BOUC
Bestialité, sorcellerie.
    Les honneurs de toute espèce que l'antiquité a rendus aux boucs seraient bien étonnants, si quelque chose pouvait étonner ceux qui sont un peu familiarisés avec le monde ancien et moderne. Les Égyptiens et les Juifs désignèrent souvent les rois et les chefs du peuple par le mot de bouc. Vous trouverez dans Zacharie: " La fureur du Seigneur s'est irritée contre les pasteurs du peuple, contre les boucs; elle les visitera. Il a visité son troupeau la maison de Juda, et il en a fait son cheval de bataille. "
    " Sortez de Babylone, dit Jérémie aux chefs du peuple; soyez les boucs à la tête du troupeau. "
    Isaïe s'est servi aux chapitres X et XIV du terme de bouc, qu'on a traduit par celui de prince.
    Les Égyptiens firent bien plus que d'appeler leurs rois boucs; ils consacrèrent un bouc dans Mendès, et l'on dit même qu'ils l'adorèrent. Il se peut très bien que le peuple ait pris en effet un emblème pour une divinité; c'est ce qui ne lui arrive que trop souvent.
    Il n'est pas vraisemblable que les shoen ou shotim d'Égypte, c'est-à-dire les prêtres, aient à la fois immolé et adoré des boucs. On sait qu'ils avaient leur bouc Hazazel qu'ils précipitaient orné et couronné de fleurs pour l'expiation du peuple, et que les Juifs prirent d'eux cette cérémonie, et jusqu'au nom même d'Hazazel, ainsi qu'ils adoptèrent plusieurs autres rites de l'Égypte.
    Mais les boucs reçurent encore un honneur plus singulier; il est constant qu'en Égypte plusieurs femmes donnèrent avec les boucs le même exemple que donna Pasiphaé avec son taureau. Hérodote raconte que lorsqu'il était en Égypte, une femme eut publiquement ce commerce abominable dans le nome de Mendès: il dit qu'il en fut très étonné, mais il ne dit point que la femme fût punie.
    Ce qui est encore plus étrange, c'est que Plutarque et Pindare, qui vivaient dans des siècles si éloignés l'un de l'autre, s'accordent tous deux à dire qu'on présentait des femmes au bouc consacré. Cela fait frémir la nature. Pindare dit, ou bien on lui fait dire:
    Charmantes filles de Mendès,
    Quels amants cueillent sur vos lèvres
    Les doux baisers que je prendrais ?
    Quoi ! ce sont les maris des chèvres !
    Les Juifs n'imitèrent que trop ces abominations. Jéroboam institua des prêtres pour le service de ses veaux et de ses boucs. Le texte hébreu porte expressément boucs. Mais ce qui outragea la nature humaine, ce fut le brutal égarement de quelques Juives qui furent passionnées pour des boucs, et des Juifs qui s'accouplèrent avec des chèvres. Il fallut une loi expresse pour réprimer cette horrible turpitude. Cette loi fut donnée dans le Lévitique , et y est exprimée à plusieurs reprises. D'abord c'est une défense éternelle de sacrifier aux velus avec lesquels on a forniqué. Ensuite une autre défense aux femmes de se prostituer aux bêtes , et aux hommes de se souiller du même crime. Enfin, il est ordonné que quiconque se sera rendu coupable de cette turpitude sera mis à mort avec l'animal dont il aura abusé. L'animal est réputé aussi criminel que l'homme et la femme; il est dit que leur sang retombera sur eux tous.
    C'est principalement des boucs et des chèvres dont il s'agit dans ces lois, devenues malheureusement nécessaires au peuple hébreu. C'est aux boucs et aux chèvres, aux asirim, qu'il est dit que les Juifs se sont prostitués: asiri, un bouc et une chèvre; asirim, des boucs et des chèvres. Cette fatale dépravation était commune dans plusieurs pays chauds. Les Juifs alors erraient dans un désert où l'on ne peut guère nourrir que des chèvres et des boucs. On ne sait que trop combien cet excès a été commun chez les bergers de la Calabre, et dans plusieurs autres contrées de l'Italie.
    Virgile même en parle dans sa troisième églogue: le " Novimus et qui te transversa tuentibus hircis " n'est que trop connu.
    On ne s'en tint pas à ces abominations. Le culte du bouc fut établi dans l'Égypte, et dans les sables d'une partie de la Palestine. On crut opérer des enchantements par le moyen des boucs, des égypans, et de quelques autres monstres auxquels on donnait toujours une tête de bouc.
    La magie, la sorcellerie passa bientôt de l'Orient dans l'Occident, et s'étendit dans toute la terre. On appelait sabbatum chez les Romains l'espèce de sorcellerie qui venait des Juifs, en confondant ainsi leur jour sacré avec leurs secrets infâmes. C'est de là qu'enfin être sorcier et aller au sabbat fut la même chose chez les nations modernes.
    De misérables femmes de village trompées par des fripons, et encore plus par la faiblesse de leur imagination, crurent qu'après avoir prononcé le mot abraxa, et s'être frottées d'un onguent mêlé de bouse de vache et de poil de chèvre, elles allaient au sabbat sur un manche à balai pendant leur sommeil, qu'elles y adoraient un bouc, et qu'il avait leur jouissance.
    Cette opinion était universelle. Tous les docteurs prétendaient que c'était le diable qui se métamorphosait en bouc. C'est ce qu'on peut voir dans les Disquisitions de Del Rio et dans cent autres auteurs. Le théologien Grillandus, l'un des grands promoteurs de l'inquisition, cité par Del Rio , dit que les sorciers appellent le bouc Martinet. Il assure qu'une femme qui s'était donnée à Martinet, montait sur son dos et était transportée en un instant dans les airs à un endroit nommé la noix de Bénévent.
    Il y eut des livres où les mystères des sorciers étaient écrits. J'en ai vu un à la tête duquel on avait dessiné assez mal un bouc, et une femme à genoux derrière lui. On appelait ces livres Grimoires en France, et ailleurs l'Alphabet du diable. Celui que j'ai vu ne contenait que quatre feuillets en caractères presque indéchiffrables, tels à peu près que ceux de l'Almanach du berger.
    La raison et une meilleure éducation auraient suffi pour extirper en Europe une telle extravagance; mais au lieu de raison on employa les supplices. Si les prétendus sorciers eurent leur grimoire, les juges eurent leur code des sorciers. Le jésuite Del Rio, docteur de Louvain, fit imprimer ses Disquisitions magiques en l'an 1599: il assure que tous les hérétiques sont magiciens, et il recommande souvent qu'on leur donne la question. Il ne doute pas que le diable ne se transforme en bouc et n'accorde ses faveurs à toutes les femmes qu'on lui présente. Il cite plusieurs jurisconsultes qu'on nomme démonographes , qui prétendent que Luther naquit d'un bouc et d'une femme. Il assure qu'en l'année 1595, une femme accoucha dans Bruxelles d'un enfant que le diable lui avait fait, déguisé en bouc, et qu'elle fut punie; mais il ne dit pas de quel supplice.
    Celui qui a le plus approfondi la jurisprudence de la sorcellerie est un nommé Boguet, grand-juge en dernier ressort d'une abbaye de Saint-Claude en Franche-Comté. Il rend raison de tous les supplices auxquels il a condamné des sorcières et des sorciers: le nombre en est très considérable. Presque toutes ces sorcières sont supposées avoir couché avec le bouc.
    On a déjà dit que plus de cent mille prétendus sorciers ont été exécutés à mort en Europe. La seule philosophie a guéri enfin les hommes de cette abominable chimère, et a enseigné aux juges qu'il ne faut pas brûler les imbéciles.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bouc — bouc …   Dictionnaire des rimes

  • bouc — [ buk ] n. m. • buc 1121; gallo roman °buccus, p. ê. du gaul. °bucco ou de bouquer « frapper avec des cornes » → bouter 1 ♦ Mâle de la chèvre (bovidés). La barbe du bouc. Vieux bouc. ⇒ 1. bouquin. Puanteur de bouc. ⇒ hircin. Cuir de bouc. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • bouc — BOUC. s. m. Espece de beste à cornes, qui est le masle de la chevre. Bouc puant. une peau de bouc. Bouc emissaire. En terme de l Escriture, estoit le bouc tiré au sort, & que l on envoyoit au desert comme reprouvé. Bouc, signifie aussi, La peau… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bouc — ist Namensbestandteil zweier Gemeinden im französischen Département Bouches du Rhône: Bouc Bel Air Port de Bouc Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort bezeichneter Begriffe …   Deutsch Wikipedia

  • Bouc — (spr. Buk), 1) felsige Insel im Mittelmeere, im Arrondissement Aix des französischen Departements Rhônemündungen; hat Leuchtthurm u. Hafen, ist Niederlage für das aus dem dabei liegenden See Berre gewonnene Salz; 2) la Port du B.), der Hafen von… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • BOUC — s. m. (On prononce le C.) Animal à cornes, qui est le mâle de la chèvre. Bouc puant. Une peau de bouc. Les cornes d un bouc. La barbe d un bouc. Fig. et fam., Barbe de bouc, se dit de La barbe d un homme, lorsqu il n en a que sous le menton. Il a …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • bouc — (bouk ; au pl. l s ne se lie pas : les bouk et... ; certains lient : les bouk z et....) s. m. 1°   Mâle de la chèvre, qui répand une odeur très forte et très désagréable. Puer comme un bouc. •   Ai je besoin du sang des boucs et des génisses ?,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BOUC — n. m. Animal à cornes, qui est le mâle de la chèvre. Bouc puant. Une peau de bouc. Les cornes d’un bouc. La barbe d’un bouc. Fig. et fam., Barbe de bouc se dit de la Barbe d’un homme lorsqu’il n’en a que sous le menton. En termes de Botanique,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Bouc — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Bouc », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le mot bouc peut désigner : le bouc, le mâle …   Wikipédia en Français

  • bouc — Un Bouc, Hircus, aut Hirquus, Hoedus. Boucs qui paissent, Pascentes hoedi. Un bouc chastré, Caper. Peaux de boucs, Hoedinae pelliculae. Barbe de bouc, Hirquina barba, Aruncus. Boucs qui ne font que heurter les autres, Hoedi petulci …   Thresor de la langue françoyse

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”