ÉTATS-GÉNÉRAUX


ÉTATS-GÉNÉRAUX
    Il y en a toujours eu dans l'Europe, et probablement dans toute la terre: tant il est naturel d'assembler la famille, pour connaître ses intérêts et pourvoir à ses besoins. Les Tartares avaient leur Cour-ilté. Les Germains, selon Tacite, s'assemblaient pour délibérer. Les Saxons et les peuples du Nord eurent leur Wittenagemot. Tout fut états-généraux dans les républiques grecque et romaine.
    Nous n'en voyons point chez les Égyptiens, chez les Perses, chez les Chinois, parce que nous n'avons que des fragments fort imparfaits de leurs histoires; nous ne les connaissons guère que depuis le temps où leurs rois furent absolus, ou du moins depuis le temps où ils n'avaient que les prêtres pour contre-poids de leur autorité.
    Quand les comices furent abolis à Rome, les gardes prétoriennes prirent leur place; des soldats insolents, avides, barbares et lâches furent la république. Septime Sévère les vainquit et les cassa.
    Les états-généraux de l'empire ottoman sont les janissaires et les spahis; dans Alger et dans Tunis, c'est la milice.
    Le plus grand et le plus singulier exemple de ces états-généraux est la diète de Ratisbonne qui dure depuis cent ans, où siégent continuellement les représentants de l'empire, les ministres des électeurs, des princes, des comtes, des prélats et des villes impériales, lesquelles sont au nombre de trente-sept.
    Les seconds états-généraux de l'Europe sont ceux de la Grande-Bretagne. Ils ne sont pas toujours assemblés comme la diète de Ratisbonne, mais ils sont devenus si nécessaires que le roi les convoque tous les ans.
    La chambre des communes répond précisément aux députés des villes reçus dans la diète de l'empire; mais elle est en beaucoup plus grand nombre, et jouit d'un pouvoir bien supérieur. C'est proprement la nation. Les pairs et les évêques ne sont en parlement que pour eux, et la chambre des communes y est pour tout le pays. Ce parlement d'Angleterre n'est autre chose qu'une imitation perfectionnée de quelques états-généraux de France.
    En 1355, sous le roi Jean, les trois états furent assemblés à Paris pour secourir le roi Jean contre les Anglais. Ils lui accordèrent une somme considérable, à cinq livres cinq sous le marc, de peur que le roi n'en changeât la valeur numéraire. Ils réglèrent l'impôt nécessaire pour recueillir cet argent, et ils établirent neuf commissaires pour présider à la recette. Le roi promit, pour lui et pour ses successeurs, de ne faire, dans l'avenir, aucun changement dans la monnaie.
    Qu'est-ce que promettre pour soi et pour ses héritiers ? ou c'est ne rien promettre, ou c'est dire: Ni moi, ni mes héritiers n'avons le droit d'altérer la monnaie; nous sommes dans l'impuissance de faire le mal.
    Avec cet argent, qui fut bientôt levé, on forma aisément une armée qui n'empêcha pas le roi Jean d'être fait prisonnier à la bataille de Poitiers.
    On devait rendre compte aux états, au bout de l'année, de l'emploi de la somme accordée. C'est ainsi qu'on en use aujourd'hui en Angleterre avec la chambre des communes. La nation anglaise a conservé tout ce que la nation française a perdu.
    Les états-généraux de Suède ont une coutume plus honorable encore à l'humanité, et qui ne se trouve chez aucun peuple. Ils admettent dans leurs assemblées deux cents paysans qui font un corps séparé des trois autres, et qui soutiennent la liberté de ceux qui travaillent à nourrir les hommes.
    Les états-généraux de Danemarck prirent une résolution toute contraire en 1660; ils se dépouillèrent de tous leurs droits en faveur du roi. Ils lui donnèrent un pouvoir absolu et illimité. Mais ce qui est plus étrange, c'est qu'ils ne s'en sont point repentis jusqu'à présent.
    Les états-généraux, en France, n'ont point été assemblés depuis 1613 , et les cortès d'Espagne ont duré cent ans après. On les assembla encore en 1712, pour confirmer la renonciation de Philippe V à la couronne de France. Ces états-généraux n'ont point été convoqués depuis ce temps.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Etats Généraux — États généraux (France) Pour les articles homonymes, voir États généraux (homonymie). 5 mai 1789 Ouverture des états généraux à Versailles …   Wikipédia en Français

  • États Généraux — (France) Pour les articles homonymes, voir États généraux (homonymie). 5 mai 1789 Ouverture des états généraux à Versailles …   Wikipédia en Français

  • Etats généraux — États généraux (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 France 2 Pays Bas 2.1 …   Wikipédia en Français

  • ÉTATS GÉNÉRAUX — De 1302 à 1789, l’histoire des états généraux se confond presque toujours avec les crises les plus graves de la vie nationale française: guerre de Cent Ans, troubles religieux du XVIe siècle, Fronde, Révolution. Mais ces consultations… …   Encyclopédie Universelle

  • États généraux —   [etaʒene ro], in Frankreich bis 1789 die Generalstände.   * * * États gé|né|raux [etaʒene ro] <Pl.> [frz. les états généraux, aus: états, Pl. von: état = Stand (↑Etat) u. généraux, Pl. von: général = allgemein; General < lat. generalis …   Universal-Lexikon

  • États généraux — États gé|né|raux [eta ʒene ro] die (Plur.) <aus gleichbed. fr. les états généraux> die franz. Generalstände (Adel, Geistlichkeit, Bürgertum) bis zum 18. Jh …   Das große Fremdwörterbuch

  • Etats généraux — (fr., spr. Etah scheneroh), 1) allgemeine Stände, Generalstände, hießen die Landstände in Frankreich, seitdem Philipp IV. 1303 neben der Geistlichkeit u. dem Adel auch dem Bürgerstande an der Vertretung der Nation Theilnahme gewährte. Diese… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • États-Généraux — (franz., spr. etā schenerō), s. Generalstaaten …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • États généraux — (frz., spr. etah scheneroh), Generalstaaten oder Generalstände, in Frankreich die aus den Abgeordneten des Adels, der Geistlichkeit und (seit 1302) der städtischen Korporationen zusammengesetzten Reichsstände, verwandelten sich, als sie nach… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Etats généraux — (frz. etah schenroh), Generalstaaten; besonders die allgemeinen Stände in Frankreich, seit Philipp dem Schönen aus Geistlichkeit, Adel und Städtebürgern bestehend, in der Regel nur zur Bewilligung außerordentlich er Steuern und in… …   Herders Conversations-Lexikon

  • États-Généraux — /ā ta zhā nā rōˈ/ (French) plural noun The States General …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.