AMÉRIQUE
    Puisqu'on ne se lasse point de faire des systèmes sur la manière dont l'Amérique a pu se peupler , ne nous lassons point de dire que celui qui fit naître des mouches dans ces climats, y fit naître des hommes. Quelque envie qu'on ait de disputer, on ne peut nier que l'être suprême, qui vit dans toute la nature, n'ait fait naître, vers le quarante-huitième degré, des animaux à deux pieds, sans plumes, dont la peau est mêlée de blanc et d'incarnat, avec de longues barbes tirant sur le roux; des nègres sans barbe vers la ligne, en Afrique et dans les îles; d'autres nègres avec barbe sous la même latitude, les uns portant de la laine sur la tête, les autres des crins; et au milieu d'eux des animaux tout blancs, n'ayant ni crin ni laine, mais portant de la soie blanche.
    On ne voit pas trop ce qui pourrait avoir empêché Dieu de placer dans un autre continent une espèce d'animaux d'un même genre, laquelle est couleur de cuivre dans la même latitude où ces animaux sont noirs en Afrique et en Asie, et qui est absolument imberbe et sans poil dans cette même latitude où les autres sont barbus.
    Jusqu'où nous emporte la fureur des systèmes, jointe à la tyrannie du préjugé ! On voit ces animaux; on convient que Dieu a pu les mettre où ils sont, et on ne veut pas convenir qu'il les y ait mis. Les mêmes gens qui ne font nulle difficulté d'avouer que les castors sont originaires du Canada, prétendent que les hommes ne peuvent y être venus que par bateau, et que le Mexique n'a pu être peuplé que par quelques descendants de Magog. Autant vaudrait-il dire que s'il y a des hommes dans la lune, ils ne peuvent y avoir été menés que par Astolfe qui les y porta sur son hippogriffe, lorsqu'il alla chercher le bon sens de Roland renfermé dans une bouteille.
    Si de son temps l'Amérique eût été découverte, et que dans notre Europe il y eût eu des hommes assez systématiques pour avancer, avec le jésuite Lafitau, que les Caraïbes descendent des habitants de Carie, et que les Hurons viennent des Juifs, il aurait bien fait de rapporter à ces raisonneurs la bouteille de leur bon sens, qui sans doute était dans la lune avec celle de l'amant d'Angélique.
    La première chose qu'on fait quand on découvre une île peuplée dans l'Océan indien ou dans la mer du Sud, c'est de dire, D'où ces gens-là sont-ils venus ? mais pour les arbres et les tortues du pays, on ne balance pas à les croire originaires: comme s'il était plus difficile à la nature de faire des hommes que des tortues. Ce qui peut servir d'excuse à ce système, c'est qu'il n'y a presque point d'île dans les mers d'Amérique et d'Asie où l'on n'ait trouvé des jongleurs, des joueurs de gibecière, des charlatans, des fripons, et des imbéciles. C'est probablement ce qui a fait penser que ces animaux étaient de la même race que nous.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Amerique — Amérique Amérique …   Wikipédia en Français

  • Amérique — deuxième continent par sa superficie (42 millions de km²); 691 millions d hab.; 15 000 km de l océan Arctique (710 2 de latit. N.) aux mers australes (570 5 de latit. S.); baigné à l O. par le Pacifique, à l E. par l Atlantique. Deux masses… …   Encyclopédie Universelle

  • Amérique — AMÉRIQUE: Bel exemple d injustice : C est Colomb qui la découvrit et elle tire son nom d Améric Vespuce. Sans la découverte de l Amérique, nous n aurions pas la syphilis et le phylloxéra. L exalter quand même, surtout quand on n y a pas été.… …   Dictionnaire des idées reçues

  • Amérique — 19°00′N 96°00′W / 19, 96 …   Wikipédia en Français

  • Amérique — continent ♦ Amerigo Vespucci navigateur italien qui a découvert le continent …   Dictionnaire des éponymes

  • amérique — npf. AMÉRIKA (Aix, Albanais.001, Annecy, Compôte Bauges, Doucy Bauges) ; (souvent mis au pl.), léz Amérike npf. pl. (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • AMÉRIQUE - Géologie — L’Amérique – ou, pour être plus précis, les Amériques – est constituée de trois ensembles présentant des différences marquées, tant dans leurs structures, héritées du passé géologique (fig. 1 et hors texte, pl. XII à XVI), que dans leurs… …   Encyclopédie Universelle

  • AMÉRIQUE - Amérique espagnole — C’est une expression relativement récente que celle d’«Amérique espagnole» pour désigner les domaines de la couronne de Castille dans le Nouveau Monde. Les Espagnols eux mêmes n’ont longtemps parlé, officiellement, que des «Indes, îles et terres… …   Encyclopédie Universelle

  • AMÉRIQUE - Géographie — L’ensemble du continent américain représente 41 900 000 km2, soit 28,2 p. 100 des terres émergées. Il est à peu près équivalent à la masse des terres asiatiques (42 300 000 km2), quatre fois plus vaste que l’Europe jusqu’à l’Oural; l’Afrique,… …   Encyclopédie Universelle

  • Amerique du Nord — Amérique du Nord Pour les articles homonymes, voir Amérique du Nord (homonymie) et Amérique septentrionale (homonymie). Amérique du Nord …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”