√ČCROUELLES

ÔĽŅ
√ČCROUELLES
¬†¬†¬†¬†√Čcrouelles, scrofules, appel√©es humeurs froides, quoiqu'elles soient tr√®s caustiques; l'une de ces maladies presque incurables qui d√©figurent la nature humaine, et qui m√®nent √† une mort pr√©matur√©e par les douleurs et par l'infection.
    On prétend que cette maladie fut traitée de divine , parce qu'il n'était pas au pouvoir humain de la guérir.
¬†¬†¬†¬†Peut-√™tre quelques moines imagin√®rent que des rois, en qualit√© d'images de la Divinit√©, pouvaient avoir le droit d'op√©rer la cure des scrofuleux, en les touchant de leurs mains qui avaient √©t√© ointes. Mais pourquoi ne pas attribuer, √† plus forte raison, ce privil√®ge aux empereurs, qui avaient une dignit√© si sup√©rieure √† celle des rois ? pourquoi ne le pas donner aux papes, qui se disaient les ma√ģtres des empereurs, et qui √©taient bien autre chose que de simples images de Dieu, puisqu'ils en √©taient les vicaires ? Il y a quelque apparence que quelque songe-creux de Normandie, pour rendre l'usurpation de Guillaume-le-B√Ętard plus respectable, lui conc√©da, de la part de Dieu, la facult√© de gu√©rir les √©crouelles avec le bout du doigt.
¬†¬†¬†¬†C'est quelque temps apr√®s Guillaume qu'on trouve cet usage tout √©tabli. On ne pouvait gratifier les rois d'Angleterre de ce don miraculeux, et le refuser aux rois de France leurs suzerains. C'e√Ľt √©t√© blesser le respect d√Ľ aux lois f√©odales. Enfin, on fit remonter ce droit √† saint √Čdouard en Angleterre, et √† Clovis en France.
¬†¬†¬†¬†Le seul t√©moignage un peu croyable que nous ayons de l'antiquit√© de cet usage , se trouve dans les √©crits en faveur de la maison de Lancastre, compos√©s par le chevalier Jean Fortescue, sous le roi Henri VI, reconnu roi de France, √† Paris, dans son berceau, et ensuite roi d'Angleterre, et qui perdit ses deux royaumes. Jean Fortescue, grand chancelier d'Angleterre, dit que de temps imm√©morial les rois d'Angleterre √©taient en possession de toucher les gens du peuple malades des √©crouelles. On ne voit pourtant pas que cette pr√©rogative rend√ģt leurs personnes plus sacr√©es dans les guerres de la Rose rouge et de la Rose blanche.
¬†¬†¬†¬†Les reines qui n'√©taient que femmes de rois ne gu√©rissaient pas les √©crouelles, parce qu'elles n'√©taient pas ointes aux mains comme les rois; mais √Člisabeth, reine de son chef, et ointe, les gu√©rissait sans difficult√©.
    Il arriva une chose assez triste à Martorillo le Calabrois, que nous nommons saint François de Paule. Le roi Louis XI le fit venir au Plessis-les-Tours pour le guérir des suites de son apoplexie: le saint arriva avec les écrouelles: " Ipse fuit detentus gravi inflatura quam in parte inferiori genae suae dextrae circa guttur patiebatur. Chirurgi dicebant morbum esse scropharum. "
    Le saint ne guérit point le roi, et le roi ne guérit point le saint.
¬†¬†¬†¬†Quand le roi d'Angleterre Jacques II fut reconduit de Rochester √† Whitehall, on proposa de lui laisser faire quelque acte de royaut√©, comme de toucher les √©crouelles; il ne se pr√©senta personne. Il alla exercer sa pr√©rogative en France, √† Saint-Germain, o√Ļ il toucha quelques Irlandaises. Sa fille Marie, le roi Guillaume, la reine Anne, les rois de la maison de Brunswick, ne gu√©rirent personne. Cette mode sacr√©e passa quand le raisonnement arriva.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • √©crouelles ‚ÄĒ [ ekru…õl ] n. f. pl. ‚ÄĘ escroiele v. 1245; lat. pop. ¬įscrofell√¶, bas lat. scroful√¶‚Üí scrofule ‚ô¶ Vx Ad√©nite cervicale chronique d origine tuberculeuse; abc√®s qu elle provoque. Le roi de France, le jour de son sacre, touchait les √©crouelles des… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Ecrouelles ‚ÄĒ √Čcrouelles Henri IV touchant les √©crouelles, gravure de Pierre Firens extraite de l ouvrage d Andr√© du Laurens, De strumis earum causis et cur√¶, 1609. √Čcrouelles est le nom d√©suet d‚Äôune maladie d‚Äôorigine tuberculeuse provoquant des fistules… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √©crouelles ‚ÄĒ √ČCROUELLES. s. f√©m. pl. Tumeur pituiteuse et maligne, caus√©e par des humeurs froides, et qui vient aux parties glanduleuses, mais plus ordinairement √† la gorge. Le Roi de France touchoit les √©crouelles en certaines occasions ‚Ķ   Dictionnaire de l'Acad√©mie Fran√ßaise 1798

  • √Čcrouelles ‚ÄĒ Henri IV touchant les √©crouelles, gravure de Pierre Firens extraite de l ouvrage d Andr√© du Laurens, De strumis earum causis et cur√¶, 1609. √Čcrouelles est le nom d√©suet d‚Äôune maladie d‚Äôorigine tuberculeuse (ad√©nopathie cervicale tuberculeuse… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais

  • √©crouelles ‚ÄĒ (√© krou √® l ) s. f. plur. Maladie caract√©ris√©e par la tum√©faction des glandes du cou et par une d√©t√©rioration g√©n√©rale de la constitution ; c est la m√™me chose que scrofules. Avoir les √©crouelles. ‚Äʬ†¬†¬†Mme de Soubise avait eu beaucoup d enfants… ‚Ķ   Dictionnaire de la Langue Fran√ßaise d'√Čmile Littr√©

  • √ČCROUELLES ‚ÄĒ s. f. pl. Maladie chronique dans laquelle le syst√®me lymphatique est particuli√®rement affect√©¬†: elle se manifeste par la d√©g√©n√©rescence tuberculeuse des glandes superficielles, et sp√©cialement des glandes du cou. Les m√©decins disent plus… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • √ČCROUELLES ‚ÄĒ n. f. pl. T. de l‚Äôancienne M√©decine Maladie chronique dans laquelle le syst√®me lymphatique est particuli√®rement affect√© et qui se manifeste par la d√©g√©n√©rescence tuberculeuse des glandes superficielles, et sp√©cialement des glandes du cou. Avoir… ‚Ķ   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • √©crouelles ‚ÄĒ nfpl. : √©rlika nfs. (Annecy.003), R. Relique ; tif√®la nfs. (003), R. => Pomme de terre ‚Ķ   Dictionnaire Fran√ßais-Savoyard

  • √ČCROUELLES (TOUCHER DES) ‚ÄĒ √ČCROUELLES TOUCHER DES La tradition du toucher des malades scrofuleux remonte, selon Marc Bloch (Les Rois thaumaturges ), √† Robert le Pieux pour la France et √† Henri Ier pour l‚ÄôAngleterre. Son adoption plus tardive dans ce dernier pays semble… ‚Ķ   Encyclop√©die Universelle

  • Scrofule ‚ÄĒ √Čcrouelles Henri IV touchant les √©crouelles, gravure de Pierre Firens extraite de l ouvrage d Andr√© du Laurens, De strumis earum causis et cur√¶, 1609. √Čcrouelles est le nom d√©suet d‚Äôune maladie d‚Äôorigine tuberculeuse provoquant des fistules… ‚Ķ   Wikip√©dia en Fran√ßais


Share the article and excerpts

Direct link
… Do a right-click on the link above
and select ‚ÄúCopy Link‚ÄĚ

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.