SOCRATE


SOCRATE
    Le moule est-il cassé de ceux qui aimaient la vertu pour elle-même, un Confucius, un Pythagore, un Thalès, un Socrate ? Il y avait de leur temps des foules de dévots à leurs pagodes et à leurs divinités, des esprits frappés de la crainte de Cerbère et des Furies, qui couraient les initiations, les pèlerinages, les mystères, qui se ruinaient en offrandes de brebis noires. Tous les temps ont vu de ces malheureux dont parle Lucrèce (III, 51 - 54):
    " Et quocumque tamen miseri venere, parentant,
    Et nigras mactant pecudes, et Manibu' divis
    Inferias mittunt; multoque in rebus acerbis
    Acrius advertunt animos ad relligionem. "
    Les macérations étaient en usage; les prêtres de Cybèle se faisaient châtrer pour garder la continence.
    D'où vient que parmi tous ces martyrs de la superstition, l'antiquité ne compte pas un seul grand homme, un sage ? C'est que la crainte n'a jamais pu faire la vertu. Les grands hommes ont été les enthousiastes du bien moral. La sagesse était leur passion dominante; ils étaient sages comme Alexandre était guerrier, comme Homère était poète, et Apelles peintre, par une force et une nature supérieure: et voilà peut-être tout ce qu'on doit entendre par le démon de Socrate.
    Un jour deux citoyens d'Athènes, revenant de la chapelle de Mercure, aperçurent Socrate dans la place publique. L'un dit à l'autre: N'est-ce pas là ce scélérat qui dit qu'on peut être vertueux sans aller tous les jours offrir des moutons et des oies ? Oui, dit l'autre, c'est ce sage qui n'a point de religion; c'est cet athée qui dit qu'il n'y a qu'un seul Dieu. Socrate approcha d'eux avec son air simple, son démon, et son ironie que madame Dacier a si fort exaltée: Mes amis, leur dit-il, un petit mot, je vous prie. Un homme qui prie la Divinité, qui l'adore, qui cherche à lui ressembler autant que le peut la faiblesse humaine, et qui fait tout le bien dont il est capable, comment nommeriez-vous un tel homme ? C'est une âme très religieuse, dirent-ils. Fort bien: on pourrait donc adorer l'être suprême, et avoir à toute force de la religion ? D'accord, dirent les deux Athéniens. Mais croyez-vous, poursuivit Socrate, que quand le divin architecte du monde arrangea tous ces globes qui roulent sur vos têtes, quand il donna le mouvement et la vie à tant d'êtres différents, il se servit du bras d'Hercule, ou de la lyre d'Apollon, ou de la flûte de Pan ? Cela n'est pas probable, dirent-ils. Mais s'il n'est pas vraisemblable qu'il ait employé le secours d'autrui pour construire ce que nous voyons, il n'est pas croyable qu'il le conserve par d'autres que par lui-même. Si Neptune était le maître absolu de la mer, Junon de l'air, Éole des vents, Cérès des moissons, et que l'un voulût le calme quand l'autre voudrait du vent et de la pluie, vous sentez bien que l'ordre de la nature ne subsisterait pas tel qu'il est. Vous m'avouerez qu'il est nécessaire que tout dépende de celui qui a tout fait. Vous donnez quatre chevaux blancs au soleil, et deux chevaux noirs à la lune: mais ne vaut-il pas mieux que le jour et la nuit soient l'effet du mouvement imprimé aux astres par le maître des astres, que s'ils étaient produits par six chevaux ? Les deux citoyens se regardèrent et ne répondirent rien. Enfin Socrate finit par leur prouver qu'on pouvait avoir des moissons sans donner de l'argent aux prêtres de Cérès, aller à la chasse sans offrir des petites statues d'argent à la chapelle de Diane, que Pomone ne donnait point des fruits, que Neptune ne donnait point des chevaux, et qu'il fallait remercier le souverain qui a tout fait.
    Son discours était dans la plus exacte logique. Xénophon, son disciple, homme qui connaissait le monde, et qui depuis sacrifia au vent dans la retraite des dix mille, tira Socrate par la manche, et lui dit: Votre discours est admirable; vous avez parlé bien mieux qu'un oracle: vous êtes perdu; l'un de ces honnêtes gens à qui vous parlez est un boucher qui vend des moutons et des oies pour les sacrifices, et l'autre un orfèvre qui gagne beaucoup à faire de petits dieux d'argent et de cuivre pour les femmes; ils vont vous accuser d'être un impie qui voulez diminuer leur négoce; ils déposeront contre vous auprès de Mélitus et d'Anitus vos ennemis, qui ont conjuré votre perte: gare la ciguë; votre démon familier aurait bien dû vous avertir de ne pas dire à un boucher et à un orfèvre ce que vous ne deviez dire qu'à Platon et à Xénophon.
    Quelque temps après, les ennemis de Socrate le firent condamner par le conseil des cinq cents. Il eut deux cent vingt voix pour lui. Cela fait présumer qu'il y avait deux cent vingt philosophes dans ce tribunal; mais cela fait voir que dans toute compagnie le nombre des philosophes est toujours le plus petit.
    Socrate but donc la ciguë pour avoir parlé en faveur de l'unité de Dieu: et ensuite les Athéniens consacrèrent une chapelle à Socrate, à celui qui s'était élevé contre les chapelles dédiées aux êtres inférieurs.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Socrate — is a work for voice and small orchestra (or piano) by Erik Satie. The text is composed of excerpts of Victor Cousin s translation of works by Plato, all of the chosen texts referring to Socrates.Commission compositionThe work was commissioned by… …   Wikipedia

  • Socrate — (v. 470 399 av. J. C.) philosophe grec. Fils de Sôphroniskos, un tailleur de pierre, et de Phainaretê, une sage femme, il vécut modestement, dispensant son enseignement dans les gymnases et les lieux publics. Accusé d impiété et de corrompre la… …   Encyclopédie Universelle

  • Socrate — Pour les articles homonymes, voir Socrates (homonymie). Socrate (Σωκράτης) Philosophe occidental Antiquité …   Wikipédia en Français

  • Socrate — ● np. m. ►SOC Quand la SNCF prend ses usagers pour des debuggers, et ses désirs pour des réalités, en essayant de gérer des trains comme des avions... À l époque de sa mise en service, ce nouveau système de gestion des réservations a en effet… …   Dictionnaire d'informatique francophone

  • Socrate —    scultore greco attivo a Tebe nella prima metà del V secolo a.C. Secondo Pausania, fu autore della statua di Cibele Dindimene, posta nel santuario di Tebe …   Dizionario dei miti e dei personaggi della Grecia antica

  • socrate — pm. (philosophe grec) : SOKRATE (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SOCRATE ET ÉCOLES SOCRATIQUES — Socrate n’est pas un philosophe parmi les autres; il est le totem de la philosophie occidentale. En chaque pensée qui s’éveille et s’interroge, il revit; en chaque pensée qu’on humilie ou qu’on étouffe, il meurt à neuf. La place exceptionnelle… …   Encyclopédie Universelle

  • Socrate Scolasticus — Socrate le Scolastique Pour les articles homonymes, voir Socrates (homonymie).  À ne pas confondre avec Socrate, le philosophe Socrate le Scolastique ou Socrate de Constantinople (Constantinople, c. 380 450) était un historiographe roma …   Wikipédia en Français

  • Socrate de Constantinople — Socrate le Scolastique Pour les articles homonymes, voir Socrates (homonymie).  À ne pas confondre avec Socrate, le philosophe Socrate le Scolastique ou Socrate de Constantinople (Constantinople, c. 380 450) était un historiographe roma …   Wikipédia en Français

  • Socrate le scolastique — Pour les articles homonymes, voir Socrates (homonymie).  À ne pas confondre avec Socrate, le philosophe Socrate le Scolastique ou Socrate de Constantinople (Constantinople, c. 380 450) était un historiographe roma …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.