ÉGLOGUE


ÉGLOGUE
    Il semble qu'on ne doive rien ajouter à ce que M. le chevalier de Jaucourt et M. Marmontel ont dit de l'Églogue dans le Dictionnaire encyclopédique; il faut, après les avoir lus, lire Théocrite et Virgile, et ne point faire d'églogues. Elles n'ont été jusqu'à présent parmi nous que des madrigaux amoureux, qui auraient beaucoup mieux convenu aux filles d'honneur de la reine-mère qu'à des bergers.
    L'ingénieux Fontenelle , aussi galant que philosophe, qui n'aimait pas les anciens, donne le plus de ridicule qu'il peut au tendre Théocrite, le maître de Virgile; il lui reproche une églogue qui est entièrement dans le goût rustique; mais il ne tenait qu'à lui de donner de justes éloges à d'autres églogues qui respirent la passion la plus naïve, exprimée avec toute l'élégance et la molle douceur convenable aux sujets.
    Il y en a de comparables à la belle ode de Sapho, traduite dans toutes les langues. Que ne nous donnait-il une idée de la Pharmaceutrée imitée par Virgile, et non égalée peut-être ! On ne pourrait pas en juger par ce morceau que je vais rapporter; mais c'est une esquisse qui fera connaître la beauté du tableau à ceux dont le goût démêle la force de l'original dans la faiblesse même de la copie.
    Reine des nuits, dis quel fut mon amour
    Comme en mon sein les frissons et la flamme
    Se succédaient, me perdaient tour-à-tour
    Quels doux transports égarèrent mon âme
    Comment mes yeux cherchaient en vain le jour
    Comme j'aimais, et sans songer à plaire !
    Je ne pouvais ni parler ni me taire...
    Reine des nuits, dis quel fut mon amour.
    Mon amant vint. O moments délectables !
    Il prit mes mains, tu le sais, tu le vis,
    Tu fus témoin de ses serments coupables,
    De ses baisers, de ceux que je rendis,
    Des voluptés dont je fus enivrée.
    Moments charmants, passez-vous sans retour ?
    Daphnis trahit la foi qu'il m'a jurée.
    Reine des cieux, dis quel fut mon amour.
    Ce n'est là qu'un échantillon de ce Théocrite dont Fontenelle faisait si peu de cas. Les Anglais, qui nous ont donné des traductions en vers de tous les poètes anciens, en ont aussi une de Théocrite; elle est de M. Fawkes: toutes les grâces de l'original s'y retrouvent. Il ne faut pas omettre qu'elle est en vers rimés, ainsi que les traductions anglaises de Virgile et d'Homère. Les vers blancs, dans tout ce qui n'est pas tragédie, ne sont, comme disait Pope , que le partage de ceux qui ne peuvent pas rimer.
    Je ne sais si, après avoir parlé des églogues qui enchantèrent la Grèce et Rome, il sera bien convenable de citer une églogue allemande, et surtout une églogue dont l'amour n'est pas le principal sujet; elle fut écrite dans une ville qui venait de passer sous une domination étrangère.
Églogue allemande.
HERNAND, DERNIN.
DERNIN.
    Consolons-nous, Hernand, l'astre de la nature
    Va de nos aquilons tempérer la froidure
    Le zéphyr à nos champs promet quelques beaux jours
    Nous chanterons aussi nos vins et nos amours.
    Nous n'égalerons point la Grèce et l'Ausonie
    Nous sommes sans printemps, sans fleurs, et sans génie
    Nos voix n'ont jamais eu ces sons harmonieux
    Qu'aux pasteurs de Sicile ont accordés les dieux.
    Ne pourrons-nous jamais, en lisant leurs ouvrages,
    Surmonter l'âpreté de nos climats sauvages ?
    Vers ces coteaux du Rhin que nos soins assidus
    Ont forcés à s'orner des trésors de Bacchus,
    Forçons le dieu des vers, exilé de la Grèce,
    A venir de nos chants adoucir la rudesse.
    Nous connaissons l'amour, nous connaîtrons les vers.
    Orphée était de Thrace; il brava les hivers
    Il aimait; c'est assez: Vénus monta sa lyre.
    Il polit son pays; il eut un doux empire
    Sur des coeurs étonnés de céder à ses lois.
HERNAND.
    On dit qu'il amollit les tigres de ses bois.
    Humaniserons-nous les loups qui nous déchirent ?
    Depuis qu'aux étrangers les destins nous soumirent,
    Depuis que l'esclavage affaissa nos esprits,
    Nos chants furent changés en de lugubres cris.
    D'un commis odieux l'insolence affamée
    Vient ravir la moisson que nous avons semée,
    Vient décimer nos fruits, notre lait, nos troupeaux
    C'est pour lui que ma main couronna ces coteaux
    Des pampres consolants de l'amant d'Ariane.
    Si nous osons nous plaindre, un traitant nous condamne
    Nous craignons de gémir, nous dévorons nos pleurs.
    Ah ! dans la pauvreté, dans l'excès des douleurs,
    Le moyen d'imiter Théocrite et Virgile !
    Il faut pour un coeur tendre un esprit plus tranquille.
    Le rossignol, tremblant dans son obscur séjour,
    N'élève point sa voix sous le bec du vautour.
    Fuyons, mon cher Dernin, ces malheureuses rives.
    Portons nos chalumeaux et nos lyres plaintives
    Aux bords de l'Adigo, loin des yeux des tyrans.
    Et le reste.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ÉGLOGUE — Court poème pastoral, généralement de forme dialoguée, l’églogue exalte les joies de la vie champêtre et de la société des bergers, loin des corruptions aliénantes de la civilisation. En espagnol, le terme a subi une évolution particulière: il… …   Encyclopédie Universelle

  • Eglogue — Églogue Une églogue est un poème de style classique consacré à un sujet pastoral. Les poèmes de ce genre littéraire sont parfois qualifiés de « bucoliques ». Sommaire 1 Étymologie 2 Églogues modernes 3 Variations sur le thème de …   Wikipédia en Français

  • églogue — ÉGLOGUE. subst. fémin. Sorte de Poésie pastorale, où d ordinaire on fait parler des Bergers. Les Églogues de Virgile …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • eglogue — EGLOGUE. s. f. Sorte de Poësie pastorale où d ordinaire on fait parler des bergers. Les Eglogues de Theocrite. les eglogues de Virgile …   Dictionnaire de l'Académie française

  • eglogue — obs. form of eclogue …   Useful english dictionary

  • Églogue — Une églogue est un poème de style classique consacré à un sujet pastoral. Les poèmes de ce genre littéraire sont parfois qualifiés de « bucoliques ». Sommaire 1 Étymologie 2 Églogues modernes 3 Variations sur le thème de Vir …   Wikipédia en Français

  • églogue — (é glo gh ) s. f. 1°   Ouvrage de poésie pastorale, où l on introduit des bergers qui conversent ensemble. Les églogues de Théocrite, de Virgile. •   Viendrai je en une églogue, entouré de troupeaux, Au milieu de Paris enfler mes chalumeaux, Et,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • églogue — egloga ит. [эгло/га] églogue фр. [эгло/г] эклога, пастушеская песня; то же, что ecloga, éclogue …   Словарь иностранных музыкальных терминов

  • ÉGLOGUE — s. f. Sorte de poésie pastorale, où l on fait ordinairement parler des bergers. Les Églogues de Virgile …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉGLOGUE — n. f. Poésie pastorale, où l’on fait ordinairement parler des bergers. Les églogues de Virgile. On dit aussi BUCOLIQUE …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.