CHANT
CHANT, MUSIQUE, MÉLOPÉE, GESTICULATION, SALTATION.
Questions sur ces objets.
    Un Turc pourra-t-il concevoir que nous ayons une espèce de chant pour le premier de nos mystères, quand nous le célébrons en musique; une autre espèce, que nous appelons des motets, dans le même temple; une troisième espèce à l'Opéra; une quatrième à l'Opéra-Comique ?
    De même pouvons-nous imaginer comment les anciens soufflaient dans leurs flûtes, récitaient sur leurs théâtres, la tête couverte d'un énorme masque; et comment leur déclamation était notée ?
    On promulguait les lois dans Athènes à peu près comme on chante dans Paris un air du Pont-Neuf. Le crieur public chantait un édit en se faisant accompagner d'une lyre.
    C'est ainsi qu'on crie dans Paris, la rose et le bouton sur un ton, vieux passements d'argent à vendre sur un autre; mais dans les rues de Paris on se passe de lyre.
    Après la victoire de Chéronée, Philippe, père d'Alexandre, se mit à chanter le décret par lequel Démosthène lui avait fait déclarer la guerre, et battit du pied la mesure. Nous sommes fort loin de chanter dans nos carrefours nos édits sur les finances et sur les deux sous pour livre.
    Il est très vraisemblable que la mélopée, regardée par Aristote, dans sa Poétique, comme une partie essentielle de la tragédie, était un chant uni et simple comme celui de ce qu'on nomme la préface à la messe, qui est, à mon avis, le chant grégorien, et non l'ambrosien, mais qui est une vraie mélopée.
    Quand les Italiens firent revivre la tragédie au seizième siècle, le récit était une mélopée, mais qu'on ne pouvait noter; car qui peut noter des inflexions de voix qui sont des huitièmes, des seizièmes de ton ? on les apprenait par coeur. Cet usage fut reçu en France quand les Français commencèrent à former un théâtre, plus d'un siècle après les Italiens. La Sophonisbe de Mairet se chantait comme celle du Trissin, mais plus grossièrement; car on avait alors le gosier un peu rude à Paris, ainsi que l'esprit. Tous les rôles des acteurs, mais surtout des actrices, étaient notés de mémoire par tradition. Mademoiselle Beauval, actrice du temps de Corneille, de Racine et de Molière, me récita, il y a quelque soixante ans et plus, le commencement du rôle d'Émilie dans Cinna, tel qu'il avait été débité dans les premières représentations par la Beaupré.
    Cette mélopée ressemblait à la déclamation d'aujourd'hui beaucoup moins que notre récit moderne ne ressemble à la manière dont on lit la gazette.
    Je ne puis mieux comparer cette espèce de chant, cette mélopée, qu'à l'admirable récitatif de Lulli, critiqué par les adorateurs des doubles croches, qui n'ont aucune connaissance du génie de notre langue, et qui veulent ignorer combien cette mélodie fournit de secours à un acteur ingénieux et sensible.
    La mélopée théâtrale périt avec la comédienne Duclos, qui n'ayant pour tout mérite qu'une belle voix, sans esprit et sans âme, rendit enfin ridicule ce qui avait été admiré dans la Des Oeillets et dans la Champmêlé.
    Aujourd'hui on joue la tragédie sèchement: si on ne la réchauffait point par le pathétique du spectacle et de l'action, elle serait très insipide. Notre siècle, recommandable par d'autres endroits, est le siècle de la sécheresse.
    Est-il vrai que chez les Romains un acteur récitait, et un autre faisait les gestes ?
    Ce n'est point par méprise que l'abbé Dubos imagina cette plaisante façon de déclamer. Tite-Live, qui ne néglige jamais de nous instruire des moeurs et des usages des Romains, et qui en cela est plus utile que l'ingénieux et satirique Tacite; Tite-Live, dis-je, nous apprend qu'Andronicus, s'étant enroué en chantant dans les intermèdes, obtint qu'un autre chantât pour lui tandis qu'il exécuterait la danse, et que de là vint la coutume de partager les intermèdes entre les danseurs et les chanteurs. " Dicitur cantum egisse magis vigente motu quum nihil vocis usus impediebat. " Il exprima le chant par la danse. " Cantum egisse magis vigente motu, " avec des mouvements plus vigoureux.
    Mais on ne partagea point le récit de la pièce entre un acteur qui n'eût fait que gesticuler, et un autre qui n'eût que déclamé. La chose aurait été aussi ridicule qu'impraticable.
    L'art des pantomimes, qui jouent sans parler, est tout différent, et nous en avons vu des exemples très frappants; mais cet art ne peut plaire que lorsqu'on représente une action marquée, un événement théâtral qui se dessine aisément dans l'imagination du spectateur. On peut représenter Orosmane tuant Zaïre, et se tuant lui-même; Sémiramis se traînant blessée sur les marches du tombeau de Ninus, et tendant les bras à son fils. On n'a pas besoin de vers pour exprimer ces situations par des gestes, au son d'une symphonie lugubre et terrible. Mais comment deux pantomimes peindront-ils la dissertation de Maxime et de Cinna sur les gouvernements monarchiques et populaires ?
    A propos de l'exécution théâtrale chez les Romains, l'abbé Dubos dit que les danseurs dans les intermèdes étaient toujours en robe. La danse exige un habit plus leste. On conserve précieusement dans le pays de Vaud une grande salle de bains bâtie par les Romains, dont le pavé est en mosaïque. Cette mosaïque, qui n'est point dégradée, représente des danseurs vêtus précisément comme les danseurs de l'Opéra. On ne fait pas ces observations pour relever des erreurs dans Dubos; il n'y a nul mérite dans le hasard d'avoir vu ce monument antique qu'il n'avait point vu; et on peut d'ailleurs être un esprit très solide et très juste, en se trompant sur un passage de Tite-Live.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CHANT — Le chant est d’abord expression naturelle de l’être humain, que la voix soit belle ou non, éduquée ou non. Qu’il soit plaisir pur, qu’il ait vocation cultuelle, esthétique ou cathartique, qu’il se réclame de traditions millénaires ou des formes… …   Encyclopédie Universelle

  • chant — 1. (chan) s. m. 1°   Sorte de modification de la voix humaine par laquelle on forme des sons variés, appréciables et soumis à des intervalles réguliers. •   Il nous entretint de l usage où l on a toujours été de mêler le chant aux plaisirs de la… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • chant — CHANT. subst. masc. Élévation et inflexion de voix sur différens tons, avec modulation. Beau chant. Chant agréable, harmonieux, mélodieux. Chant triste, lugubre. Chant d alégresse. Chant de triomphe. Chant nuptial. Chant pastoral. Mettre un air… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • chant — s. m. Eslevation & inflexion de voix sur differents tons, avec quelque sorte d harmonie. Beau chant. chant agreable. harmonieux, melodieux. chant triste, lugubre. chant d allegresse. chant de triomphe. chant nuptial. il ne met pas bien cet air en …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Chant — Chant, n. [F. chant, fr. L. cantus singing, song, fr. canere to sing. See {Chant}, v. t.] 1. Song; melody. [1913 Webster] 2. (Mus.) A short and simple melody, divided into two parts by double bars, to which unmetrical psalms, etc., are sung or… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Chant 2 — Studio album by Merzbow Released 1985 Genre Noise Length 47:48 …   Wikipedia

  • Chant — Chant, v. t. [imp. & p. p. {Chanted}; p. pr. & vb. n. {Chanting}.] [F. chanter, fr. L. cantare, intens. of canere to sing. Cf. {Cant} affected speaking, and see {Hen}.] 1. To utter with a melodious voice; to sing. [1913 Webster] The cheerful… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • chant — Chant, Cantus. Commencer le chant, Praecinere. Quand on va disant un chant, Fundere sonum. Un chant de dueil sur la mort d un trespassé, Naenia, aut Naeniae, naeniarum. Chant de plusieurs instrumens d accord, qui accordent ensemble, Symphoniae… …   Thresor de la langue françoyse

  • Chant — Chant, v. i. 1. To make melody with the voice; to sing. Chant to the sound of the viol. Amos vi. 5. [1913 Webster] 2. (Mus.) To sing, as in reciting a chant. [1913 Webster] {To chant horses} or {To chaunt horses}, to sing their praise; to… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • chant — [chant, chänt] n. [Fr < L cantus, song < the v.] 1. a song; melody 2. a) a simple liturgical song in which a string of syllables or words is sung to each tone b) words, as of a canticle or psalm, to be sung in this way 3. a) …   English World dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”