SUICIDE

SUICIDE
SUICIDE, OU HOMICIDE DE SOI-MÊME.
    Il y a quelques années qu'un Anglais, nommé Bacon Morris, ancien officier et homme de beaucoup d'esprit, me vint voir à Paris. Il était accablé d'une maladie cruelle dont il n'osait espérer la guérison. Après quelques visites, il entra un jour chez moi avec un sac et deux papiers à la main. L'un de ces deux papiers, me dit-il, est mon testament; le second est mon épitaphe; et ce sac plein d'argent est destiné aux frais de mon enterrement. J'ai résolu d'éprouver pendant quinze jours ce que pourront les remèdes et le régime pour me rendre la vie moins insupportable; et si je ne réussis pas, j'ai résolu de me tuer. Vous me ferez enterrer où il vous plaira; mon épitaphe est courte. Il me la fit lire, il n'y avait que ces deux mots de Pétrone: Valete curoe , adieu les soins.
    Heureusement pour lui et pour moi qui l'aimais, il guérit et ne se tua point. Il l'aurait sûrement fait comme il le disait. J'appris qu'avant son voyage en France, il avait passé à Rome dans le temps qu'on craignait, quoique sans raison, quelque attentat de la part des Anglais sur un prince respectable et infortuné. Mon Bacon Morris fut soupçonné d'être venu dans la ville sainte pour une fort mauvaise intention. Il y était depuis quinze jours quand le gouverneur l'envoya chercher, et lui dit qu'il fallait s'en retourner dans vingt-quatre heures. Ah ! répondit l'Anglais, je pars dans l'instant, car cet air-ci ne vaut rien pour un homme libre; mais pourquoi me chassez-vous ? On vous prie de vouloir bien vous en retourner, reprit le gouverneur, parce qu'on craint que vous n'attentiez à la vie du prétendant. Nous pouvons combattre des princes, les vaincre, et les déposer, repartit l'Anglais; mais nous ne sommes point assassins pour l'ordinaire: or, monsieur le gouverneur, depuis quand croyez-vous que je sois à Rome ? Depuis quinze jours, dit le gouverneur. Il y a donc quinze jours que j'aurais tué la personne dont vous parlez, si j'étais venu pour cela; et voici comme je m'y serais pris. J'aurais d'abord dressé un autel à Mutius Scévola; puis j'aurais frappé le prétendant du premier coup, entre vous et le pape, et je me serais tué du second; mais nous ne tuons les gens que dans les combats. Adieu, monsieur le gouverneur. Et après avoir dit ces propres paroles, il retourna chez lui, et partit.
    A Rome, qui est pourtant le pays de Mutius Scévola, cela passe pour férocité barbare, à Paris pour folie, à Londres pour grandeur d'âme.
    Je ne ferai ici que très peu de réflexions sur l'homicide de soi-même; je n'examinerai point si feu M. Creech eut raison d'écrire à la marge de son Lucrèce: " Nota bene que quand j'aurai fini mon livre sur Lucrèce, il faut que je me tue; " et s'il a bien fait d'exécuter cette résolution. Je ne veux point éplucher les motifs de mon ancien préfet, le P. Biennassès, jésuite, qui nous dit adieu le soir, et qui le lendemain matin, après avoir dit sa messe et avoir cacheté quelques lettres, se précipita du troisième étage. Chacun a ses raisons dans sa conduite.
    Tout ce que j'ose dire avec assurance, c'est qu'il ne sera jamais à craindre que cette folie de se tuer devienne une maladie épidémique, la nature y a trop bien pourvu; l'espérance, la crainte, sont les ressorts puissants dont elle se sert pour arrêter presque toujours la main du malheureux prêt à se frapper.
    On a beau nous dire qu'il y a eu des pays où un conseil était établi pour permettre aux citoyens de se tuer, quand ils en avaient des raisons valables; je réponds, ou que cela n'est pas, ou que ces magistrats avaient très peu d'occupation.
    Pourquoi donc Caton, Brutus, Cassius, Antoine, Othon, et tant d'autres, se sont-ils tués si résolument, et que nos chefs de parti se sont laissé pendre, ou bien ont laissé languir leur misérable vieillesse dans une prison ? Quelques beaux esprits disent que ces anciens n'avaient pas le véritable courage; que Caton fit une action de poltron en se tuant, et qu'il y aurait eu bien plus de grandeur d'âme à ramper sous César. Cela est bon dans une ode ou dans une figure de rhétorique. Il est très sûr que ce n'est pas être sans courage que de se procurer tranquillement une mort sanglante, qu'il faut quelque force pour surmonter ainsi l'instinct le plus puissant de la nature, et qu'enfin une telle action prouve plutôt de la férocité que de la faiblesse. Quand un malade est en frénésie, il ne faut pas dire qu'il n'a point de force; il faut dire que sa force est celle d'un frénétique.
    La religion païenne défendait l'homicide de soi-même, ainsi que la chrétienne; il y avait même des places dans les enfers pour ceux qui s'étaient tués.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • SUICIDE — Le suicide trahit au premier chef le désir de surmonter l’irréversibilité, mais dans l’antécédence. «C’est parfois la peur de la mort qui pousse les hommes à la mort», disait Épicure. Mais qu’est ce que cette crainte de la mort, sinon l’attente… …   Encyclopédie Universelle

  • Suicide — • The act of one who causes his own death, either by positively destroying his own life, as by inflicting on himself a mortal wound or injury, or by omitting to do what is necessary to escape death, as by refusing to leave a burning house… …   Catholic encyclopedia

  • suicide — is a major public health problem for China that is only gradually being recognized. During the period from 1995 to 1999, there were an estimated 287,000 suicides each year, which makes suicide the fifth most important cause of death in the… …   Encyclopedia of Contemporary Chinese Culture

  • Suicide — Основная информация Жанры …   Википедия

  • Suicide — Datos generales Origen Nueva York, NY Estado En activo Información artística …   Wikipedia Español

  • suicide — n. The act of killing oneself. v. commit suicide The Essential Law Dictionary. Sphinx Publishing, An imprint of Sourcebooks, Inc. Amy Hackney Blackwell. 2008. suicide a killing of …   Law dictionary

  • suicide — deliberate killing of oneself, 1650s, from Mod.L. suicidium suicide, from L. sui of oneself (gen. of se self ), from PIE *s(u)w o one s own, from root *s(w)e (see IDIOM (Cf. idiom)) + cidium a killing (see …   Etymology dictionary

  • suicide — [so͞o′ə sīd΄] n. [L sui, of oneself (< IE * sewe , refl. pron. < base * se , apart > OE swæs, own) + CIDE] 1. the act of killing oneself intentionally 2. ruin of one s interests or prospects through one s own actions, policies, etc. 3. a …   English World dictionary

  • Suicide — Su i*cide, n. [L. sui of one s self (akin to suus one s own) + caedere to slay, to kill. Cf. {So}, adv., {Homicide}.] 1. The act of taking one s own life voluntary and intentionally; self murder; specifically (Law), the felonious killing of one s …   The Collaborative International Dictionary of English

  • suicide — ► NOUN 1) the action of killing oneself intentionally. 2) a person who does this. 3) (before another noun ) referring to a military operation carried out by people who do not expect to survive it: a suicide bomber. 4) a course of action which is… …   English terms dictionary

  • Suicide — Allgemeine Informationen Genre(s) Punkrock, New Wave, No Wave Gründung Anfang 1970er …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.