CELTES
    Parmi ceux qui ont eu assez de loisir, de secours et de courage pour rechercher l'origine des peuples, il y en a eu qui ont cru trouver celle de nos Celtes, ou qui du moins ont voulu faire accroire qu'ils l'avaient rencontrée: cette illusion était le seul prix de leurs travaux immenses; il ne faut pas la leur envier.
    Du moins quand vous voulez connaître quelque chose des Huns (quoiqu'ils ne méritent guère d'être connus, puisqu'ils n'ont rendu aucun service au genre humain), vous trouvez quelques faibles notices de ces barbares chez les Chinois, ce peuple le plus ancien des nations connues, après les Indiens. Vous apprenez d'eux que les Huns allèrent dans certains temps, comme des loups affamés, ravager des pays regardés encore aujourd'hui comme des lieux d'exil et d'horreur. C'est une bien triste et bien misérable science. Il vaut mieux sans doute cultiver un art utile à Paris, à Lyon, et à Bordeaux, que d'étudier sérieusement l'histoire des Huns et des ours; mais enfin on est aidé dans ces recherches par quelques archives de la Chine.
    Pour les Celtes, point d'archives; on ne connaît pas plus leurs antiquités que celles des Samoïèdes et des terres australes.
    Nous n'avons rien appris de nos ancêtres que par le peu de mots que Jules César leur conquérant a daigné en dire. Il commence ses Commentaires par distinguer toutes les Gaules en Belges, Aquitainiens, et Celtes.
    De là quelques fiers savants ont conclu que les Celtes étaient les Scythes, et dans ces Scythes-Celtes ils ont compris toute l'Europe. Mais pourquoi pas toute la terre ? pourquoi s'arrêter en si beau chemin ?
    On n'a pas manqué de nous dire que Japhet, fils de Noé, vint au plus vite au sortir de l'arche peupler de Celtes toutes ces vastes contrées, qu'il gouverna merveilleusement bien. Mais des auteurs plus modestes rapportent l'origine de nos Celtes à la tour de Babel, à la confusion des langues, à Gomer, dont jamais personne n'entendit parler, jusqu'au temps très récent où quelques Occidentaux lurent le nom de Gomer dans une mauvaise traduction des Septante.
    Et voilà justement comme on écrit l'histoire.
    Bochart, dans sa Chronologie sacrée (quelle chronologie !), prend un tour fort différent; il fait de ces hordes innombrables de Celtes une colonie égyptienne, conduite habilement et facilement des bords fertiles du Nil par Hercule dans les forêts et dans les marais de la Germanie, où sans doute ces colons portèrent tous les arts, la langue égyptienne, et les mystères d'Isis, sans qu'on ait pu jamais en retrouver la moindre trace.
    Ceux-là m'ont paru avoir encore mieux rencontré, qui ont dit que les Celtes des montagnes du Dauphiné étaient appelés Cottiens de leur roi Cottius; les Bérichons, de leur roi Bétrich; les Welches ou Gaulois, de leur roi Vallus; les Belges, de Balgen, qui veut dire hargneux.
    Une origine encore plus belle, c'est celle des Celtes-Pannoniens, du mot latin Pannus, drap, attendu, nous dit-on, qu'ils se vêtissaient de vieux morceaux de drap mal cousus, assez ressemblants à l'habit d'Arlequin. Mais la meilleure origine est sans contredit la tour de Babel.
    O braves et généreux compilateurs, qui avez tant écrit sur des hordes de sauvages qui ne savaient ni lire ni écrire, j'admire votre laborieuse opiniâtreté ! Et vous, pauvres Celtes-Welches, permettez-moi de vous dire, aussi bien qu'aux Huns, que des gens qui n'ont pas eu la moindre teinture des arts utiles ou agréables, ne méritent pas plus nos recherches que les porcs et les ânes qui ont habité leur pays.
    On dit que vous étiez anthropophages; mais qui ne l'a pas été ?
    On me parle de vos druides qui étaient de très savants prêtres: allons donc à l'article DRUIDES.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CELTES — Peuple antique d’Europe occidentale, les Celtes ont occupé l’Allemagne du Sud, la Gaule, les îles Britanniques, l’Espagne, l’Italie du Nord, et ont constitué d’importantes principautés dans les Balkans et en Asie Mineure. Ayant entretenu des… …   Encyclopédie Universelle

  • Celtes — (eigentlich Pickel od. Meißel, gr. Protucius), Konrad, geb. 1459 (1460) zu Wipfelde in Franken, sollte ein Weinbauer werden, ging aber nach Köln u. auf die Schule, studirte dann auf mehreren deutschen u. italienischen Universitäten, erhielt 1487… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Celtes — (griech. Übersetzung des eigentlichen Namens Pickel), Konrad, Humanist und lat. Dichter, geb. 1. Febr. 1459 in Wipfeld bei Schweinfurt, gest. 4. Febr. 1508 in Wien, entlief seinem Vater, der ihn zum Winzer bestimmt hatte, und studierte seit 1477… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Celtes — Celtes, eigentlich Schäfer oder Scheffer, Konrad, geb. 1459 zu Wipfeld bei Würzburg, deutscher Gelehrter, Förderer des klassischen Studiums, auch verdient um Geschichte und Geographie, lehrte in Heidelberg, Leipzig, Erfurt, Ingolstadt, Regensburg …   Herders Conversations-Lexikon

  • CELTES — melius Caeltes, Ausonio, Epigr. 57. v. 6. caelum a caelo, i. e. γλύφω, in veteri lapide apud Gruterum et Aldam: Nam neque hîc atramentum, vel papyrus, aut membrana ulla adhuc; sed malleolo et caelte literatus silex: stylus est ferreus, Graece… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Celtes —  Cet article a pour sujet la civilisation celtique antique jusqu à la conquête romaine et la christianisation de l Irlande. Pour plus d informations sur les nations celtiques contemporaines, voir l article Pays celtiques …   Wikipédia en Français

  • Celtes Historiques — Diffusion des proto celtes de la Tène jusque là civilisation de Hallstatt ; la zone la plus étendue correspond à l extension linguistique attestée, jusque 400, ce qui précède immédiatement l arrivée des Gaulois dans la péninsule italique.… …   Wikipédia en Français

  • Celtes, Conrad — • German Humanist, b. at Wipfeld in Lower Franconia, 1 February, 1459; d. at Vienna, 4 February, 1508 Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006 …   Catholic encyclopedia

  • CELTES Conradus — vide Conradus …   Hofmann J. Lexicon universale

  • CELTES Protucius Conradus — Suinfurto ad Moenum oriundus, saeculô 15. a Friderico Imperatore Poeta coronatus est, primus Germanorum id honoris adeptus. Discipulus fuit Rodolphi Agricolae, in Germania, Marsilii Ficini, Sabellici, Pomponii, etc. in Italia. Scriptis Poeticis… …   Hofmann J. Lexicon universale

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”