SERPENT


SERPENT
    " Je certifie que j'ai tué en diverses fois plusieurs serpents, en mouillant un peu avec ma salive un bâton ou une pierre, et en donnant, sur le milieu du corps du serpent, un petit coup, qui pouvait à peine occasioner une petite contusion. 19 janvier 1772. Figuier, chirurgien. "
    Ce chirurgien m'ayant donné ce certificat, deux témoins qui lui ont vu tuer ainsi des serpents m'ont attesté ce qu'ils avaient vu. Je voudrais le voir aussi; car j'ai avoué, dans plusieurs endroits de nos Questions , que j'avais pris pour mon patron saint Thomas Didyme, qui voulait toujours mettre le doigt dessus.
    Il y a dix-huit cents ans que cette opinion s'est perpétuée chez les peuples; et peut-être aurait-elle dix-huit mille ans d'antiquité, si la Genèse ne nous instruisait pas au juste de la date de notre inimitié avec le serpent. Et l'on peut dire que si ève avait craché quand le serpent était à son oreille, elle eût épargné bien des maux au genre humain.
    Lucrèce, au livre IV (vers 642-3), rapporte cette manière de tuer les serpents comme une chose très connue:
    " Est utique ut serpens hominis contacta salivis
    Disperit, ac sese mandendo conficit ipsa. "
    Crachez sur un serpent, sa force l'abandonne
    Il se mange lui-même, il se dévore, il meurt.
    Il y a un peu de contradiction à le peindre languissant et se dévorant lui-même. Aussi mon chirurgien Figuier n'affirme pas que les serpents qu'il a tués se soient mangés. La Genèse dit bien que nous les tuons avec le talon, mais non pas avec de la salive.
    Nous sommes dans l'hiver, au 19 janvier: c'est le temps où les serpents restent chez eux. Je ne puis en trouver au mont Krapack; mais j'exhorte tous les philosophes à cracher sur tous les serpents qu'ils rencontreront en chemin, au printemps. Il est bon de savoir jusqu'où s'étend le pouvoir de la salive de l'homme.
    Il est certain que Jésus-Christ lui-même se servit de salive pour guérir un homme sourd et muet.
    Il le prit à part; il mit ses doigts dans ses oreilles; il cracha sur sa langue; et, regardant le ciel, il soupira, et s'écria: Effeta. Aussitôt le sourd et muet se mit à parler.
    Il se peut donc en effet que Dieu ait permis que la salive de l'homme tue les serpents; mais il peut avoir permis aussi que mon chirurgien ait assommé des serpents à grands coups de pierre et de bâton, et il est même probable qu'ils en seraient morts, soit que le sieur Figuier eût craché, soit qu'il n'eût pas craché.
    Je prie donc tous les philosophes d'examiner la chose avec attention. On peut, par exemple, quand on verra passer Fréron dans la rue, lui cracher au nez; et, s'il en meurt, le fait sera constaté, malgré tous les raisonnements des incrédules.
    Je saisis cette occasion de prier aussi les philosophes de couper le plus qu'ils pourront de têtes de limaçons à coquille; car j'atteste que la tête est revenue à des limaçons à qui je l'avais très bien coupée. Mais ce n'est pas assez que j'en aie fait l'expérience, il faut que d'autres la fassent encore pour que la chose acquière quelque degré de probabilité; car, si j'ai fait heureusement deux fois cette expérience, je l'ai manquée trente fois: son succès dépend de l'âge du limaçon, du temps auquel on lui coupe la tête, de l'endroit où on la lui coupe, du lieu où on le garde jusqu'à ce que la tête lui revienne.
    S'il est important de savoir qu'on peut donner la mort en crachant, il est bien plus essentiel de savoir qu'il revient des têtes. L'homme vaut mieux qu'un limaçon; et je ne doute pas que, dans un temps où tous les arts se perfectionnent, on ne trouve l'art de donner une bonne tête à un homme qui n'en aura point.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • serpent — [ sɛrpɑ̃ ] n. m. • 1080; lat. serpens, proprt « rampant » 1 ♦ Reptile apode à corps cylindrique très allongé, qui se déplace par des ondulations latérales du corps (⇒ ophidien). Serpents venimeux, non venimeux. « Pas un serpent de nos pays, mais… …   Encyclopédie Universelle

  • Serpent — Создатель: Росс Андерсон, Эли Бихам …   Википедия

  • serpent — SERPENT. s. m. Reptile venimeux. On comprend sous ce nom, Les Viperes, les Couleuvres, les Aspics, &c. Gros serpent. la peau d un serpent. la despoüille d un serpent. morsure de serpent. le venin du serpent. on dit que les serpens changent de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Serpent — is a synonym for snake.Serpent can also mean: * Serpent (symbolism), the name given to a snake in a religious or mythological context * Serpent (band), a heavy metal band * Serpent (instrument), a member of the brass family * Serpent… …   Wikipedia

  • Serpent — Ser pent, n. [F., fr. L. serpens, entis (sc. bestia), fr. serpens, p. pr. of serpere to creep; akin to Gr. ???, Skr. sarp, and perhaps to L. repere, E. reptile. Cf. {Herpes}.] 1. (Zo[ o]l.) Any reptile of the order Ophidia; a snake, especially a… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Serpent — (v. lat. serpens „Schlange“) bezeichnet ein historisches Musikinstrument, siehe Serpent (Musik) einen Verschlüsselungsalgorithmus, siehe Serpent (Verschlüsselung) eine Gottheit in Form einer Schlange, siehe Serpent (Mythologie) eine… …   Deutsch Wikipedia

  • Serpent — es un algoritmo de cifrado simétrico de bloques que quedó finalista en el concurso Advanced Encryption Standard del NIST, tras Rijndael. Serpent fue diseñado por Ross Anderson, Eli Biham y Lars Knudsen. Como otros participantes del AES Serpent… …   Enciclopedia Universal

  • serpent — SERPÉNT, serpente, s.n. Instrument de suflat din sec. XVI, cu tonalitate gravă, înlocuit ulterior de tubă. – Din fr., engl. serpent. Trimis de claudia, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  SERPÉNT s. n. instrument muzical de suflat, cu registru grav, care …   Dicționar Român

  • serpent — c.1300, limbless reptile, also tempter in Gen. iii:1 5, from O.Fr. sarpent, from L. serpentem (nom. serpens) snake, from prp. of serpere to creep, from PIE *serp (Cf. Skt. sarpati creeps, sarpah serpent; Gk. herpein …   Etymology dictionary

  • Serpent — Ser pent, v. i. [imp. & p. p. {Serpented}; p. pr. & vb. n. {Serpenting}.] To wind like a serpent; to crook about; to meander. [R.] The serpenting of the Thames. Evelyn. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • serpent — sèrpent m <G mn sèrpenātā> DEFINICIJA glazb. drveni puhaći instrument iz 16. st., sastoji se od zmijoliko savijene bušene cijevi od orahovine, presvučene kožom ETIMOLOGIJA fr. serpent: zmija …   Hrvatski jezični portal


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.