VOEUX


VOEUX
    Faire un voeu pour toute sa vie, c'est se faire esclave. Comment peut-on souffrir le pire de tous les esclavages dans un pays où l'esclavage est proscrit ?
    Promettre à Dieu par serment qu'on sera, depuis l'âge de quinze ans jusqu'à sa mort, jacobin, jésuite, ou capucin, c'est affirmer qu'on pensera toujours en capucin, en jacobin, ou en jésuite. Il est plaisant de promettre pour toute sa vie ce que nul homme n'est sûr de tenir du soir au matin.
    Comment les gouvernements ont-ils été assez ennemis d'eux-mêmes, assez absurdes, pour autoriser les citoyens à faire l'aliénation de leur liberté dans un âge où il n'est pas permis de disposer de la moindre partie de sa fortune ? Comment tous les magistrats, étant convaincus de l'excès de cette sottise, n'y mettent-ils pas ordre ?
    N'est-on pas épouvanté quand on fait réflexion qu'on a plus de moines que de soldats ?
    N'est-on pas attendri quand on découvre les secrets des cloîtres, les turpitudes, les horreurs, les tourments auxquels se sont soumis de malheureux enfants qui détestent leur état de forçat quand ils sont hommes, et qui se débattent avec un désespoir inutile contre les chaînes dont leur folie les a chargés ?
    J'ai connu un jeune homme que ses parents engagèrent à se faire capucin à quinze ans et demi; il aimait éperdument une fille à peu près de cet âge. Dès que ce malheureux eut fait ses voeux à François d'Assise, le diable le fit souvenir de ceux qu'il avait faits à sa maîtresse, à qui il avait signé une promesse de mariage. Enfin le diable étant plus fort que saint François, le jeune capucin sort de son cloître, et court à la maison de sa maîtresse; on lui dit qu'elle s'est jetée dans un couvent, et qu'elle a fait profession.
    Il vole au couvent, il demande à la voir, il apprend qu'elle est morte de désespoir. Cette nouvelle lui ôte l'usage de ses sens, il tombe presque sans vie. On le transporte dans un couvent d'hommes voisin, non pour lui donner les secours nécessaires qui ne peuvent tout au plus que sauver le corps, mais pour lui procurer la douceur de recevoir avant sa mort l'extrême-onction qui sauve infailliblement l'âme.
    Cette maison où l'on porta ce pauvre garçon évanoui était justement un couvent de capucins. Ils le laissèrent charitablement à leur porte pendant plus de trois heures; mais enfin il fut heureusement reconnu par un des révérends Pères, qui l'avait vu dans le monastère d'où il était sorti. Il fut porté dans une cellule, et l'on y eut quelque soin de sa vie, dans le dessein de la sanctifier par une salutaire pénitence.
    Dès qu'il eut recouvré ses forces, il fut conduit bien garrotté à son couvent; et voici très exactement comme il y fut traité. D'abord on le descendit dans une fosse profonde, au bas de laquelle est une pierre très grosse à laquelle une chaîne de fer est scellée. Il fut attaché à cette chaîne par un pied; on mit auprès de lui un pain d'orge et une cruche d'eau; après quoi on referma la fosse, qui se bouche avec un large plateau de grès, qui ferme l'ouverture par laquelle on l'avait descendu.
    Au bout de trois jours on le tira de sa fosse pour le faire comparaître devant la tournelle des capucins. Il fallait savoir s'il avait des complices de son évasion; et pour l'engager à les révéler, on l'appliqua à la question usitée dans le couvent. Cette question préparatoire est infligée avec des cordes qui serrent les membres du patient, et qui lui font souffrir une espèce d'estrapade.
    Quand il eut subi ces tourments, il fut condamné à être enfermé pendant deux ans dans son cachot, et à en sortir trois fois par semaine pour recevoir sur son corps entièrement nu la discipline avec des chaînes de fer.
    Son tempérament résista seize mois entiers à ce supplice. Il fut enfin assez heureux pour se sauver, à la faveur d'une querelle arrivée entre les capucins. Ils se battirent les uns contre les autres, et le prisonnier échappa pendant la mêlée.
    S'étant caché pendant quelques heures dans des broussailles, il se hasarda de se mettre en chemin au déclin du jour, pressé par la faim et pouvant à peine se soutenir. Un samaritain qui passait eut pitié de ce spectre; il le conduisit dans sa maison, et lui donna du secours. C'est cet infortuné lui-même qui m'a conté son aventure en présence de son libérateur. Voilà donc ce que les voeux produisent !
    C'est une question fort curieuse de savoir si les horreurs qui se commettent tous les jours chez les moines mendiants sont plus révoltantes que les richesses pernicieuses des autres moines qui réduisent tant de familles à l'état de mendiants.
    Tous ont fait voeu de vivre à nos dépens, d'être un fardeau à leur patrie, de nuire à la population, de trahir leurs contemporains et la postérité. Et nous le souffrons !
    Autre question intéressante pour les officiers.
    On demande pourquoi on permet à des moines de reprendre un de leurs moines qui s'est fait soldat, et pourquoi un capitaine ne peut reprendre un déserteur qui s'est fait moine ?

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • voeux — voeux …   Dictionnaire des rimes

  • Voeux — Vœux Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Littérature 2 Politique 3 Religion …   Wikipédia en Français

  • Voeux perpétuels — Vœux religieux Dans la tradition chrétienne, les vœux religieux désignent l engagement public par lequel un homme ou une femme s engage à certaines formes particulières de vie chrétienne, généralement explicitées par une règle ou des coutumes.… …   Wikipédia en Français

  • Voeux religieux — Vœux religieux Dans la tradition chrétienne, les vœux religieux désignent l engagement public par lequel un homme ou une femme s engage à certaines formes particulières de vie chrétienne, généralement explicitées par une règle ou des coutumes.… …   Wikipédia en Français

  • Voeux solennels — Vœux religieux Dans la tradition chrétienne, les vœux religieux désignent l engagement public par lequel un homme ou une femme s engage à certaines formes particulières de vie chrétienne, généralement explicitées par une règle ou des coutumes.… …   Wikipédia en Français

  • Voeux chasteté — Vœu de chasteté Le vœu de chasteté est un des 3 vœux principaux (avec le vœu de pauvreté et le vœu d obéissance) que prononcent les prêtres réguliers de la plupart des ordres religieux chrétiens comme les hospitaliers et les dominicains [1].… …   Wikipédia en Français

  • Voeux de chasteté — Vœu de chasteté Le vœu de chasteté est un des 3 vœux principaux (avec le vœu de pauvreté et le vœu d obéissance) que prononcent les prêtres réguliers de la plupart des ordres religieux chrétiens comme les hospitaliers et les dominicains [1].… …   Wikipédia en Français

  • Voeux presidentiels du 31 decembre en France — Vœux présidentiels du 31 décembre en France Les vœux présidentiels du 31 décembre sont un évènement médiatique, se déroulant chaque 31 décembre en France, au cours duquel le président de la République s adresse aux Français par l intermédiaire de …   Wikipédia en Français

  • Voeux présidentiels du 31 décembre — Vœux présidentiels du 31 décembre en France Les vœux présidentiels du 31 décembre sont un évènement médiatique, se déroulant chaque 31 décembre en France, au cours duquel le président de la République s adresse aux Français par l intermédiaire de …   Wikipédia en Français

  • Voeux présidentiels du 31 décembre en France — Vœux présidentiels du 31 décembre en France Les vœux présidentiels du 31 décembre sont un évènement médiatique, se déroulant chaque 31 décembre en France, au cours duquel le président de la République s adresse aux Français par l intermédiaire de …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.