BLASPHÈME
    C'est un mot grec qui signifie, atteinte à la réputation. Blasphemia se trouve dans Démosthène. De là vient, dit Ménage, le mot de blâmer. Blasphème ne fut employé dans l'Église grecque que pour signifier injure faite à Dieu. Les Romains n'employèrent jamais cette expression, ne croyant pas apparemment qu'on pût jamais offenser l'honneur de Dieu comme on offense celui des hommes.
    Il n'y a presque point de synonymes. Blasphème n'emporte pas tout-à-fait l'idée de sacrilège. On dira d'un homme qui aura pris le nom de Dieu en vain, qui dans l'emportement de la colère aura ce qu'on appelle juré le nom de Dieu, c'est un blasphémateur; mais on ne dira pas, c'est un sacrilège. L'homme sacrilège est celui qui se parjure sur l'Évangile, qui étend sa rapacité sur les choses consacrées, qui détruit les autels, qui trempe sa main dans le sang des prêtres.
    Les grands sacrilèges ont toujours été punis de mort chez toutes les nations, et surtout les sacrilèges avec effusion de sang.
    L'auteur des Instituts au droit criminel compte parmi les crimes de lèse-majesté divine au second chef l'inobservation des fêtes et des dimanches. Il devait ajouter, l'inobservation accompagnée d'un mépris marqué; car la simple négligence est un péché, mais non pas un sacrilège, comme il le dit. Il est absurde de mettre dans le même rang, comme fait cet auteur, la simonie, l'enlèvement d'une religieuse, et l'oubli d'aller à vêpres un jour de fête. C'est un grand exemple des erreurs où tombent les jurisconsultes qui, n'ayant pas été appelés à faire des lois, se mêlent d'interpréter celles de l'État.
    Les blasphèmes prononcés dans l'ivresse, dans la colère, dans l'excès de la débauche, dans la chaleur d'une conversation indiscrète, ont été soumis par les législateurs à des peines beaucoup plus légères. Par exemple, l'avocat que nous avons déjà cité dit que les lois de France condamnent les simples blasphémateurs à une amende pour la première fois, double pour la seconde, triple pour la troisième, quadruple pour la quatrième. Le coupable est mis au carcan pour la cinquième récidive, au carcan encore pour la sixième, et la lèvre supérieure est coupée avec un fer chaud; et pour la septième fois on lui coupe la langue. Il fallait ajouter que c'est l'ordonnance de 1666.
    Les peines sont presque toujours arbitraires; c'est un grand défaut dans la jurisprudence. Mais aussi ce défaut ouvre une porte à la clémence, à la compassion; et cette compassion est d'une justice étroite: car il serait horrible de punir un emportement de jeunesse, comme on punit des empoisonneurs et des parricides. Une sentence de mort pour un délit qui ne mérite qu'une correction, n'est qu'un assassinat commis avec le glaive de la justice.
    N'est-il pas à propos de remarquer ici que ce qui fut blasphème dans un pays, fut souvent piété dans un autre ?
    Un marchand de Tyr, abordé au port de Canope, aura pu être scandalisé de voir porter en cérémonie un ognon, un chat, un bouc; il aura pu parler indécemment d'Isheth, d'Oshireth, et d'Horeth; il aura peut-être détourné la tête, et ne se sera point mis à genoux en voyant passer en procession les parties génitales du genre humain plus grandes que nature. Il en aura dit son sentiment à souper, il aura même chanté une chanson dans laquelle les matelots tyriens se moquaient des absurdités égyptiaques. Une servante de cabaret l'aura entendu; sa conscience ne lui permet pas de cacher ce crime énorme. Elle court dénoncer le coupable au premier shoen qui porte l'image de la vérité sur la poitrine; et on sait comment l'image de la vérité est faite. Le tribunal des shoen ou shotim condamne le blasphémateur tyrien à une mort affreuse, et confisque son vaisseau. Ce marchand était regardé à Tyr comme un des plus pieux personnages de la Phénicie.
    Numa voit que sa petite horde de Romains est un ramas de flibustiers latins qui volent à droite et à gauche tout ce qu'ils trouvent, boeufs, moutons, volailles, filles. Il leur dit qu'il a parlé à la nymphe Égérie dans une caverne, et que la nymphe lui a donné des lois de la part de Jupiter. Les sénateurs le traitent d'abord de blasphémateur, et le menacent de le jeter de la roche Tarpéienne la tête en bas. Numa se fait un parti puissant. Il gagne des sénateurs qui vont avec lui dans la grotte d'Égérie. Elle leur parle; elle les convertit. Ils convertissent le sénat et le peuple. Bientôt ce n'est plus Numa qui est un blasphémateur. Ce nom n'est plus donné qu'à ceux qui doutent de l'existence de la nymphe.
    Il est triste parmi nous que ce qui est blasphème à Rome, à Notre-Dame de Lorette, dans l'enceinte des chanoines de San-Gennaro, soit piété dans Londres, dans Amsterdam, dans Stockholm, dans Berlin, dans Copenhague, dans Berne, dans Basle, dans Hambourg. Il est encore plus triste que dans le même pays, dans la même ville, dans la même rue, on se traite réciproquement de blasphémateur.
    Que dis-je ? des dix mille Juifs qui sont à Rome, il n'y en a pas un seul qui ne regarde le pape comme le chef de ceux qui blasphèment; et réciproquement les cent mille chrétiens qui habitent Rome à la place des deux millions de joviens qui la remplissaient du temps de Trajan, croient fermement que les Juifs s'assemblent les samedis dans leurs synagogues pour blasphémer.
    Un cordelier accorde sans difficulté le titre de blasphémateur au dominicain, qui dit que la sainte Vierge est née dans le péché originel, quoique les dominicains aient une bulle du pape qui leur permet d'enseigner dans leurs couvents la conception maculée, et qu'outre cette bulle ils aient pour eux la déclaration expresse de saint Thomas d'Aquin.
    La première origine de la scission faite dans les trois quarts de la Suisse, et dans une partie de la Basse-Allemagne, fut une querelle dans l'église cathédrale de Francfort, entre un cordelier dont j'ignore le nom, et un dominicain nommé Vigan.
    Tous deux étaient ivres, selon l'usage de ce temps-là. L'ivrogne cordelier, qui prêchait, remercia Dieu dans son sermon de ce qu'il n'était pas jacobin, jurant qu'il fallait exterminer les jacobins blasphémateurs qui croyaient la sainte Vierge née en péché mortel, et délivrée du péché par les seuls mérites de son fils: l'ivrogne jacobin lui dit tout haut: Vous en avez menti, blasphémateur vous-même. Le cordelier descend de chaire, un grand crucifix de fer à la main, en donne cent coups à son adversaire, et le laisse presque mort sur la place.
    Ce fut pour venger cet outrage que les dominicains firent beaucoup de miracles en Allemagne et en Suisse. Ils prétendaient prouver leur foi par ces miracles. Enfin ils trouvèrent le moyen de faire imprimer, dans Berne, les stigmates de notre Seigneur Jésus-Christ à un de leurs frères lais nommé Jetzer: ce fut la sainte Vierge elle-même qui lui fit cette opération; mais elle emprunta la main du sous-prieur, qui avait pris un habit de femme, et entouré sa tête d'une auréole. Le malheureux petit frère lai, exposé tout en sang sur l'autel des dominicains de Berne à la vénération du peuple, cria enfin au meurtre, au sacrilège: les moines, pour l'apaiser, le communièrent au plus vite avec une hostie saupoudrée de sublimé corrosif; l'excès de l'acrimonie lui fit rejeter l'hostie.
    Les moines alors l'accusèrent devant l'évêque de Lausanne d'un sacrilège horrible. Les Bernois indignés accusèrent eux-mêmes les moines; quatre d'entre eux furent brûlés à Berne, le 31 mai 1509, à la porte de Marsilly.
    C'est ainsi que finit cette abominable histoire qui détermina enfin les Bernois à choisir une religion, mauvaise à la vérité à nos yeux catholiques, mais dans laquelle ils seraient délivrés des cordeliers et des jacobins.
    La foule de semblables sacrilèges est incroyable. C'est à quoi l'esprit de parti conduit.
    Les jésuites ont soutenu pendant cent ans que les jansénistes étaient des blasphémateurs, et l'ont prouvé par mille lettres de cachet. Les jansénistes ont répondu, par plus de quatre mille volumes, que c'étaient les jésuites qui blasphémaient. L'écrivain des Gazettes ecclésiastiques prétend que tous les honnêtes gens blasphèment contre lui; et il blasphème du haut de son grenier contre tous les honnêtes gens du royaume. Le libraire du gazetier blasphème contre lui, et se plaint de mourir de faim. Il vaudrait mieux être poli et honnête.
    Une chose aussi remarquable que consolante, c'est que jamais, en aucun pays de la terre, chez les idolâtres les plus fous, aucun homme n'a été regardé comme un blasphémateur pour avoir reconnu un Dieu suprême, éternel et tout puissant. Ce n'est pas sans doute pour avoir reconnu cette vérité, qu'on fit boire la ciguë à Socrate, puisque le dogme d'un Dieu suprême était annoncé dans tous les mystères de la Grèce. Ce fut une faction qui perdit Socrate. On l'accusa au hasard de ne pas reconnaître les dieux secondaires; ce fut sur cet article qu'on le traita de blasphémateur.
    On accusa de blasphème les premiers chrétiens par la même raison; mais les partisans de l'ancienne religion de l'empire, les joviens qui reprochaient le blasphème aux premiers chrétiens, furent enfin condamnés eux-mêmes comme blasphémateurs sous Théodose II. Dryden a dit:
    " This side to day and the other to morrow burns,
    And they are all God's almighty in their turns. "
    Tel est chaque parti, dans sa rage obstiné,
    Aujourd'hui condamnant, et demain condamné.

Dictionnaire philosophique de Voltaire. 2014.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Blaspheme — Blasphème  Pour le groupe de heavy metal, voir Blasphème (groupe). Le blasphémateur lapidé, Gérard Hoet et Abraham de Blois, Figures de la Bible, , P. de H …   Wikipédia en Français

  • blasphème — [ blasfɛm ] n. m. • 1190; lat. ecclés. blasphemia, du gr. blasphêmia→ blâme ♦ Parole qui outrage la Divinité, la religion. ⇒ jurement, 1. sacrilège. Dire des blasphèmes. « Le blasphème des grands esprits est plus agréable à Dieu que la prière… …   Encyclopédie Universelle

  • blasphème — 1. (bla sfê m ) s. m. 1°   Paroles qui outragent la Divinité, la religion. Dire, proférer des blasphèmes. •   Il vomit des blasphèmes contre le Très Haut, BOSSUET Hist. II, 5. •   Si par son repentir, favorable à soi même, De sa voix sacrilége il …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Blaspheme — Blas*pheme (bl[a^]s*f[=e]m ), v. t. [imp. & p. p. {Blasphemed} ( f[=e]mf ); p. pr. & vb. n. {Blaspheming}.] [OE. blasfem[=e]n, L. blasphemare, fr. Gr. blasfhmei^n: cf. F. blasph[ e]mer. See {Blame}, v.] 1. To speak of, or address, with impious… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • blasphème — BLASPHÈME. s. m. Parole ou discours qui outrage la Divinité, ou qui insulte à la Religion. Blasphème horrible, exécrable. Proférer un blasphème. Dire un blasphème. [b]f♛/b] On le dit par exagération familière, pour, Discours injuste, indécent,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • blasphémé — blasphémé, ée (bla sfé mé, mée) part. passé. Outragé par le blasphème. •   Dieu veut être aimé ; Il venge tôt ou tard son saint nom blasphémé, RAC. Ath. II, 7. •   Nos frères gémissants, notre Dieu blasphémé, VOLT. Fanat. I, 4 …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • blaspheme — BLASPHEME. s. m. Parole impie, discours tenu contre l honneur de Dieu, ou contre les choses divines & sacrées. Blaspheme horrible, execrable. proferer un blaspheme. dire un blaspheme …   Dictionnaire de l'Académie française

  • blaspheme — blas·pheme /blas fēm, blas ˌfēm/ vb blas·phemed, blas·phem·ing vt: to commit blasphemy against blaspheme God vi: to commit blasphemy Merriam Webster’s Dictionary of Law. Merriam Webster. 1996 …   Law dictionary

  • Blaspheme — Blas*pheme , v. i. To utter blasphemy. [1913 Webster] He that shall blaspheme against the Holy Ghost hath never forgiveness. Mark iii. 29. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • blaspheme — (v.) mid 14c., from O.Fr. blasfemer to blaspheme (14c., Mod.Fr. blasphémer), from Eccles.L. blasphemare (also in Late Latin revile, reproach ), from Gk. blasphemein to speak lightly or amiss of sacred things, to slander, from blasphemos evil… …   Etymology dictionary

  • blaspheme — [blas fēm′, blas′fēm΄] vt. blasphemed, blaspheming [ME blasfemen < OFr blasfemer < LL(Ec) blasphemare < Gr blasphēmein, to speak evil of, in LGr(Ec), blaspheme < blas (< ?) + phēmē, utterance: see FAME] 1. to speak irreverently or… …   English World dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”