GAZETTE


GAZETTE
    Relation des affaires publiques. Ce fut au commencement du dix-septième siècle que cet usage utile fut inventé à Venise, dans le temps que l'Italie était encore le centre des négociations de l'Europe, et que Venise était toujours l'asile de la liberté. On appela ces feuilles, qu'on donnait une fois par semaine, Gazettes du nom de Gazetta, petite monnaie revenant à un de nos demi-sous, qui avait cours à Venise. Cet exemple fut ensuite imité dans toutes les grandes villes de l'Europe.
    De tels journaux étaient établis à la Chine de temps immémorial; on y imprime tous les jours la Gazette de l'Empire, par ordre de la cour. Si cette gazette est vraie, il est à croire que toutes les vérités n'y sont pas; aussi ne doivent-elles pas y être.
    Le médecin Théophraste Renaudot donna en France les premières gazettes en 1631, et il en eut le privilège, qui a été longtemps un patrimoine de sa famille. Ce privilège est devenu un objet important dans Amsterdam; et la plupart des gazettes des Provinces-Unies sont encore un revenu pour plusieurs familles de magistrats, qui paient les écrivains. La seule ville de Londres a plus de douze gazettes par semaine. On ne peut les imprimer que sur du papier timbré; ce qui n'est pas une taxe indifférente pour l'État.
    Les gazettes de la Chine ne regardent que cet empire; celles de l'Europe embrassent l'univers. Quoiqu'elles soient souvent remplies de fausses nouvelles, elles peuvent cependant fournir de bons matériaux pour l'histoire, parce que d'ordinaire les erreurs d'une gazette sont rectifiées par les suivantes, et qu'on y trouve presque toutes les pièces authentiques, que les souverains mêmes y font insérer. Les gazettes de France ont toujours été revues par le ministère. C'est pourquoi les auteurs ont toujours employé certaines formules qui ne paraissent pas être dans la bienséance de la société, en ne donnant le titre de monsieur qu'à certaines personnes, et celui de sieur aux autres; les auteurs ont oublié qu'ils ne parlaient pas au nom du roi. Ces journaux publics n'ont d'ailleurs été jamais souillés par la médisance, et ont été toujours assez correctement écrits.
    Il n'en est pas de même des gazettes étrangères; celles de Londres, excepté celle de la cour, sont souvent remplies de cette indécence que la liberté de la nation autorise. Les gazettes françaises faites en ce pays ont été rarement écrites avec pureté, et n'ont pas peu servi quelquefois à corrompre la langue. Un des grands défauts qui s'y sont glissés, c'est que les auteurs, en voyant la teneur des arrêts de France, qui s'expriment suivant les anciennes formules, ont cru que ces formules étaient conformes à notre syntaxe, et ils les ont imitées dans leur narration; c'est comme si un historien romain eût employé le style de la loi des Douze Tables. Ce n'est que dans le style des lois qu'il est permis de dire, Le roi aurait reconnu, le roi aurait établi une loterie: mais il faut que le gazetier dise, Nous apprenons que le roi a établi, et non pas aurait établi une loterie, etc.; nous apprenons que les Français ont pris Minorque, et non pas auraient pris Minorque. Le style de ces écrits doit être de la plus grande simplicité; les épithètes y sont ridicules. Si le parlement a eu une audience du roi, il ne faut pas dire: " Cet auguste corps a eu une audience du roi; ces pères de la patrie sont revenus à cinq heures précises. " On ne doit jamais prodiguer ces titres; il ne faut les donner que dans les occasions où ils sont nécessaires. " Son altesse dîna avec sa majesté; et sa majesté mena ensuite son altesse à la comédie; après quoi son altesse joua avec sa majesté; et les autres altesses et leurs excellences messieurs les ambassadeurs assistèrent au repas que sa majesté donna à leurs altesses. " C'est une affectation servile qu'il faut éviter. Il n'est pas nécessaire de dire que les termes injurieux ne doivent jamais être employés, sous quelque prétexte que ce puisse être.
    A l'imitation des gazettes politiques, on commença en France à imprimer des gazettes littéraires en 1665; car les premiers journaux ne furent en effet que de simples annonces des livres nouveaux imprimés en Europe; bientôt après on y joignit une critique raisonnée. Elle déplut à plusieurs auteurs, toute modérée qu'elle était. Nous ne parlerons ici que de ces gazettes littéraires dont on surchargea le public, qui avait déjà de nombreux journaux de tous les pays de l'Europe où les sciences sont cultivées. Ces gazettes parurent vers l'an 1723, à Paris, sous plusieurs noms différents: Nouvelliste du Parnasse, Observations sur les écrits modernes, etc. La plupart ont été faites uniquement pour gagner de l'argent; et comme on n'en gagne point à louer des auteurs, la satire fit d'ordinaire le fond de ces écrits. On y mêla souvent des personnalités odieuses, la malignité en procura le débit; mais la raison et le bon goût, qui prévalent toujours à la longue, les firent tomber dans le mépris et dans l'oubli.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • gazette — [ gazɛt ] n. f. • 1600; it. gazzetta, du vénitien gazeta « petite monnaie », prix d une gazette 1 ♦ Vx, région. ou plaisant Écrit périodique contenant des nouvelles. ⇒ journal, revue. La « Gazette », de Théophraste Renaudot (1631). J ai vu ça… …   Encyclopédie Universelle

  • gazette — 1. (ga zè t ) s. f. 1°   Écrit périodique contenant les nouvelles politiques, littéraires, etc. dit aujourd hui plus habituellement journal. •   D éloges on regorge, à la tête on les jette, Et mon valet de chambre est mis dans la gazette, MOL.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Gazette — (f.) ist eine veraltete und heutzutage eher ironische Bezeichnung für eine Zeitung. Der Begriff leitet sich von der italienischen Gaze(t)ta ab, deren erste Vertreterin das 1536 erschienene Flugblatt Gazetta di Venezia war, das politische… …   Deutsch Wikipedia

  • GAZETTE (LA) — GAZETTE LA, puis GAZETTE DE FRANCE Journal parisien paru du 30 mai 1631 au 30 septembre 1915. Théophraste Renaudot n’est pas le créateur de la presse périodique en France, mais il reste bien le fondateur du premier grand journal français, La… …   Encyclopédie Universelle

  • Gazette — Saltar a navegación, búsqueda the GazettE [[Archivo:‎|200px]] Información personal Origen Japón Estado Activos …   Wikipedia Español

  • gazette — ga‧zette [gəˈzet] noun [countable] a newspaper, often one listing official announcements such as legal notices or the names of people who have taken up a position in government. The word Gazette is often used in newspaper titles: • Before any new …   Financial and business terms

  • gazette — GAZETTE. sub. f. Cahier, feüille volante qu on donne au public toutes les semaines, & qui contient des nouvelles de divers pays. Gazette de France, de Hollande. Gazette imprimée. Gazette à la main. On appelle fig. Gazette, Une personne qui est… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Gazette — Sf Zeitung per. Wortschatz arch. (17. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. gazette, dieses aus it. gazetta, aus der venezianischen Bezeichnung gazeta de la novità. Ursprünglich handelt es sich bei venez. gazeta um den Namen einer Münze im Wert von… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Gazette — Ga*zette , n. [F. gazette, It. gazzetta, perh. from gazetta a Venetian coin (see {Gazet}), said to have been the price of the first newspaper published at Venice; or perh. dim. of gazza magpie, a name perh. applied to the first newspaper; cf. OHG …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Gazette — Ga*zette , v. t. [imp. & p. p. {Gazetted}; p. pr. & vb. n. {Gazetting}.] To announce or publish in a gazette; to announce officially, as an appointment, or a case of bankruptcy. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Gazette — index herald, journal, proclaim Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 Gazette …   Law dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.