GREC


GREC
Observation sur l'anéantissement de la langue grecque à Marseille.
    Il est bien étrange qu'une colonie grecque ayant fondé Marseille, il ne reste presque aucun vestige de la langue grecque en Provence, ni en Languedoc, ni en aucun pays de la France; car il ne faut pas compter pour grecs les termes qui ont été formés très tard du latin, et que les Romains eux-mêmes avaient reçus des Grecs tant de siècles auparavant: nous ne les avons reçus que de la seconde main. Nous n'avons aucun droit de dire que nous avons quitté le mot de Got pour celui de Theos ([Grec]), plutôt que pour celui de Deus, dont nous avons fait Dieu par une terminaison barbare.
    Il est évident que les Gaulois ayant reçu la langue latine avec les lois romaines, et depuis, ayant encore reçu la religion chrétienne des mêmes Romains, ils prirent d'eux tous les mots qui concernaient cette religion. Ces mêmes Gaulois ne connurent que très tard les mots grecs qui regardent la médecine, l'anatomie, la chirurgie.
    Quand on aura retranché tous ces termes originairement grecs, qui ne nous sont parvenus que par les Latins, et tous les mots d'anatomie et de médeccine, connus si tard, il ne restera presque rien. N'est-il pas ridicule de faire venir abréger de brachs plutôt que d'abbreviare; acier d'aki plutôt que d'acies; acre d'agros plutôt que d'ager; aile d'ili plutôt que d'ala ?
    On a été jusqu'à dire qu'omelette vient d'ameilaton, parce que meli, en grec, signifie du miel, et ôon signifie un oeuf. On a fait encore mieux dans le Jardin des racines grecques; on y prétend que dîner vient de deipnein, qui signifie souper.
    Si on veut s'en tenir aux expressions grecques que la colonie de Marseille put introduire dans les Gaules, indépendamment des Romains, la liste en sera courte:
    Aboyer, peut-être de bauzein.
    Affre, affreux, d'afronos.
    Agacer, peut-être d'anaxein.
    Alali, du cri militaire des Grecs.
    Babiller, peut-être de babazo.
    Balle, de ballo.
    Bas, de bathys.
    Blesser, de l'aoriste de blapto.
    Bouteille, de bouttis.
    Bride, de bryter.
    Brique, de brykè.
    Coin, de gonia.
    Colère, de cholè.
    Colle, de colla.
    Couper, de copto.
    Cuisse, peut-être d'ischis.
    Entrailles, d'entera.
    Ermite, d'eremos.
    Fier, de fiaros.
    Gargariser, de gargarizein.
    Idiot, d'idiotès.
    Maraud, de miaros.
    Moquer, de mokeuo.
    Moustache, de mustax.
    Orgueil, d'orgè.
    Page, de païs.
    Siffler, peut-être de siffloo.
    Tuer, de thuein.
    Je m'étonne qu'il reste si peu de mots d'une langue qu'on parlait à Marseille, du temps d'Auguste, dans toute sa pureté; et je m'étonne surtout que la plupart des mots grecs conservés en Provence soient des expressions de choses inutiles, tandis que les termes qui désignaient les choses nécessaires sont absolument perdus. Nous n'en avons pas un de ceux qui exprimaient la terre, la mer, le ciel, le soleil, la lune, les fleuves, les principales parties du corps humain; mots qui semblaient devoir se perpétuer d'âge en âge. Il faut peut-être en attribuer la cause aux Visigoths, aux Bourguignons, aux Francs, à l'horrible barbarie de tous les peuples qui dévastèrent l'empire romain, barbarie dont il reste encore tant de traces.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • grec — grec …   Dictionnaire des rimes

  • grec — grec, grecque [ grɛk ] adj. et n. • 1165; lat. græcus ♦ De Grèce. 1 ♦ Adj. La péninsule, les îles grecques. Le peuple grec. ⇒ hellénique. (Grèce anc.) L Antiquité grecque. ⇒ préhellénique; minoen, mycénien. Les cités, les républiques grecques.… …   Encyclopédie Universelle

  • grec — grec, ecque (grèk, grè k ) adj. 1°   Qui est de Grèce, qui appartient à la Grèce. La nation grecque.    Qui a rapport aux usages, à la langue des Grecs. La langue grecque. Grammaire grecque. Dictionnaire grec.    Y grec, la pénultième des lettres …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • grec — GREC, GREÁCĂ, greci, grece, s.m. şi f., adj. 1. s.m. şi f. Persoană care face parte din populaţia de bază a Greciei sau este originară de acolo. 2. adj. Care aparţine Greciei sau grecilor, privitor la Grecia sau la greci; grecesc. ♢ Lupte greco… …   Dicționar Român

  • grec — GREC. Il ne se met pas icy comme un mot de nation, mais seulement par ce qu il s employe dans une autre signification. On dit, qu Un homme est grec en quelque chose, pour dire, qu Il y est fort habile. On dit aussi, qu Un homme n est pas grand… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • GREC — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. GREC peut désigner : Le Groupe de recherches et d’essais cinématographiques, Site officiel Le groupement des écrivains conseils, une association… …   Wikipédia en Français

  • grec — Grec, Graecus. Demi grec, Semigraecus. Grecs en Venerie sont les deux dents de dessus du sanglier, qui ne servent sinon d aguiser {{o=daguiser}} les deux de dessous, appelées armes, limes et defenses …   Thresor de la langue françoyse

  • Grec — (franz., weibliche Form. grecque, spr. greck), griechisch; Grieche, Griechin; scherzhaft auch soviel wie falscher Spieler, Betrüger. S. à la grecque und Corriger la forune …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • grec — Mot Monosíl·lab Adjectiu variable …   Diccionari Català-Català

  • GREC — ECQUE. adj. Il ne se met pas ici comme un nom de nation, mais seulement à cause des usages particuliers qu il a dans notre langue.  Y grec, La pénultième des lettres de l alphabet français.  L Église grecque, Toute l Église d Orient, par… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Grec — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Grecque. Sur les autres projets Wikimedia : « grec », sur le …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.