DIVINITÉ DE JÉSUS


DIVINITÉ DE JÉSUS
    Les sociniens, qui sont regardés comme des blasphémateurs, ne reconnaissent point la divinité de Jésus-Christ. Ils osent prétendre, avec les philosophes de l'antiquité, avec les Juifs, les mahométans, et tant d'autres nations, que l'idée d'un Dieu homme est monstrueuse, que la distance d'un Dieu à l'homme est infinie, et qu'il est impossible que l'être infini, immense, éternel, ait été contenu dans un corps périssable.
    Ils ont la confiance de citer en leur faveur Eusèbe, évêque de Césarée, qui, dans son Histoire ecclésiastique, livre I, chap. XI, déclare qu'il est absurde que la nature non engendrée, immuable, du Dieu tout puissant, prenne la forme d'un homme. Ils citent les pères de l'Église Justin et Tertullien, qui ont dit la même chose: Justin dans son Dialogue avec Tryphon, et Tertullien dans son Discours contre Praxéas.
    Ils citent saint Paul, qui n'appelle jamais Jésus-Christ Dieu, et qui l'appelle homme très souvent. Ils poussent l'audace jusqu'au point d'affirmer que les chrétiens passèrent trois siècles entiers à former peu à peu l'apothéose de Jésus, et qu'ils n'élevaient cet étonnant édifice qu'à l'exemple des païens, qui avaient divinisé des mortels. D'abord, selon eux, on ne regarda Jésus que comme un homme inspiré de Dieu; ensuite comme une créature plus parfaite que les autres. On lui donna quelque temps après une place au-dessus des anges, comme le dit saint Paul. Chaque jour ajoutait à sa grandeur. Il devint une émanation de Dieu produite dans le temps. Ce ne fut pas assez; on le fit naître avant le temps même. Enfin on le fit Dieu consubstantiel à Dieu. Crellius, Voquelsius, Natalis Alexander, Hornebeck, ont appuyé tous ces blasphèmes par des arguments qui étonnent les sages et qui pervertissent les faibles. Ce fut surtout Fauste Socin qui répandit les semences de cette doctrine dans l'Europe; et sur la fin du seizième siècle il s'en est peu fallu qu'il n'établît une nouvelle espèce de christianisme: il y en avait déjà eu plus de trois cents espèces.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • divinité — [ divinite ] n. f. • XIIIe; « théologie » 1119; lat. divinitas 1 ♦ Essence divine, nature de Dieu, de l Être suprême. La divinité du Verbe, de Jésus, dans la religion chrétienne. L homme dans l état de grâce est « rendu comme semblable à Dieu, et …   Encyclopédie Universelle

  • Jesus-Christ — Jésus Christ Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Jesus Christ — Jésus Christ Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Jésus-christ — Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Jésus Christ — Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Jésus-Christ —  Cet article traite de Jésus en tant que Christ pour les chrétiens, pour l aspect historique de Jésus de Nazareth, voir Jésus de Nazareth. Le Ch …   Wikipédia en Français

  • Jésus dans l'hindouisme — Christologie La christologie est la discipline de la théologie dogmatique qui étudie la personne et les paroles de Jésus Christ, réfléchit sur la confession de foi chrétienne relative à Jésus Christ, à partir notamment de la signification et de l …   Wikipédia en Français

  • divinité — (di vi ni té) s. f. 1°   Qualité de ce qui est divin. •   Les oracles deviennent galimatias par la mauvaise disposition de l organe qui les rend ; ils perdent l opinion de leur première divinité, et n acquièrent point les grâces de l éloquence… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Jesus — Jésus de Nazareth Wikipédia …   Wikipédia en Français

  • Jesus de Nazareth — Jésus de Nazareth Wikipédia …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.