NUDITÉ


NUDITÉ
    Pourquoi enfermerait-on un homme, une femme, qui marcheraient tout nus dans les rues ? et pourquoi personne n'est-il choqué des statues absolument nues, des peintures de Magdeleine et de Jésus qu'on voit dans quelques églises ?
    Il est vraisemblable que le genre humain a subsisté longtemps sans être vêtu.
    On a trouvé dans plus d'une île, et dans le continent de l'Amérique, des peuples qui ne connaissaient pas les vêtements.
    Les plus civilisés cachaient les organes de la génération par des feuilles, par des joncs entrelacés, par des plumes.
    D'où vient cette espèce de pudeur ? était-ce l'instinct d'allumer des désirs en voilant ce qu'on aimait à découvrir ?
    Est-il bien vrai que chez des nations un peu plus policées, comme les Juifs et demi-Juifs, il y ait eu des sectes entières qui n'aient voulu adorer Dieu qu'en se dépouillant de tous leurs habits ? Tels ont été, dit-on, les adamites et les abéliens. Ils s'assemblaient tout nus pour chanter les louanges de Dieu: saint Épiphane et saint Augustin le disent. Il est vrai qu'ils n'étaient pas contemporains, et qu'ils étaient fort loin de leur pays. Mais enfin cette folie est possible; elle n'est pas même plus extraordinaire, plus folie que cent autres folies qui ont fait le tour du monde l'une après l'autre.
    Nous avons vu à l'article EMBLÈME qu'aujourd'hui même encore les mahométans ont des saints qui sont fous, et qui vont nus comme des singes. Il se peut très bien que des énergumènes aient cru qu'il vaut mieux se présenter à la Divinité dans l'état où elle nous a formés, que dans le déguisement inventé par les hommes. Il se peut qu'ils aient montré tout par dévotion. Il y a si peu de gens bien faits dans les deux sexes, que la nudité pouvait inspirer la chasteté, ou plutôt le dégoût, au lieu d'augmenter les désirs.
    On dit surtout que les abéliens renonçaient au mariage. S'il y avait parmi eux de beaux garçons et de belles filles, ils étaient pour le moins comparables à saint Adhelme et au bienheureux Robert d'Arbrisselle, qui couchaient avec les plus jolies personnes, pour mieux faire triompher leur continence.
    J'avoue pourtant qu'il eût été assez plaisant de voir une centaine d'Hélènes et de Pâris chanter des antiennes, et se donner le baiser de paix, et faire les agapes.
    Tout cela montre qu'il n'y a point de singularité, point d'extravagance, point de superstition qui n'ait passé par la tête des hommes. Heureux quand ces superstitions ne troublent pas la société et n'en font pas une scène de discorde, de haine, et de fureur ! Il vaut mieux sans doute prier Dieu tout nu, que de souiller de sang humain ses autels et les places publiques.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • nudité — [ nydite ] n. f. • 1320; nueté, a. fr.; bas lat. nuditas, de nudus « nu » 1 ♦ État d une personne nue. « Le sommeil nous avait surpris dans notre nudité » (Radiguet). ♢ Le fait de vivre nu. ⇒ nudisme. « une revue allemande pour la propagation de… …   Encyclopédie Universelle

  • Nudite — Nudité La Vénus pudique est un thème de la peinture et de la sculpture classiques dérivé de l Aphrodite de Cnide. Œuvre romaine du IIe siècle ap. J. C., copie de Praxitèle …   Wikipédia en Français

  • nudité — Nudité. s. f. Estat d une personne qui est nuë, qui laisse voir ce que la pudeur oblige de cacher. Adam aprés avoir peché s apperceut de sa nudité. couvrir sa nudité. Cam fut maudit pour s estre moqué de la nudité de son pere. Il signifie en… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • nudité — Nudité, Nuditas …   Thresor de la langue françoyse

  • Nudité — La découverte du monde et des autres, passe par celle de soi et de son schéma corporel, (Bronze Enfants à la découverte par Joanika Ring, Overlangel, 1995) …   Wikipédia en Français

  • nudité — (nu di té) s. f. 1°   État d une personne nue. •   Souffrant la faim, la soif, la nudité dans ses membres, MASS. Carême, Aumône.. •   Il a couvert la nudité des membres de Jésus Christ, MASS. Or. fun. Villeroy..    Fig. •   Elles [les indécences] …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • NUDITÉ — s. f. État d une personne qui est nue. La charité ordonne de couvrir, de revêtir la nudité du pauvre. Ils le laissèrent dans la plus complète nudité.   Il se dit aussi Des parties que la pudeur oblige de cacher. Couvrir, cacher sa nudité. Les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • NUDITÉ — n. f. état d’une personne qui est nue. Ulysse cassa la branche d’un arbre pour en couvrir sa nudité. On le trouva dans la plus complète nudité. Il se dit aussi des Choses et signifie état de ce qui n’est pas recouvert. La nudité d’un mur. La… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • nudité — (n.f.) Codifiée selon les époques et la libéralité des mœurs, la nudité est tantôt esthétiquement érotique, tantôt culturellement inacceptable, souvent matière à polémiques. Entre nature et moralité, la nudité fait encore figure de tabou pour… …   Dictionnaire de Sexologie

  • nudité — nf. nuditâ (Albanais). E. : Honte …   Dictionnaire Français-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.