de la rate, laquelle se répand du coeur par les artères, etc. " Mais comme nulle espèce de bile ne se forme dans la rate, Descartes, en parlant ainsi, semblait ne pas trop mériter qu'on portât envie à sa physique.
    Un certain Voët ou Voëtius, polisson en théologie, qui accusa Descartes d'athéisme, était très malade de la bile noire; mais il savait encore moins que Descartes comment sa détestable bile se répandait dans son sang.
    Madame Pernelle a raison:
    Les envieux mourront, mais non jamais l'envie.
    Tartufe, acte V, scène III.
    Mais c'est un bon proverbe, qu'il vaut mieux faire envie que pitié. Faisons donc envie autant que nous pourrons.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • envie — envie …   Dictionnaire des rimes

  • envie — [ ɑ̃vi ] n. f. • XIIe; enveia Xe; enveie 980; lat. invidia « jalousie, désir » I ♦ 1 ♦ L envie. Sentiment de désir mêlé d irritation et de haine qui anime qqn contre la personne qui possède un bien qu il n a pas. ⇒ jalousie. « Devant la richesse… …   Encyclopédie Universelle

  • envie — ENVIE. s. f. Deplaisir que l on a du bien d autruy. Envie maligne, secrette. avoir une mortelle envie contre quelqu un. porter envie à quelqu un. estre rongé d envie. l envie le devore. secher d envie. sa bonne fortune est digne d envie, luy… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • envie — Envie, Inuidia. Ancienne envie, Inuidia inueterata. L envie qui est entre deux compagnons aimans une mesme fille, Riualitas. Avoir envie, AEmulari, Liuere, Liuescere, Inuidere. Ils n ont point d envie l un sur l autre, Neuter vtri inuidet. A l… …   Thresor de la langue françoyse

  • envié — envié, ée (an vi é, ée) part. passé. 1°   À qui l on porte envie. •   Ceux qui font bien mériteraient seuls d être enviés, s il n y avait encore un meilleur parti à prendre, qui est de faire mieux, LA BRUY. IV. •   Chacun brille d un faux éclat… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Envie — En*vie , v. i. [See {Vie}.] To vie; to emulate; to strive. [Obs.] Spenser. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Envie — Envie, Dorf am Grandon, mit Kloster, im Amte Revello der sardinischen Provinz Saluzzo, am Berge Manbrac; 2600 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • envié — Envié, [envi]ée. part. On dit, qu Une charge, qu une terre est bien enviée, pour dire, qu Elle est recherchée, souhaittée de tout le monde …   Dictionnaire de l'Académie française

  • envie — (an vie) s. f. 1°   Chagrin et haine qu on ressent du bonheur, des succès, des avantages d autrui. •   L envie, le mépris, le discord inconstant, RÉGNIER Sat. VI. •   La vertu n est vertu, l envie la déguise, RÉGNIER ib. V. •   L envie avec sa… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ENVIE — s. f. Chagrin qu on ressent du bonheur, des succès, des avantages d autrui. Envie maligne, secrète. Avoir une mortelle envie contre quelqu un. Être rongé d envie. L envie le dévore. Sécher d envie. Sa nomination lui attire l envie de bien des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.