ÉQUIVOQUE


ÉQUIVOQUE
    Faute de définir les termes, et surtout faute de netteté dans l'esprit, presque toutes les lois, qui devraient être claires comme l'arithmétique et la géométrie, sont obscures comme des logogriphes. La triste preuve en est que presque tous les procès sont fondés sur le sens des lois, entendues presque toujours différemment par les plaideurs, les avocats, et les juges.
    Tout le droit public de notre Europe eut pour origine des équivoques, à commencer par la loi salique. Fille n'héritera point en terre salique; mais qu'est-ce que terre salique ? et fille n'héritera-t-elle point d'un argent comptant, d'un collier à elle légué, qui vaudra mieux que la terre ?
    Les citoyens de Rome saluent Karl, fils de Pepin-le-Bref l'austrasien, du nom d'imperator. Entendaient-ils par là: Nous vous conférons tous les droits d'Octave, de Tibère, de Caligula, de Claude; nous vous donnons tout le pays qu'ils possédaient ? Mais ils ne pouvaient le donner, puisque loin d'en être les maîtres, ils l'étaient à peine de leur ville. Jamais il n'y eut d'expression plus équivoque; et elle l'était tellement qu'elle l'est encore.
    L'évêque de Rome, Léon III, qui, dit-on, déclara Charlemagne empereur, comprenait-il la force des termes qu'il prononçait ? Les Allemands prétendent qu'il entendait que Charles serait son maître; la daterie a prétendu qu'il voulait dire qu'il serait maître de Charlemagne.
    Les choses les plus respectables, les plus sacrées, les plus divines, n'ont-elles pas été obscurcies par les équivoques des langues ?
    On demande à deux chrétiens de quelle religion ils sont; l'un et l'autre répond: Je suis catholique. On les croit tous deux de la même communion: cependant l'un est de la grecque, l'autre de la latine, et tous deux irréconciliables. Si l'on veut s'éclaircir davantage, il se trouve que chacun d'eux entend par catholique universel, et qu'en ce cas universel a signifié partie.
    L'âme de saint François est au ciel, est en paradis. Un de ces mots signifie l'air, l'autre veut dire jardin.
    On se sert du mot esprit pour exprimer vent, extrait, pensée, brandevin rectifié, apparition d'un corps mort.
    L'équivoque a été tellement un vice nécessaire de toutes les langues formées par ce qu'on appelle le hasard et par l'habitude, que l'auteur même de toute clarté et de toute vérité daigna condescendre à la manière de parler de son peuple: c'est ce qui fait qu'héloïm signifie en quelques endroits des juges, d'autres fois des dieux, et d'autres fois des anges.
    " Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon assemblée, " serait une équivoque dans une langue et dans un sujet profane; mais ces paroles reçoivent un sens divin de la bouche qui les prononce, et du sujet auquel elles sont appliquées.
    " Je suis le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob: or Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants. " Dans le sens ordinaire ces paroles pouvaient signifier: Je suis le même Dieu qu'ont adoré Abraham et Jacob, comme la terre qui a porté Abraham, Isaac et Jacob porte aussi leurs descendants; le soleil qui luit aujourd'hui est le soleil qui éclairait Abraham, Isaac et Jacob; la loi de leurs enfants est leur loi. Et cela ne signifie pas qu'Abraham, Isaac et Jacob soient encore vivants. Mais quand c'est le Messie qui parle, il n'y a plus d'équivoque; le sens est aussi clair que divin. Il est évident qu'Abraham, Isaac et Jacob ne sont point au rang des morts, mais qu'ils vivent dans la gloire, puisque cet oracle est prononcé par le Messie; mais il fallait que ce fût lui qui le dît.
    Les discours des prophètes juifs pouvaient être équivoques aux yeux des hommes grossiers qui n'en pénétraient pas le sens; mais ils ne le furent pas pour les esprits éclairés des lumières de la foi.
    Tous les oracles de l'antiquité étaient équivoques: l'un prédit à Crésus qu'un puissant empire succombera; mais sera-ce le sien ? sera-ce celui de Cyrus ? L'autre dit à Pyrrhus que les Romains peuvent le vaincre, et qu'il peut vaincre les Romains. Il est impossible que cet oracle mente.
    Lorsque Septime Sévère, Pescennius Niger et Clodius Albinus disputaient l'empire, l'oracle de Delphes consulté (malgré le jésuite Baltus, qui prétend que les oracles avaient cessé) répondit: " Le brun est fort bon, le blanc ne vaut rien, l'africain est passable. " On voit qu'il y avait plus d'une manière d'expliquer un tel oracle.
    Quand Aurélien consulta le dieu de Palmyre (et toujours malgré Baltus), le dieu dit que les colombes craignent le faucon. Quelque chose qui arrivât, le dieu se tirait d'affaire. Le faucon était le vainqueur, les colombes étaient les vaincus.
    Quelquefois des souverains ont employé l'équivoque aussi bien que les dieux. Je ne sais quel tyran ayant juré à un captif de ne le pas tuer, ordonna qu'on ne lui donnât point à manger, disant qu'il lui avait promis de ne le pas faire mourir, mais non de contribuer à le faire vivre.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • équivoque — [ ekivɔk ] adj. et n. f. • 1220; lat. æquivocus « à double sens », de vox « parole » I ♦ Adj. 1 ♦ Vx Didact. Qui offre un même son à l oreille, mais un sens différent à l esprit. ⇒ homonyme. 2 ♦ Mod. Qui peut s interpréter de plusieurs manières,… …   Encyclopédie Universelle

  • Equivoque — Équivoque La Sibylle, spécialiste de l’équivoque. L’équivoque, du latin aequivocus, de aequus : égal, semblable, et vox : voix, parole, est l’expression d’une pensée à double sens, susceptible d’une double interprétation …   Wikipédia en Français

  • equivoque — Equivoque. adj. de 2. g. Qui a un double sens, qui reçoit plusieurs significations, & qui convient à plusieurs choses. Ce discours est équivoque. parole, terme equivoque. cela est equivoque. Equivoque. Se prend quelquefois subst. C est une… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • équivoqué — équivoqué, ée (é ki vo ke, kée) part. passé. Vers équivoqués ou rime équivoquée, voy. équivoque …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Equivoque — Eq ui*voque, Equivoke Eq ui*voke, n. [F. [ e]quivoque. See {Equivocal}.] 1. An ambiguous term; a word susceptible of different significations. Coleridge. [1913 Webster] 2. An equivocation; a guibble. B. Jonson. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Equivoque — (spr. Ekiwohk), zweideutig, doppelsinnig …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Equivoque — (franz., spr. ekiwóck ), s. Äquivok …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Equivoque — (frz., spr. ekiwóck), s.v.w. Äquivok (s.d.) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Equivoque — (frz. ekiwohk), s. äquivok …   Herders Conversations-Lexikon

  • equivoque — or equivoke [ek′wi vōk΄, ē′kwivōk΄] n. [Fr, orig. adj., equivocal < LL aequivocus: see EQUIVOCATE] Now Rare 1. an ambiguous expression or term 2. a pun or punning 3. verbal ambiguity; double meaning …   English World dictionary

  • équivoque — (é ki vo k ) adj. 1°   Qui peut s interpréter en différents sens, s appliquer à différentes choses. Un terme équivoque. Cela est équivoque. •   Vous n avez pas pris garde à ce sens équivoque Qui fait qu en vous flattant il semble qu il se moque,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.