PRIVILÉGES


PRIVILÉGES
PRIVILÉGES, CAS PRIVILÉGIÉS.
    L'usage, qui prévaut presque toujours contre la raison, a voulu qu'on appelât privilégiés les délits des ecclésiastiques et des moines contre l'ordre civil, ce qui est pourtant très commun; et qu'on nommât délits communs ceux qui ne regardent que la discipline ecclésiastique, cas dont la police civile ne s'embarrasse pas, et qui sont abandonnés à la hiérarchie sacerdotale.
    L'Église n'ayant de juridiction que celle que les souverains lui ont accordée, et les juges de l'Église n'étant ainsi que des juges privilégiés par le souverain, on devrait appeler cas privilégiés ceux qui sont de leur compétence, et délits communs ceux qui doivent être punis par les officiers du prince. Mais les canonistes, qui sont très rarement exacts dans leurs expressions, surtout lorsqu'il s'agit de la juridiction royale, ayant regardé un prêtre nommé official comme étant de droit le seul juge des clercs, ils ont qualifié de privilège ce qui appartient de droit commun aux tribunaux laïques, et les ordonnances des rois ont adopté cette expression en France.
    S'il faut se conformer à cet usage, le juge d'Église connaît seul du délit commun; mais il ne connaît des cas privilégiés que concurremment avec le juge royal. Celui-ci se rend au tribunal de l'officialité, mais il n'y est que l'assesseur du juge d'Église. Tous les deux sont assistés de leur greffier; chacun rédige séparément, mais en présence l'un de l'autre, les actes de la procédure. L'official, qui préside, interroge seul l'accusé; et si le juge royal a des questions à lui faire, il doit requérir le juge d'Église de les proposer. L'instruction conjointe étant achevée, chaque juge rend séparément son jugement.
    Cette procédure est hérissée de formalités, et elle entraîne d'ailleurs des longueurs qui ne devraient pas être admises dans la jurisprudence criminelle. Les juges d'Église, qui n'ont pas fait une étude des lois et des formalités, n'instruisent guère de procédures criminelles sans donner lieu à des appels comme d'abus, qui ruinent en frais le prévenu, le font languir dans les fers, ou retardent sa punition s'il est coupable.
    D'ailleurs, les Français n'ont aucune loi précise qui ait déterminé quels sont les cas privilégiés. Un malheureux gémit souvent une année entière dans les cachots avant de savoir quels seront ses juges.
    Les prêtres et les moines sont dans l'État et sujets de l'État: il est bien étrange que lorsqu'ils ont troublé la société, ils ne soient pas jugés comme les autres citoyens, par les seuls officiers du souverain.
    Chez les Juifs, les grands-prêtres mêmes n'avaient point ce privilège, que nos lois ont accordé à de simples habitués de paroisse. Salomon déposa le grand-pontife Abiathar, sans le renvoyer à la synagogue pour lui faire son procès. Jésus-Christ, accusé devant un juge séculier et païen, ne récusa pas sa juridiction. Saint Paul, traduit au tribunal de Félix et de Festus, ne le déclina point.
    L'empereur Constantin accorda d'abord ce privilège aux évêques; Honorius et Théodose le jeune l'étendirent à tous les clercs, et Justinien le confirma.
    En rédigeant l'ordonnance criminelle de 1670, le conseiller d'État Pussort et le président de Novion étaient d'avis d'abolir la procédure conjointe, et de rendre aux juges royaux le droit de juger seuls les clercs accusés de cas privilégiés; mais cet avis raisonnable fut combattu par le premier président de Lamoignon et par l'avocat-général Talon; et une loi qui était faite pour réformer nos abus confirma le plus ridicule de tous.
    Une déclaration du roi du 26 avril 1657 défend au parlement de Paris de continuer la procédure commencée contre le cardinal de Retz, accusé de crime de lèse-majesté. La même déclaration veut que les procès des cardinaux, archevêques, et évêques du royaume, accusés du crime de lèse-majesté, soient instruits et jugés par les juges ecclésiastiques, comme il est ordonné par les canons.
    Mais cette déclaration, contraire aux usages du royaume, n'a été enregistrée dans aucun parlement, et ne serait pas suivie. Nos livres rapportent plusieurs arrêts qui ont décrété de prise de corps, déposé, confisqué les biens, et condamné à l'amende et à d'autres peines des cardinaux, des archevêques, et des évêques. Ces peines ont été prononcées contre l'évêque de Nantes, par arrêt du 25 juin 1455
    Contre Jean de La Balue, cardinal et évêque d'Angers, par arrêt du 29 juillet 1469
    Contre Jean Hébert, évêque de Constance, en 1480
    Contre Louis de Rochechouart, évêque de Nantes, en 1481
    Contre Geoffroi de Pompadour, évêque de Périgueux, et George d'Amboise, évêque de Montauban, en 1488
    Contre Geoffroi Dintiville, évêque d'Auxerre, en 1531
    Contre Bernard Lordat, évêque de Pamiers, en 1537
    Contre le cardinal de Châtillon, évêque de Beauvais, le 19 mars 1569
    Contre Geoffroi de la Martonie, évêque d'Amiens, le 9 juillet 1594
    Contre Gilbert Genebrard, archevêque d'Aix, le 26 janvier 1596
    Contre Guillaume Rose, évêque de Senlis, le 5 septembre 1598
    Contre le cardinal de Sourdis, archevêque de Bordeaux, le 17 novembre 1615.
    Le parlement de Paris décréta de prise de corps le cardinal de Bouillon, et fit saisir ses biens par arrêt du 20 juin 1710.
    Le cardinal de Mailly, archevêque de Reims, fit, en 1717, un mandement tendant à détruire la paix ecclésiastique établie par le gouvernement: le bourreau brûla publiquement le mandement par arrêt du parlement.
    Le sieur Languet, évêque de Soissons, ayant soutenu qu'il ne pouvait être jugé par la justice du roi, même pour crime de lèse-majesté, il fut condamné à dix mille livres d'amende.
    Dans les troubles honteux excités par les refus de sacrements, le simple présidial de Nantes condamna l'évêque de cette ville à six mille francs d'amende, pour avoir refusé la communion à ceux qui la demandaient.
    En 1764, l'archevêque d'Auch, du nom de Montillet, fut condamné à une amende; et son mandement, regardé comme un libelle diffamatoire, fut brûlé par le bourreau à Bordeaux.
    Ces exemples ont été très fréquents. La maxime que les ecclésiastiques sont entièrement soumis à la justice du roi comme les autres citoyens a prévalu dans tout le royaume. Il n'y a point de loi expresse qui l'ordonne; mais l'opinion de tous les jurisconsultes, le cri unanime de la nation, et le bien de l'État, sont une loi.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Privileges —    This was the name given to the charters in which sov ereigns granted some persons or groups of persons (for example, the citizens of a city) certain liberties, such as exemption from some taxes or the right to create their own law and… …   Historical Dictionary of the Netherlands

  • privileges —    sexual activity    Literally, special rights, like those of a Member of Parliament to libel others in the House of commons with impunity:     He ll still continue to pay her hourly fee whenever he spends time with her... But he s also entitled …   How not to say what you mean: A dictionary of euphemisms

  • Privilèges — Privilège Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • privileges — priv·i·lege || prɪvɪlɪdÊ’ n. special individual right not enjoyed by others; benefit, right, advantage; prerogative, benefits given only to people of a particular group; immunity from legal prosecution v. grant special rights, give special… …   English contemporary dictionary

  • PRIVILEGES — …   Useful english dictionary

  • privileges and immunities — n. A phrase used in the Constitution to refer to rights and protections held by all U.S. citizens by virtue of their citizenship, such as the right to travel from state to state and to be accorded the same rights granted to citizens of those… …   Law dictionary

  • Privileges and Immunities Clause — n often cap P&I&C 1: a clause in Article IV of the U.S. Constitution stating that the citizens of each state of the U.S. shall be entitled to all the privileges and immunities of citizens of the other states 2: a clause in Amendment XIV to the… …   Law dictionary

  • Privileges, Ecclesiastical — • Exceptions to the Law made in favour of the clergy or in favour of consecrated and sacred objects and places. Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006 …   Catholic encyclopedia

  • Privileges and Immunities Clause — This article is about the Privileges and Immunities Clause of Article Four of the United States Constitution. For the related clause in the Fourteenth Amendment, see Privileges or Immunities Clause. United States of America This article is part… …   Wikipedia

  • Privileges or Immunities Clause — Amendment XIV, Section 1, Clause 2 of the United States Constitution is known as the Privileges or Immunities Clause. It states:Drafting and adoptionThe primary author of the Privileges or Immunities Clause was Congressman John Bingham of Ohio.… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.