ÉCROUELLES


ÉCROUELLES
    Écrouelles, scrofules, appelées humeurs froides, quoiqu'elles soient très caustiques; l'une de ces maladies presque incurables qui défigurent la nature humaine, et qui mènent à une mort prématurée par les douleurs et par l'infection.
    On prétend que cette maladie fut traitée de divine , parce qu'il n'était pas au pouvoir humain de la guérir.
    Peut-être quelques moines imaginèrent que des rois, en qualité d'images de la Divinité, pouvaient avoir le droit d'opérer la cure des scrofuleux, en les touchant de leurs mains qui avaient été ointes. Mais pourquoi ne pas attribuer, à plus forte raison, ce privilège aux empereurs, qui avaient une dignité si supérieure à celle des rois ? pourquoi ne le pas donner aux papes, qui se disaient les maîtres des empereurs, et qui étaient bien autre chose que de simples images de Dieu, puisqu'ils en étaient les vicaires ? Il y a quelque apparence que quelque songe-creux de Normandie, pour rendre l'usurpation de Guillaume-le-Bâtard plus respectable, lui concéda, de la part de Dieu, la faculté de guérir les écrouelles avec le bout du doigt.
    C'est quelque temps après Guillaume qu'on trouve cet usage tout établi. On ne pouvait gratifier les rois d'Angleterre de ce don miraculeux, et le refuser aux rois de France leurs suzerains. C'eût été blesser le respect dû aux lois féodales. Enfin, on fit remonter ce droit à saint Édouard en Angleterre, et à Clovis en France.
    Le seul témoignage un peu croyable que nous ayons de l'antiquité de cet usage , se trouve dans les écrits en faveur de la maison de Lancastre, composés par le chevalier Jean Fortescue, sous le roi Henri VI, reconnu roi de France, à Paris, dans son berceau, et ensuite roi d'Angleterre, et qui perdit ses deux royaumes. Jean Fortescue, grand chancelier d'Angleterre, dit que de temps immémorial les rois d'Angleterre étaient en possession de toucher les gens du peuple malades des écrouelles. On ne voit pourtant pas que cette prérogative rendît leurs personnes plus sacrées dans les guerres de la Rose rouge et de la Rose blanche.
    Les reines qui n'étaient que femmes de rois ne guérissaient pas les écrouelles, parce qu'elles n'étaient pas ointes aux mains comme les rois; mais Élisabeth, reine de son chef, et ointe, les guérissait sans difficulté.
    Il arriva une chose assez triste à Martorillo le Calabrois, que nous nommons saint François de Paule. Le roi Louis XI le fit venir au Plessis-les-Tours pour le guérir des suites de son apoplexie: le saint arriva avec les écrouelles: " Ipse fuit detentus gravi inflatura quam in parte inferiori genae suae dextrae circa guttur patiebatur. Chirurgi dicebant morbum esse scropharum. "
    Le saint ne guérit point le roi, et le roi ne guérit point le saint.
    Quand le roi d'Angleterre Jacques II fut reconduit de Rochester à Whitehall, on proposa de lui laisser faire quelque acte de royauté, comme de toucher les écrouelles; il ne se présenta personne. Il alla exercer sa prérogative en France, à Saint-Germain, où il toucha quelques Irlandaises. Sa fille Marie, le roi Guillaume, la reine Anne, les rois de la maison de Brunswick, ne guérirent personne. Cette mode sacrée passa quand le raisonnement arriva.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • écrouelles — [ ekruɛl ] n. f. pl. • escroiele v. 1245; lat. pop. °scrofellæ, bas lat. scrofulæ→ scrofule ♦ Vx Adénite cervicale chronique d origine tuberculeuse; abcès qu elle provoque. Le roi de France, le jour de son sacre, touchait les écrouelles des… …   Encyclopédie Universelle

  • Ecrouelles — Écrouelles Henri IV touchant les écrouelles, gravure de Pierre Firens extraite de l ouvrage d André du Laurens, De strumis earum causis et curæ, 1609. Écrouelles est le nom désuet d’une maladie d’origine tuberculeuse provoquant des fistules… …   Wikipédia en Français

  • écrouelles — ÉCROUELLES. s. fém. pl. Tumeur pituiteuse et maligne, causée par des humeurs froides, et qui vient aux parties glanduleuses, mais plus ordinairement à la gorge. Le Roi de France touchoit les écrouelles en certaines occasions …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Écrouelles — Henri IV touchant les écrouelles, gravure de Pierre Firens extraite de l ouvrage d André du Laurens, De strumis earum causis et curæ, 1609. Écrouelles est le nom désuet d’une maladie d’origine tuberculeuse (adénopathie cervicale tuberculeuse… …   Wikipédia en Français

  • écrouelles — (é krou è l ) s. f. plur. Maladie caractérisée par la tuméfaction des glandes du cou et par une détérioration générale de la constitution ; c est la même chose que scrofules. Avoir les écrouelles. •   Mme de Soubise avait eu beaucoup d enfants… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉCROUELLES — s. f. pl. Maladie chronique dans laquelle le système lymphatique est particulièrement affecté : elle se manifeste par la dégénérescence tuberculeuse des glandes superficielles, et spécialement des glandes du cou. Les médecins disent plus… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉCROUELLES — n. f. pl. T. de l’ancienne Médecine Maladie chronique dans laquelle le système lymphatique est particulièrement affecté et qui se manifeste par la dégénérescence tuberculeuse des glandes superficielles, et spécialement des glandes du cou. Avoir… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • écrouelles — nfpl. : érlika nfs. (Annecy.003), R. Relique ; tifèla nfs. (003), R. => Pomme de terre …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ÉCROUELLES (TOUCHER DES) — ÉCROUELLES TOUCHER DES La tradition du toucher des malades scrofuleux remonte, selon Marc Bloch (Les Rois thaumaturges ), à Robert le Pieux pour la France et à Henri Ier pour l’Angleterre. Son adoption plus tardive dans ce dernier pays semble… …   Encyclopédie Universelle

  • Scrofule — Écrouelles Henri IV touchant les écrouelles, gravure de Pierre Firens extraite de l ouvrage d André du Laurens, De strumis earum causis et curæ, 1609. Écrouelles est le nom désuet d’une maladie d’origine tuberculeuse provoquant des fistules… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.