FEU


FEU
SECTION PREMIÈRE.
    Le feu est-il autre chose qu'un élément qui nous éclaire, qui nous échauffe, et qui nous brûle ?
    La lumière n'est-elle pas toujours du feu, quoique le feu ne soit pas toujours lumière; et Boerhaave n'a-t-il pas raison ?
    Le feu le plus pur, tiré de nos matières combustibles, n'est-il pas toujours grossier, toujours chargé des corps qu'il embrase, et très différent du feu élémentaire ?
    Comment le feu est-il répandu dans toute la nature, dont il est l'âme ?
    " Ignis ubique latet, naturam amplectitur omnem
    Cuncta parit, renovat, dividit, unit, alit. "
    Quel homme peut concevoir comment un morceau de cire s'enflamme, et comment il n'en reste rien à nos yeux, quoique rien ne se soit perdu ?
    Pourquoi Newton dit-il toujours, en parlant des rayons de la lumière, " de naturâ radiorum lucis, utrum corpora sint necne non disputans ", n'examinant point si les rayons de lumière sont des corps ou non ?
    N'en parlait-il qu'en géomètre ? en ce cas ce doute était inutile. Il est évident qu'il doutait de la nature du feu élémentaire, et qu'il doutait avec raison.
    Le feu élémentaire est-il un corps à la manière des autres, comme l'eau et la terre ? Si c'était un corps de cette espèce, ne graviterait-il pas comme toute matière ? s'échapperait-il en tous sens du corps lumineux en droite ligne ? aurait-il une progression uniforme ? Et pourquoi jamais la lumière ne se meut-elle en ligne courbe quand elle est libre dans son cours rapide ?
    Le feu élémentaire ne pourrait-il pas avoir des propriétés de la matière à nous si peu connue, et d'autres propriétés de substances à nous entièrement inconnues ?
    Ne pourrait-il pas être un milieu entre la matière et des substances d'un autre genre ? et qui nous a dit qu'il n'y a pas un millier de ces substances ? Je ne dis pas que cela soit, mais je dis qu'il n'est point prouvé que cela ne puisse pas être.
    J'avais eu autrefois un scrupule en voyant un point bleu et un point rouge sur une toile blanche, tous deux sur une même ligne, tous deux à une égale distance de mes yeux, tous deux également exposés à la lumière, tous deux me réfléchissant la même quantité de rayons, et faisant le même effet sur les yeux de cinq cent mille hommes. Il faut nécessairement que tous ces rayons se croisent en venant à nous. Comment pourraient-ils cheminer sans se croiser ? et s'ils se croisent, comment puis-je voir ? Ma solution était qu'ils passaient les uns sur les autres. On a adopté ma difficulté et ma solution dans le Dictionnaire encyclopédique, à l'article lumière. Mais je ne suis point du tout content de ma solution; car je suis toujours en droit de supposer que les rayons se croisent tous à moitié chemin, que par conséquent ils doivent tous se réfléchir, ou qu'ils sont pénétrables. Je suis donc fondé à soupçonner que les rayons de lumière se pénètrent, et qu'en ce cas ils ont quelque chose qui ne tient point du tout de la matière. Ce soupçon m'effraie, j'en conviens; ce n'est pas sans un prodigieux remords que j'admettrais un être qui aurait tant d'autres propriétés des corps, et qui serait pénétrable. Mais aussi je ne vois point comment on peut répondre bien nettement à ma difficulté. Je ne la propose donc que comme un doute et comme une ignorance.
    Il était très difficile de croire, il y a environ cent ans, que les corps agissaient les uns sur les autres, non seulement sans se toucher et sans aucune émission, mais à des distances effrayantes; cependant cela s'est trouvé vrai, et on n'en doute plus. Il est difficile aujourd'hui de croire que les rayons du soleil se pénètrent; mais qui sait ce qui arrivera ?
    Quoi qu'il en soit, je ris de mon doute; et je voudrais, pour la rareté du fait, que cette incompréhensible pénétration pût être admise. La lumière a quelque chose de si divin qu'on serait tenté d'en faire un degré pour monter à des substances encore plus pures.
    A mon secours, Empédocle; à moi, Démocrite; venez admirer les merveilles de l'électricité; voyez si ces étincelles qui traversent mille corps en un clin d'oeil sont de la matière ordinaire; jugez si le feu élémentaire ne fait pas contracter le coeur et ne lui communique pas cette chaleur qui donne la vie; jugez si cet être n'est pas la source de toutes les sensations, et si ces sensations ne sont pas l'unique origine de toutes nos chétives pensées, quoique des pédants ignorants et insolents aient condamné cette proposition comme on condamne un plaideur à l'amende.
    Dites-moi si l'être suprême qui préside à toute la nature ne peut pas conserver à jamais ces monades élémentaires auxquelles il a fait des dons si précieux.
    " Igneus est ollis vigor et celestis origo. "
    Le célèbre Le Cat appelle ce fluide vivifiant " un être amphibie, affecté par son auteur d'une nuance supérieure, qui le lie avec l'être immatériel, et par là l'ennoblit et l'élève à la nature mitoyenne qui le caractérise et fait la source de toutes ses propriétés. "
    Vous êtes de l'avis de Le Cat; j'en serais aussi si j'osais, mais il y a tant de sots et tant de méchants que je n'ose pas. Je ne puis que penser tout bas à ma façon au mont Krapack: les autres penseront comme ils pourront, soit à Salamanque, soit à Bergame.
SECTION II.
De ce qu'on entend par cette expression au moral.
    Le feu, surtout en poésie, signifie souvent l'amour, et on l'emploie plus élégamment au pluriel qu'au singulier. Corneille dit souvent un beau feu, pour un amour vertueux et noble. Un homme a du feu dans la conversation, cela ne veut pas dire qu'il a des idées brillantes et lumineuses, mais des expressions vives animées par les gestes.
    Le feu dans les écrits ne suppose pas non plus nécessairement de la lumière et de la beauté, mais de la vivacité, des figures multipliées, des idées pressées.
    Le feu n'est un mérite dans les discours et dans les ouvrages que quand il est bien conduit.
    On a dit que les poètes étaient animés d'un feu divin quand ils étaient sublimes: on n'a point de génie sans feu, mais on peut avoir du feu sans génie.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • feu — 1. (feu) s. m. 1°   Développement de chaleur et de lumière. 2°   Calorique. 3°   Chez les anciens, un des quatre éléments. 4°   Objet de culte. 5°   Feu central du globe. 6°   Incendie ; embrasement. 7°   Toute matière combustible allumée.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • feu — Feu, m. Ignis, Aucuns le veulent escrire par oe diphthongue, foeu, comme venant de Focus, Il vient de {{t=g}}phôs,{{/t}} mot Grec qui signifie lumiere, et en vulgaire Grec, Feu. Prendre les oiseaux de riviere par nuict au feu, c est à dire, avec… …   Thresor de la langue françoyse

  • feu — feu·ar; feu; feu·dal·ism; feu·dal·ist; feu·dal·is·tic; feu·dal·i·ty; feu·dal·iza·tion; feu·dal·ize; feu·dal·ly; feu·da·to·ri·al; feu·dum; feu·er·bach·i·an; in·feu·da·tion; sub·in·feu·date; feu·dal; feu·da·tary; feu·da·to·ry; sub·feu; …   English syllables

  • Feu — was previously the most common form of land tenure in Scotland, as conveyancing in Scots law was dominated by feudalism until the Scottish Parliament passed the Abolition of Feudal Tenure etc. (Scotland) Act 2000. [Section 1: The feudal system of …   Wikipedia

  • feu — In Scotland, a manner of ownership. A feu interest in land gives the owner (feuar) an equivalent of a freehold title subject to payment of any annual feu duties and compliance with title conditions. Related links feudal superior dominium plenum …   Law dictionary

  • Feu — (f[=u]), n. [See 2d {Feud}, and {Fee}.] (Scots Law) A free and gratuitous right to lands made to one for service to be performed by him; a tenure where the vassal, in place of military services, makes a return in grain or in money. Burrill. [1913 …   The Collaborative International Dictionary of English

  • FEU — steht als Abkürzung für: Federación Estudiantil Universitaria, die Föderation kubanischer Universitätsstudenten den ehemaligen Landkreis Feuchtwangen in Bayern, z. B. im Kfz Kennzeichen Forty foot Equivalent Unit, siehe ISO Container Federation… …   Deutsch Wikipedia

  • feu — [fyo͞o] n. 〚Scot for FEE〛 Scot. Law 1. Historical a right to hold land for which the holder must pay in grain or money rather than in military service 2. a right to use land in perpetuity for a fixed annual payment 3 …   Universalium

  • FEU — UK US noun [C] MEASURES, TRANSPORT ► ABBREVIATION for forty foot equivalent unit: a unit for measuring goods transported on ships in containers (= very large metal boxes). One FEU is equal to 25 metric tons or 72 cubic metres …   Financial and business terms

  • feu — [fyo͞o] n. [Scot for FEE] Scot. Law 1. Historical a right to hold land for which the holder must pay in grain or money rather than in military service 2. a right to use land in perpetuity for a fixed annual payment 3. the land so held or used vt …   English World dictionary

  • Feu ! — ● Feu ! commandement marquant le début d un tir …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.