BULGARES
BULGARES OU BOULGARES.
    Puisqu'on a parlé des Bulgares dans le Dictionnaire encyclopédique, quelques lecteurs seront peut-être bien aises de savoir qui étaient ces étranges gens, qui parurent si méchants qu'on les traita d'hérétiques, et dont ensuite on donna le nom en France aux non-conformistes, qui n'ont pas pour les dames toute l'attention qu'ils leur doivent; de sorte qu'aujourd'hui on appelle ces messieurs Boulgares, en retranchant l et a.
    Les anciens Boulgares ne s'attendaient pas qu'un jour dans les halles de Paris, le peuple, dans la conversation familière, s'appellerait mutuellement Boulgares, en y ajoutant des épithètes qui enrichissent la langue.
    Ces peuples étaient originairement des Huns qui s'étaient établis auprès du Volga; et de Volgares on fit aisément Boulgares.
    Sur la fin du septième siècle, ils firent des irruptions vers le Danube, ainsi que tous les peuples qui habitaient la Sarmatie; et ils inondèrent l'empire romain comme les autres. Ils passèrent par la Moldavie, la Valachie, où les Russes, leurs anciens compatriotes, ont porté leurs armes victorieuses en 1769, sous l'empire de Catherine II.
    Ayant franchi le Danube, ils s'établirent dans une partie de la Dacie et de la Moesie, et donnèrent leur nom à ces pays qu'on appelle encore Bulgarie. Leur domination s'étendait jusqu'au mont Hémus et au Pont-Euxin.
    L'empereur Nicéphore, successeur d'Irène, du temps de Charlemagne, fut assez imprudent pour marcher contre eux après avoir été vaincu par les Sarrasins; il le fut aussi par les Bulgares. Leur roi, nommé Crom, lui coupa la tête, et fit de son crâne une coupe dont il se servait dans ses repas, selon la coutume de ces peuples, et de presque tous les hyperboréens.
    On conte qu'au neuvième siècle, un Bogoris qui faisait la guerre à la princesse Théodora, mère et tutrice de l'empereur Michel, fut si charmé de la noble réponse de cette impératrice à sa déclaration de guerre, qu'il se fit chrétien.
    Les Boulgares, qui n'étaient pas si complaisants, se révoltèrent contre lui; mais Bogoris leur ayant montré une croix, ils se firent tous baptiser sur-le-champ. C'est ainsi que s'en expliquent les auteurs grecs du Bas-Empire, et c'est ainsi que le disent après eux nos compilateurs.
    Et voilà justement comme on écrit l'histoire.
    Théodora était, disent-ils, une princesse très religieuse, et qui même passa ses dernières années dans un couvent. Elle eut tant d'amour pour la religion catholique grecque, qu'elle fit mourir, par divers supplices, cent mille hommes qu'on accusait d'être manichéens. " C'était, dit le modeste continuateur d'Échard, la plus impie, la plus détestable, la plus dangereuse, la plus abominable de toutes les hérésies. Les censures ecclésiastiques étaient des armes trop faibles contre des hommes qui ne reconnaissaient point l'Église. "
    On prétend que les Bulgares, voyant qu'on tuait tous les manichéens, eurent dès ce moment du penchant pour leur religion, et la crurent la meilleure puisqu'elle était persécutée; mais cela est bien fin pour des Bulgares.
    Le grand schisme éclata dans ce temps-là plus que jamais entre l'Église grecque, sous le patriarche Photius, et l'Église latine sous le pape Nicolas 1er. Les Bulgares prirent le parti de l'Église grecque. Ce fut probablement dès lors qu'on les traita en Occident d'hérétiques, et qu'on y ajouta la belle épithète dont on les charge encore aujourd'hui.
    L'empereur Basile leur envoya, en 871, un prédicateur nommé Pierre de Sicile, pour les préserver de l'hérésie du manichéisme; et on ajoute que dès qu'ils l'eurent écouté, ils se firent manichéens. Il se peut très bien que ces Bulgares, qui buvaient dans le crâne de leurs ennemis, ne fussent pas d'excellents théologiens, non plus que Pierre de Sicile.
    Il est singulier que ces barbares, qui ne savaient ni lire ni écrire, aient été regardés comme des hérétiques très déliés, contre lesquels il était très dangereux de disputer. Ils avaient certainement autre chose à faire qu'à parler de controverse, puisqu'ils firent une guerre sanglante aux empereurs de Constantinople pendant quatre siècles de suite, et qu'ils assiégèrent même la capitale de l'empire.
    Au commencement du treizième siècle, l'empereur Alexis voulant se faire reconnaître par les Bulgares, leur roi Joannic lui répondit qu'il ne serait jamais son vassal. Le pape Innocent III ne manqua pas de saisir cette occasion pour s'attacher le royaume de Bulgarie. Il envoya au roi Joannic un légat pour le sacrer roi, et prétendit lui avoir conféré le royaume, qui ne devait plus relever que du Saint-Siége.
    C'était le temps le plus violent des croisades; le Bulgare, indigné, fit alliance avec les Turcs, déclara la guerre au pape et à ses croisés, prit le prétendu empereur Baudouin prisonnier, lui fit couper les bras, les jambes et la tête, et se fit une coupe de son crâne, à la manière de Crom. C'en était bien assez pour que les Bulgares fussent en horreur à toute l'Europe: on n'avait pas besoin de les appeler manichéens, nom qu'on donnait alors à tous les hérétiques; car manichéen, patarin et vaudois, c'était la même chose. On prodiguait ces noms à quiconque ne voulait pas se soumettre à l'Église romaine.
    Le mot de Boulgare, tel qu'on le prononçait, fut une injure vague et indéterminée, appliquée à quiconque avait des moeurs barbares ou corrompues. C'est pourquoi, sous saint Louis, frère Robert, grand inquisiteur, qui était un scélérat, fut accusé juridiquement d'être un boulgare par les communes de Picardie. Philippe-le-Bel donna cette épithète à Boniface VIII.
    Ce terme changea ensuite de signification vers les frontières de France; il devint un terme d'amitié. Rien n'était plus commun en Flandre, il y a quarante ans, que de dire d'un jeune homme bien fait, c'est un joli boulgare; un bon homme était un bon boulgare.
    Lorsque Louis XIV alla faire la conquête de la Flandre, les Flamands disaient en le voyant: " Notre gouverneur est un bien plat boulgare en comparaison de celui-ci. "
    En voilà assez pour l'étymologie de ce beau nom.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bulgares — Cet article concerne le peuple bulgare actuel. Pour le peuple historique d Asie centrale, voir Proto Bulgares. Pour les autres significations, voir Bulgare (homonymie). Bulgares …   Wikipédia en Français

  • BULGARES (POPULATIONS) — BULGARES POPULATIONS Il est admis que les courants d’émigration bulgare des cinq derniers siècles, en dehors de la péninsule, étaient dus à l’oppression du pouvoir ottoman. Mais ces courants d’émigration partaient en réalité des montagnes de la… …   Encyclopédie Universelle

  • Bulgares de la Volga et de la Kama — tribus turques qui fondèrent, au IXe s., un roy. dans la région comprise entre la Volga et son affl., la Kama. Ce royaume, islamisé par les Arabes au Xe s., devint, du Xe au XIIIe s., un grand centre comm. (fourrures, ivoire, esclaves) et fut… …   Encyclopédie Universelle

  • Bulgares de Roumanie — Les communautés bulgares de Roumanie Les Bulgares constituent une minorité nationale de Roumanie et sont au nombre de 8 025 selon le recensement de 2002, chiffre en baisse puisqu’en 1992 ils étaient 9 851. En dépit de cette baisse le… …   Wikipédia en Français

  • Bulgares de la Volga — Bulgarie de la Volga Carte de la Bulgarie de la Volga La Bulgarie de la Volga est un ancien État qui a existé entre le VIIe siècle et le XIIIe siècle aux alentou …   Wikipédia en Français

  • Les Proto-Bulgares — Bulgares Cet article traite du peuple proto bulgare, un peuple iranien, et de la langue proto bulgare, une langue iranienne, avec des éléments turcs. Pour consulter l article sur la langue bulgare actuelle, une langue de la famille des langues… …   Wikipédia en Français

  • Affaire Des Infirmières Bulgares — L affaire des infirmières bulgares est une longue procédure diplomatico judiciaire qui eut lieu en Libye entre 1999 et 2007 et dans laquelle les inculpés, cinq infirmières bulgares (Kristiyana Vultchéva, Nassia Nénova, Valéntina Siropoulo, Valya… …   Wikipédia en Français

  • Affaire des infirmieres bulgares — Affaire des infirmières bulgares L affaire des infirmières bulgares est une longue procédure diplomatico judiciaire qui eut lieu en Libye entre 1999 et 2007 et dans laquelle les inculpés, cinq infirmières bulgares (Kristiyana Vultchéva, Nassia… …   Wikipédia en Français

  • Infirmières bulgares — Affaire des infirmières bulgares L affaire des infirmières bulgares est une longue procédure diplomatico judiciaire qui eut lieu en Libye entre 1999 et 2007 et dans laquelle les inculpés, cinq infirmières bulgares (Kristiyana Vultchéva, Nassia… …   Wikipédia en Français

  • Affaire des infirmières bulgares — L affaire des infirmières bulgares est une longue procédure diplomatico judiciaire qui eut lieu en Libye entre 1999 et 2007 et dans laquelle les inculpés, cinq infirmières bulgares (Kristiyana Valtchéva, Nassia Nénova, Valentina Siropoulo, Valya… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”